Histoire du protestantisme parisien et de l'Oratoire

1889 : Monument de l’amiral de Coligny

Ce monument à la mémoire de l’amiral Gaspard de Coligny a été inauguré le 17 juillet 1889. Cette date n’est pas une coïncidence, en effet c’est pour le centenaire de la Révolution Française que cette œuvre a été érigée dans un souci de réconciliation des croyants sous l’aile de la République. En effet, ce monument a été construit à l’initiative du pasteur Eugène Bersier, il n’a pas pour autant été financé par les seuls protestants comme une mémoire d’un héros de son camp, mais il a été financé par souscription nationale, avec la participation très large, unifiant effectivement protestants et catholiques dans un « plus jamais ça » très œcuménique. Le fait que la IIIe République se soit associé à ce projet est également un signe de respect de la République Française pour les églises, après les saccages commis sous la terreur, c’est un geste de la future laïcité inscrite dans la loi de 1905.

Le chevet de l’Oratoire rue de Rivoli a été choisi pour ériger ce monument :

  • Parce que l’amiral de Coligny était un ministre du roi de France et un chef du parti protestant, sa statue se trouve ainsi entre le palais du Louvre et l’Oratoire qui était le siège du consistoire réformé.
  • Parce que Coligny habitait tout près, en son hôtel de la rue de Béthisy (à environ 500 mètres, au niveau du 136 de l’actuelle rue de Rivoli qui n’existait pas encore). Il y fut assassiné et défenestré lors du massacre de la Saint Barthélémy, le 24 août 1572.
  • Ce massacre eut lieu principalement dans le quartier du Louvre, les cloches de l’église Saint-Germain l’Auxerrois auraient même été prises comme signal du commencement du massacre.

L’architecte Scellier de Gisors et le sculpteur Gustave Grauck sont les auteurs de cette œuvre monumentale (10 mètres de hauteur) en marbre blanc de Carrare.

Pour en savoir plus :