Musiques et chants

Musique et chants saisis dans l'Oratoire

Introduction

Au début du XVIe siècle, dans l'Église catholique, la musique religieuse était chantée en latin dans le chœur de l'église par des religieux. Les réformateurs ont voulu rendre la musique au peuple, c'est-à-dire faire chanter l'ensemble des fidèles, hommes et femmes.

Pour que cela soit possible, il fallait des chants en langue du peuple (et non en latin), Les textes sont soit des transcriptions des psaumes de la Bible, soit des compositions nouvelles s'inspirant de la Bible qui sont adaptés pour pouvoir être chantés. Il fallait aussi chanter à l'unisson, avec une seule note par syllabe. Les mélodies ont souvent été reprises des chants populaires de l'époque, ou parfois composées spécialement.

A l'Oratoire, nous chantons des cantiques appartenant à trois répertoires principaux : les Psaumes (issus de la réforme de Calvin à Genève), les chorals (issus de la réforme luthérienne), et des cantiques écrits au XIXe siècle sous l'influence du "Réveil".

Chorals

Luther aimait la musique et en a même composé. Aussi la réforme luthérienne s'est-elle montrée très accueillante à la musique. Pour Luther, « Dieu annonce l'Évangile aussi par la musique ». Les textes sont souvent très centrés sur la personne du Christ, l'incarnation, la croix et la résurrection. Ce sont les chorals luthériens. Ils étaient souvent chantés à l'unissons mais aussi chantés à 4 voix, et soutenus par des chœurs, des instruments.

Leur air est souvent très connu des amateurs de la musique de Jean-Sébastien Bach, car il a harmonisé ces chorals luthériens les plus réussis, et intégrés à ses cantates, ses passions, ses pièces d'orgue. En voici quelques exemples (les numéros sont ceux du recueil "Louange et Prière")

Psaumes

Calvin a repris de Luther cette idée de laisser une grande place au chant des fidèles lors du culte. Mais il est allé plus loin que Luther dans cette réforme, laissant la place pleine et entière au peuple dans ces chants, qui sont chantés sans soutien d'instruments (a capella), et uniquement à l'unisson (en tout cas au cours du culte, il existait aussi des versions à plusieurs voix pour être chantés dans les salons et les familles). Les textes étaient presque exclusivement des Psaumes de la Bible. En effet, la théologie réformée insiste sur la place de la Bible, et que le livre des Psaumes leur a semblé ainsi l'idéal pour rendre un culte à Dieu et nourrir notre prière. La théologie réformée insiste plus sur la grâce de Dieu que sur le Christ (qui nous a révélé cette grâce). Les psaumes leurs convenaient ainsi bien aux protestants réformés alors que les luthériens se sont sentis obligés de composer de nouvelles paroles plus centrées sur la personne du Christ.

Calvin va confier à des poètes reconnus (Clément Marot et Théodore de Bèze) d'adapter les psaumes au chant, et il va demander à des musiciens de les mettre en musique : cela va donner le Psautier Français (de Genève) que nous chantons encore. Comme Jean-Sébastien Bach va reprendre les chorals luthériens pour les harmoniser, des musiciens comme Pascal de l’Estocart, Claude Goudimel, Claude le Jeune, ou Loys Bourgeois vont reprendre à la fin du XVIe siècle ce psautier pour en créer des versions plus ornées, à trois ou quatre voix, pour les musiciens et pour chanter en famille.

Voici quelques exemples de Psaumes chantés au cours du culte (les numéros sont ceux du recueil "Le Psautier Français")

Cantiques

Sous l'influence de missionnaires anglais venus en France après la défaite de Napoléon, un "réveil" va se faire sentir dans le protestantisme français, avec une piété plus romantique. Les paroles ne sont pas bibliques mais sont des poèmes exprimant la foi, l'espérance et la confiance des fidèles. Une importante production va se faire, le Psaume est en recul alors devant ces cantiques. Les auteurs sont nombreux et divers : Ruben Saillens, les Frères Wesley, César Malan, les moraves, les poèmes d'Alexandre Vinet, les cantiques populaires de la Mission McAll et de l'Armée du Salut, les cantiques de Théodore Monod ou de Charles Dhombres...

Sous l'influence du pasteur Eugène Bersier, des réponds vont être intégrés au culte réformé, sous la forme de chants dits "spontanés" car étant les mêmes dimanche après dimanche, ils n'ont pas besoin d'être annoncés mais les fidèles les trouvent dans un livret donnant le déroulement du culte, livret inséré au début du Psautier).

Voici quelques exemples de Cantiques issus de ce répertoire, chantés au cours du culte (Les numéros sont ceux du recueil "Louange et Prière")

Musique

Quelques musiciens protestants.

Événements musicaux

Hommage à Albert Schweitzer

Alors qu’il était un professionnel reconnu dans son domaine, Albert Schweitzer décide, à la surprise générale, de changer de vie. Il était professeur de théologie à l’Université, il était aussi un organiste parcourant l’Europe pour donner des récitals d’orgue. Il choisit de partir soigner les plus déshérités, en Afrique équatoriale. Il repart de zéro avec de longues études de médecine, puis fonde avec sa femme un hôpital à Lambaréné au Gabon, en 1913, il y a tout juste cent ans. Au-delà de ce parcours de vie, Albert Schweitzer va participer à faire évoluer les mentalités des Occidentaux vis – à – vis des populations du Tiers Monde, il développe une philosophie du respect de la vie qui va guider ses engagements. Il militera pour l’arrêt du développement des armes nucléaires avec ses amis Albert Einstein et Bertrand Russel. Ces engagements vont lui valoir de recevoir le prix Nobel de la Paix en 1952.

Disques

Louange et Prière

Maitrise de l'Oratoire
direction : H. Hornung, à l'orgue : M.L. Girod

Numérisation de disques 45 tours 
Erato LDE 1070 & LDE 1071

  • Louange et Prière - Volume 1 - Erato LDE 1070

    Cantique 319 "Seigneur dans ma souffrance"
    Psaume 42 "Comme un cerf altéré brâme"
    Psaume 25 "À toi mon Dieu mon cœur monte"
    Cantique 372 "Reste avec nous, Seigneur"
    Cantique 370 "L'ombre descend de nos montagnes"
    Psaume 97 "Dieu règne en juste roi"

  • Louange et Prière - Volume 2 - Erato LDE 1071

    Cantique 101 "Ô peuple fidèle"
    Cantique 204 "Seigneur dirige et sanctifie"
    Cantique 108 "Émerveillons-nous ensemble"
    Psaume 61 "Écoute-moi, je te prie"
    Psaume 138 "Il faut grand Dieu, que de mon cœur"
    Cantique 69 "Grand Dieu, nous te bénissons (Te Deum)"

Toccatas et Fugues de J.S. Bach

Marie-Louise Girod à l'orgue de l'Oratoire du Louvre

Numérisation de disques 33 tours 
CMDINT 9829

  • Toccatas et Fugues de J.S. Bach

    Numérisation de disques 33 tours
    CMDINT 9829

    Toccata et Fugue en Ré mineur - BWV 565
    Toccata BWV 538 « Dorienne »
    Cantate BWV 147
    Petite fugue en Sol
    Toccata en Fa majeur

Psaumes polyphoniques de Claude Goudimel à nos jours

Maîtrise de l'Oratoire du Louvre,
sous la direction de Horace Hornung,
avec Pierre Gabard (trompette solo) et Marie-Louise Girod (orgue)

Numérisation de disques 33 tours 
de 1972 CV. 25001

Marie-Louis Girod 
 à l’Orgue de l’Oratoire du Louvre

Numérisation d'un disque 33 tours

  • Marie-Louis Girod 
à l’Orgue de l’Oratoire du Louvre

    Numérisation d'un disque 33 tours

    J-S Bach - Toccata et Fugue en Ré mineur - BWV 565
    J-S Bach - Cantate - BWV 147
    J-S Bach - Toccata en Ré mineur « Dorienne » - BWV 538
    Ch-M.Widor - Toccata en Fa Majeur
    E. Gigout - Toccata en Si mineur
    A. Raison - Offertoire