Vivre avec la promesse d’un souffle

Jean 14:15-21

Culte du 16 mai 2021
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo de la partie centrale du culte

Culte à l'Oratoire du Louvre

Dimanche 16 mai 2021
« Vivre avec la promesse d'un souffle »


Culte par la pasteure Agnès Adeline-Schaeffer
Musique : Aurélien Peter, organiste suppléant

Accès direct aux textes des chants, cliquer ici
Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Orgue

Annonce de la grâce

Mon frère, ma sœur, mon ami,
Toi qui es venu ce matin, prendre le temps d’écouter la Parole de Dieu, renouveler tes forces physiques et spirituelles, par le chant, la prière, rencontrer ton prochain au milieu de ton activité familiale ou de ton travail, sois sans crainte !
Le Seigneur est là, il t’appelle, il t’invite à l’écouter et à le recevoir ici et maintenant.
La grâce et la paix nous sont données de la part de Dieu notre Père en son Fils Jésus-Christ, notre frère.

Accueil

Bienvenue pour ce temps de culte, à vous qui êtes présents dans ce temple, comme à vous qui nous regardez par le biais d’internet, en France ou à l’étranger. Bienvenue à celles et ceux qui nous rejoignent pour la première fois. Nous sommes en communion les uns avec les autres, en particulier avec tous les pays, là où la paix est précaire, et où le vivre ensemble et le dialogue sont menacés. Nous sommes en communion avec toutes les familles actuellement dans le deuil d’un proche, en lien ou non avec la pandémie. Nous sommes accompagnés aujourd’hui par Aurélien Peter à l’orgue. Je vous invite à la prière :

Prière 

Père, tu es là, au milieu de nous. C’est Toi qui nous offres ce temps de culte, Pour accueillir une Parole qui féconde notre existence.
Ce temps de culte, tu nous le donnes, pour partager avec des frères et des sœurs, notre adoration et notre prière, Béni sois-tu.
Amen.
Réunissons-nous avec le 1er chant liturgique du livret inséré au début du psautier français :

Répons : « Ô Seigneur, ta fidélité » (Ps. 36, str.1).
Ô Seigneur, ta fidélité
Remplit les cieux et ta bonté
Dépasse toute cime.
Ta justice est pareille aux monts,
Tes jugements sont plus profonds
Que le plus grand abîme.
De la puissance du néant,
Tu veux sauver tous les vivants,
Toute chair, toute race ;
Les hommes se rassembleront,
Autour de toi ils trouveront
Leur paix devant ta face.

Louange
Louons Dieu ! Ô Toi, l'au-delà de tout,
De quel nom pouvons-nous t’invoquer ?
Tu dépasses tout nom !
Quel cantique pourra chanter tes louanges,
Quels mots pourront parler de toi ?
De toi procèdes tout ce qui est dit,
Mais tu es au-delà de tout discours.
De toi est issu tout ce qui est pensé,
Mais tu es au-delà de toute pensée.
Tu es le but de toutes les attentes,
De toutes les aspirations silencieuses.
Tu es l’objet des gémissements de ta création tout entière.
Gloire à toi, ô Dieu très-haut !
(Grégoire de Nysse)

Chant d'Assemblée : Psaume n°84 dans le Psautier Français, strophes 1, 2, 3 et 4 : « Dans ta maison je suis heureux »

Volonté de Dieu 
Voici ce Jésus nous propose de vivre selon le témoignage de Jean l’Evangéliste :
Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés.
Demeurez dans mon amour.
Si vous gardez mes paroles,
Vous demeurerez dans mon amour,
De même que j’ai gardé les paroles de mon Père,
Et que je demeure dans son amour.
Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous,
Et que votre joie soit parfaite !
Voici ce que je vous propose :
Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.

Répons : Proclame ta Parole
Proclame ta Parole,
Lumière pour nos vies ;
Rassemble tous tes membres,
En un seul corps, unis,
Et fais de tous les hommes
Tes instruments de paix
Pour restaurer le monde
Selon ta volonté !

Prière de repentance
Prions ensemble : Seigneur Dieu,
J’ai besoin de déposer devant toi le poids lassant de mon péché.
J’ai besoin que cessent les alibis et les excuses
qui ne trompent personne et surtout pas moi.
J’ai besoin que cessent les regrets et les tourments
qui ne délivrent personne et surtout pas moi.
J’ai besoin de déposer entre tes mains
ce sac de nœuds où je m’étouffe en vain.
J'ai besoin de quelqu’un auprès de qui
je puisse confesser mon trouble et mon secret.
J’ai besoin d’en finir avec les soucis
qui m’assaillent du dehors et avec les tourments qui me rongent du dedans.
J’ai besoin de la tranquillité de ta bonté.
Oh Dieu, j’ai besoin de toi.
(Pasteur André Dumas)

Répons : « Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.1).
Mon Rédempteur est vivant,
C’est en lui seul que j’espère.
La mort le tenait gisant
Dans l’étreinte de la terre.
Mais Dieu reste le plus fort,
Jésus a vaincu la mort.

Annonce de la grâce
Voici ce que nous dit l'Éternel :
“ Même si les montagnes s’effondraient,
même si les collines chancelaient,
ma bonté pour toi ne faiblira pas
et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée,
car je t’aime d’un amour éternel ” (Es 54, 10)
et je te consolerai comme une mère console son enfant (Ésaïe 66:13)
En Christ, l'Éternel notre Dieu se penche vers nous et nous dit :
“ Mon enfant, tes péchés sont pardonnés,
ta foi t'a sauvé. Avance en paix. ”

Répons : « Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.2).
Je ne craindrai désormais
Aucun pouvoir de ce monde
Car tu nous donnes ta paix
Où toute autre paix se fonde.
Garde-nous dans ta clarté,
O Jésus ressuscité.

Confession de foi

Nous croyons en Dieu, qui nous appelle à œuvrer à ses côtés, 
en vue de maintenir le monde et de le faire, chaque jour, nouveau.
Il est notre lumière, et nous avons besoin de son amour, 
tout comme, lui aussi, il a besoin de notre amour.
Nous croyons que Christ est venu pour aider tout être à porter sa souffrance,
et lui indiquer le chemin de la vie et de la joie.
Il est à nos côtés, que nous soyons ou non capables de le reconnaître, 
et nous avons confiance en lui, 
tout comme, lui aussi, il a confiance en nous.
Il nous a donné son esprit qui nous ressource et nous appelle, 
afin que nous ne restions pas au-dehors, 
mais que nous puissions contempler sa gloire.
Nous croyons que Dieu établira un jour sur la terre son Royaume, 
qu’il transformera notre monde et nous transformera nous-mêmes.
En vue de ce Royaume, il nous appelle à former un peuple nouveau, 
et il nous conduira jusqu’à ce matin éternel, 
où nous saurons reconnaître en tout visage son visage, 
en tout être et en tout regard l’image de sa divinité.
C’est en lui et en lui seul que nous plaçons notre foi, 
car c’est lui et lui seul qui peut nous conduire à la vie.
Amen.
(Site de l’Oratoire du Louvre)

Répons : «Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.3).
Dans ma vie de chaque jour,
Je partagerai ta gloire ;
Je vivrai dans ton amour
Le bonheur de ta victoire
Et dans ton éternité,
Nous chanterons ta beauté.

Doxologie : Gloire à Dieu dans les cieux et sur la terre, d’éternité en éternité !

Lecture biblique : Evangile de Jean, chapitre 14, versets 15 à 21 (Traduction TOB)

15- Si vous m’aimez, vous vous appliquerez à observer mes commandements,16- moi je prierai le Père : il vous donnera un autre Paraclet, qui restera avec vous pour toujours. 17- C’est lui l’Esprit de vérité, celui que le monde est incapable d’accueillir, parce qu’il ne le voit pas, et qu’il ne le connaît pas. Vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous et il est en vous. 18- Je ne vous laisserai pas orphelins, je viens à vous. 19- Encore un peu, et le monde ne me verra plus. Vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez vous aussi. 20- En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père et que vous êtes en moi et moi en vous. 21- Celui qui a mes commandements et qui les observe, celui-là m’aime : or celui qui m’aime sera aimé de mon Père et à mon tour moi, je l’aimerai et je me manifesterai à lui.

Chant d'Assemblée : Louange et Prière n° 186, strophes 1, 2, 3 et 5 - Ecoute-nous Dieu de la terre…

Prière
Dieu notre Père, nous voici devant toi tels que nous sommes. Si tu ne viens pas toi-même ouvrir les Écritures, notre lecture sera pauvre et notre compréhension limitée. Mais si ton Esprit nous éclaire, ta Parole prendra tout son sens, notre marche s’orientera et notre chemin se précisera.
Par ton Esprit, Ô Dieu notre Père, viens ouvrir notre cœur et notre intelligence à l’intelligence de ta Parole. Permets que cette Parole naisse en nous et soit pour nous une force qui fait vivre, le moteur de nos engagements, la source de nos inspirations. Amen.

Orgue

Prédication : Vivre avec la promesse d'un souffle

Amis, frères et sœurs,
Nous sommes dans un entre-deux. Entre l’Ascension, où Jésus a quitté les siens, pour de bon, disparaissant dans le ciel, emporté par une nuée, comme nous l’avons lu il y a quelques jours dans le livre des Actes des Apôtres (Actes 1:6-11), et la Pentecôte, don officiel de l’Esprit-Saint, ou du Souffle de Dieu, sur les disciples, que nous fêterons dimanche prochain. La vie du disciple d’hier comme celui d’aujourd’hui n’est pas simple : « Elle se joue sur le mode du présent-absent, du déjà un dans l’union avec Jésus et pas encore là, elle est faite de proximité-éloignement. Elle est paradoxale », ainsi que l’écrit le pasteur Jean Dumas, dans son dernier ouvrage intitulé « Jean, explique-moi ton évangile ». (p.143). Qu’est ce qui va permettre à la communauté des disciples du temps de Jésus de rester soudée ? Vivre de la promesse d’un souffle.

Dans l’extrait du livre des Actes, relatif au récit de l’Ascension, il y est fait le rappel de la recommandation d’attendre la réalisation de la promesse du Père : « C’est dans l‘Esprit Saint que vous serez baptisés » (v.5), avec cette insistance reprise au verset 8 : « Vous allez recevoir une puissance, celle du Saint- Esprit, qui viendra sur vous et vous serez mes témoins, à Jérusalem, dans toute la Judée, et jusqu’aux extrémités de la terre ». Avec ces extraits du livre des Actes, nous sommes dans l’écriture de l’Évangéliste Luc, qui donne sa version des faits. La promesse du Père à laquelle il est fait allusion dans le récit des Actes renvoie à un autre récit, présent cette fois-ci dans l’Évangile de Jean, que nous venons d’entendre. Nous sommes à quelques heures de l’arrestation de Jésus. Il réunit ses disciples pour un ultime discours, prenant le temps de préparer ses disciples à son prochain départ, qui est ici, sa mort, tout en parlant en même temps de continuité. Jésus s’adresse à son groupe de disciples. Mais au moment où l’évangile de Jean est rédigé, c’est déjà aux disciples de tous les temps que ce récit est en train de s’adresser. La continuité promise au petit groupe de disciples s’adresse alors aux récepteurs de cet évangile, aux disciples des générations futures, pour arriver jusqu’à nous aujourd’hui. Alors comment comprendre et déchiffrer cette continuité ? Quelle forme va-t-elle prendre ?

Dans les Évangiles, Jésus, parlant de son Père, parle de Dieu dont il est totalement imprégné. Il promet à ses disciples, le don de l’Esprit. Le mot grec qui est employé, à savoir « pneuma », se traduit par "souffle". Dans ce passage de l’évangile, chaque fois que le mot Esprit est présent dans la traduction, c’est le mot souffle qui est écrit. Et le souffle, c’est déjà ce que nous trouvons au tout début du livre de la Genèse, quand nous lisons que le souffle, ou l’esprit de Dieu, « plane à la surface des eaux » (Genèse 1:2). Ce souffle de Dieu, c’est le moyen qui pénètre le cœur des premiers témoins du premier Testament, des messagers comme des prophètes. Par exemple, nous pouvons lire dans le livre du prophète Ézéchiel cette promesse que Dieu fait à son peuple : « Je leur donnerai un cœur loyal. Je mettrai en vous un esprit neuf, autrement dit un souffle neuf, un cœur de chair, afin qu’ils marchent selon mes lois ; qu’ils gardent mes coutumes, et qu’ils les accomplissent. » ( Ézéchiel 11:19-20). Il s’agit d’une promesse de la profusion du souffle de Dieu sur l’ensemble du peuple d’Israël. Puis, c’est le prophète Joël, qui ira plus loin dans sa prophétie, puisqu’il annoncera la promesse de l’Esprit, du souffle de Dieu à toute l’humanité (Joël 3). Et c’est tout au long de la première alliance que le peuple d’Israël va apprendre à vivre de la promesse d’un souffle. Ce souffle qui rappelle sans cesse cet élément indispensable à la vie de tout être vivant, ce souffle inhalé dans les narines du premier être humain, qui lui donne vie et le met en mouvement, ce souffle, qui est l’air indispensable que nous respirons, manifesté par le cri du nouveau-né que l’on attend parfois fébrilement à chaque naissance, ce souffle dont on ne s’aperçoit pas qu’il est omniprésent à chaque seconde de notre vie, sauf quand il vient cruellement à manquer. On peut tout à fait bénéficier d’une santé excellente, mais si l’on est empêché de respirer d’une façon ou d’une autre, alors nous mourons. C’est la même chose pour tout être vivant et pour tout être humain à travers le monde, et la pandémie de la Covid nous le rappelle de façon déchirante depuis plus d’un an, puisque ce virus attaque tout particulièrement les voies respiratoires. Mais c’est bien cette promesse du souffle que Jésus fait à ses disciples avant de mourir. Cette promesse de recevoir ce souffle comme une force vitale, en plus de leur propre respiration, deviendra une sorte de regain de vitalité inattendue, décuplant leur courage pour oser devenir les témoins de leur maître, à peine disparu à leurs yeux, parce qu’élevé au ciel, et pour entreprendre le minutieux ministère d’annoncer la bonne nouvelle, en restant fidèle à ce qu’ils auront appris de lui, tout en innovant et en actualisant le message qu’ils auront retenus.

Dans ce passage de l’Évangile, l’esprit, ou le souffle, est mentionné par un terme particulier, « le paraclet », un terme cher à l’évangéliste Jean, qu’on ne retrouve pas ailleurs et qui se traduit souvent par « consolateur », que l’on peut comprendre comme étant une force consolatrice, permettant aux disciples de faire un travail de deuil, provoqué par l’absence de Jésus. Mais certains commentateurs préfèrent une autre compréhension de ce terme, en le prenant dans un autre registre, plus juridique, que l’on traduit par « avocat », ou même « défenseur », qui va représenter alors celui qui s’engage à mes côtés pour parler, intercéder, en ma faveur. Peut-être par rapport à quelque chose que j’aurais du mal à observer, comme, par exemple à la difficulté à mettre en pratique les commandements du Christ. Parce que selon ce passage de l’Évangile, Jésus dit : « Si vous m’aimez, vous vous appliquerez à observer mes commandements ». Cet amour pour le Christ va se manifester dans l’écoute de sa Parole, l’obéissance à ses commandements, la mise en pratique de son enseignement. C’est une feuille de route classique, pour ne pas dire traditionnelle, pour toute personne qui désire suivre la volonté de Dieu. Mais c’est loin d’être évident. C’est alors que le souffle intervient, comme un don, celui d’être toujours en mouvement, non seulement physiquement, mais intellectuellement, dans la réflexion, la pensée, la raison. Le souffle va aider chacun à ne pas rester à la surface des choses, mais à prendre des chemins insoupçonnés pour l’approfondissement de la Parole. Et aussi ce même souffle aidera les croyants d’aujourd’hui, à ne pas rester dans une littéralité du texte biblique afin de trouver les mots les plus justes, les images les plus justes permettant de faire de la Bible toujours une parole vivante et non pas un texte dépassé. Alors bien sûr, cela va amener nombreux d’entre eux, voire nombreux d’entre nous, sur les chemins inconnus de la discussion. Le souffle est alors une force intérieure qui dynamise et entraîne les gens à la suite les uns des autres, parfois dans des débats contradictoires, mais qui montrent la richesse de la pluralité des opinions, la multiplicité des interprétations théologiques. Le souffle est là pour garder chacun dans un esprit d’ouverture, pour chercher à comprendre, sans juger, pour respecter la pluralité des lectures sans jeter d’anathème, parce tout le monde n’en est pas au même point, parce que personne n’a le même parcours de vie, ni les mêmes expériences de foi. Ce même souffle peut ouvrir les uns et les autres au dialogue avec des religions autres que le christianisme, mener les uns et les autres à dialoguer avec des personnes athées. Ce même souffle peut faire découvrir aux uns comme aux autres la richesse du dialogue, le bonheur de comprendre et d’approfondir ses propres spécificités, d’apprendre à mieux se connaître, et pourquoi pas, idéalement, aboutir à une fraternité réciproque. Une tradition religieuse autre que la nôtre, peut dire quelque chose de proche sur un thème spirituel ou humaniste comme le montre cette citation empruntée au poète persan Omar KHAYYAM, dans son livre de Quatrains : 

« Entre la foi et l’incrédulité, un souffle,
Entre la certitude et le doute, un souffle.
Sois joyeux dans ce souffle présent où tu vis.
Car la vie elle-même est dans le souffle qui passe »

Nous sommes appelés à vivre de la promesse d’un souffle, parfois ténu, mais qui dit tellement sur la présence souvent surprenante de Dieu. Ce souffle se manifeste de façons très diverses. Dans notre vie quotidienne, vivre de la promesse de ce souffle commence par se laisser chambouler dans ses projets bien construits, pour accueillir une rencontre impromptue. C’est aussi prendre conscience de ne prendre aucune décision, que ce soit dans notre vie personnelle, dans notre vie professionnelle, dans nos vies d’église, sans questionner auparavant dans la prière, le discernement que demande chaque situation. C’est aussi repérer comment est renouvelé ce qui était devenu habituel, comment est dérangé ce qui était ancré ; c’est observer comment est relancé ce qui était stoppé. Vivre de la promesse de ce souffle, c’est encore, en toutes circonstances, et contre toute attente, alors qu’on se sentait seul et impuissant, faire l’expérience de garder la foi, la patience, l’amour, l’espérance, la confiance, en particulier dans des situations difficiles, tragiques même, et s’apercevoir que cela ne vient pas de nous, mais que cela nous est donné.

Ainsi que l’écrit le pasteur Jean Dumas :
« Au commencement de l’Évangile, le Baptiste voit le Souffle descendre sur l’homme Jésus.
Après avoir traversé la mort, ce Jésus transmet à ses disciples le Souffle reçu de son Père.
Est-ce la fin de l’Évangile ? La finale du texte, certes.
Mais depuis, le Souffle poursuit sa course et se mêle à la parole des hommes.
L’homme qui s’essouffle à courir sa vie, qui peine et butte sur l’obstacle, le souffle court,
Reprend souffle à la Parole de l’évangile.
Il se redresse, comme né d’un nouveau Souffle,
Et sa course s’apaise jusqu’à parvenir au but :
Devenir un avec le Père, par son Fils, devenu mon frère. »
Amen.

Pour aller plus loin :

  • Omar Khayyam, poète persan du 11ème siècle, Rubaiyyat, 130, Quatrains, Éditions la Sirène.
  • Charles l’Epplatenier, l’Évangile de Jean, Labor et Fides, 1993
  • Jean Dumas, L’arc en ciel des religions, Labor et Fides, 2001
  • Jean Dumas, Jean, explique-moi ton évangile, L’Harmattan, 3ème édition, 2021

Orgue

Chant d'Assemblée : Louange et Prière n°179, strophes 1, 2 et 3 - Nous t’invoquons ô grand Dieu

Annonces et Offrande
Orgue

Prière d’intercession
Prions ensemble :

O Dieu notre Père, tu nous combles de tes bénédictions, jour après jour
et notre geste d’offrande d’aujourd’hui en est un modeste témoignage.
Inspire-nous d’autres gestes d’offrande, qui ne soient pas que des gestes matériels
mais aussi des gestes d’amitié et des marques de tendresse.
Nous t’en prions, Donne ton pain, Seigneur à ceux qui ont faim,
Et donne faim de toi à ceux qui ont du pain,
     car toi seul, Seigneur, peut rassasier notre désir.

Donne ta force à ceux qui sont faibles.
Et donne l'humilité à ceux qui se croient forts,
     car toi seul, Seigneur, es notre force.

Nous te prions pour celles et ceux qui demandent le secours de notre prière
et que nous te nommons dans le profond de nos cœurs.
Donne la foi à ceux qui doutent.
Et donne le doute à ceux qui croient te posséder,
     car toi seul, Seigneur, es la vérité.

Donne confiance à ceux qui ont peur.
Et donne ta crainte à ceux qui ont trop confiance en eux,
     car toi seul, Seigneur, soutiens notre espérance.

Nous te prions pour celles et ceux qui souffrent, de quelques noms que s’appellent leurs souffrances. Nous te confions celles et ceux qui sont dans le deuil d’un proche, au près comme au loin, dans notre pays comme à l’étranger.
Donne la lumière à ceux qui te cherchent.
Et garde dans ton amour ceux qui t'ont trouvé, pour qu'ils te cherchent encore,
     car toi seul, Seigneur, peut combler notre amour.

Nous te prions pour celles et ceux qui sont sur le seuil ;
Que le levain de ton Esprit fasse lever la pâte de notre vie,
et avec notre modeste témoignage,
que ton souffle de vie éveille notre monde à l’espérance et à ta présence.

Nous rassemblons notre prière dans celle que Jésus a enseigné à ses disciples :
Notre Père

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel,
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal,
Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire,
Pour les siècles des siècles, amen.

Exhortation
Je vous invite à vous lever pour recevoir l’exhortation et la bénédiction de la part du Seigneur avec un texte que j’emprunte au pasteur Gérard Delteil :

Que jamais le bonheur de la vie n’éteigne en nous
La révolte contre ce qui la défigure
Mais que jamais non plus le scandale du mal
N'efface en nous la louange de la vie.
Que jamais les mots qui nous font vivre :
Tendresse, plaisir, liberté, confiance,
Ne se referment en des certitudes figées,
Mais qu’ils soient source d’une quête toujours inachevée.
Que notre foi ne soit jamais sans le doute,
Et que nos doutes ne soient jamais sans la confiance.
Que l’émerveillement de recevoir la vie
Comme un don, comme une grâce
N'altère pas nos capacités d’indignation devant l’injustice,
Mais soutienne en nous la promesse
Et la passion d’un monde autre.
Tel est le désir qui nous porte !
Telle est la prière qui nous met en route !
Que la petite espérance nous prenne par la main, 
Qu’elle nous entraîne
Sur des chemins inattendus,
Et qu’elle chante en nous,
Comme un défi,
L' amour de la vie !
Gérard Delteil, pasteur, théologien,
Doyen honoraire de la Faculté de théologie protestante de Montpellier.

Bénédiction
Recevons la bénédiction de la part du Seigneur :
Mon frère, ma sœur, mon ami,
Que l’Éternel te bénisse et te garde !
Que l’Éternel fasse rayonner sur toi son regard et t'accorde sa grâce !
Que l’Éternel porte sur toi son regard et te donne la paix !
Amen.

Répons : « Ô Seigneur, tu nous as fait voir » (Ps. 68, str.5).
O Seigneur, tu nous as fait voir
Et ton amour et ton pouvoir
Dans mainte délivrance.
Fais-nous voir encore aujourd’hui
L’œuvre que ton amour construit
Et quelle est ta puissance.
Toute la terre et tous les cieux
Ensemble tournés vers leur Dieu
Célèbrent sa présence :
A toi qui fais notre bonheur,
A toi, grand Dieu, soient tout honneur,
Force et magnificence.

Orgue

Paroles des cantiques du dimanche 16 mai 2021

Psaume : Psautier Français n° 84 « Dans ta maison, je suis heureux », strophes 1, 2, 3 et 4

Strophe 1
Dans ta maison je suis heureux,
Elle est le désir de mes yeux,
Ici, je cherche ta présence.
Longtemps mon cœur t’a réclamé,
Sa joie est de te retrouver,
Il crie à toi, plein d’espérance.
Ainsi revient en la saison,
Le passereau vers la maison.

Strophe 2
Heureux qui grave dans son cœur
Le chemin qui mène au Seigneur,
Le chemin de l’humble service.
Pour lui la source jaillira
Et l’eau du ciel l’arrosera,
Dans la vallée la plus aride.
Dieu guidera jusqu’à la fin,
Au long des jours, le pèlerin.
Strophe 3
Seigneur qui règnes dans les cieux
Et nous écoutes dans ce lieu,
Exauce-nous, sois notre garde.
A toi nos coeurs ne cachent rien.
Quand tu regardes vers les tiens,
A ton Messie d’abord regarde :
Vois son visage couronné,
Vers lui notre espoir est tourné.

Strophe 4
Qui veut sur ton bras s’appuyer,
A pour soleil, pour bouclier,
Le rayonnement de ta grâce.
Le dernier de tes serviteurs
Enfin découvre son bonheur
A se tenir devant ta face.
Dans ta maison un jour vaut mieux
Que mille jours en d’autres lieux.

Cantique : Louange et Prière n° 186 « Ecoute-nous, Dieu de la terre » Strophes 1, 2, 3 et 5

Strophe 1
Ecoute-nous, Dieu de la terre ;
Ecoute-nous, ô Dieu des cieux !
Des heureux et des malheureux
Vers toi s’élève la prière.

Strophe 2
A toi seul appartient la gloire,
A toi le règne, à toi l’amour !
Sans toi le fort tombe en un jour ;
Par toi le faible a la victoire.

Strophe 3
Amour divin, céleste flamme,
Consume en nous l'iniquité ;
Lumière de la vérité,
D'en haut, viens luire dans notre âme.

Strophe 5
Nous savons que tu veux toi-même
Tout ce qui peut nous rendre heureux.
Fais-nous vouloir ce que tu veux ;
Oh ! bienheureux celui qui t’aime !

Cantique : Louange et Prière n°179 « Nous t'invoquons, ô grand Dieu », Strophes 1, 2 et 3

1. Nous t’invoquons, ô grand Dieu,
Nous cherchons ta face.
Fais sur nous, dans ce saint lieu,
Descendre ta grâce.
Prête l’oreille à nos chants,
Reçois nos prières,
Et répands sur tes enfants
Tes dons salutaires.

2. Que ta parole, Seigneur,
Remplisse  de zèle,
De piété, de ferveur,
Ton peuple fidèle !
Fais qu’éprouvant de la foi
La sainte influence,
Il fonde à jamais sur toi,
Sa ferme espérance.

3. Ouvre nos cœurs à la voix
De ton Évangile,
Rends à tes divines lois
Notre âme docile.
Fais qu’avec humilité,
Tout mortel t’honore,
Qu’en esprit, en vérité,
L’univers t’adore

Paroles des répons du temps de Pâques

Après la salutation
Répons : « Ô Seigneur, ta fidélité » (Ps. 36, str.1).

Ô Seigneur, ta fidélité
Remplit les cieux et ta bonté
Dépasse toute cime.
Ta justice est pareille aux monts,
Tes jugements sont plus profonds
Que le plus grand abîme.
De la puissance du néant,
Tu veux sauver tous les vivants,
Toute chair, toute race ;
Les hommes se rassembleront,
Autour de toi ils trouveront
Leur paix devant ta face.

Après la volonté de Dieu
Répons : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute » (Arc-en-Ciel n°484, str.3)

Proclame ta Parole,
Lumière pour nos vies;
Rassemble tous tes membres,
En un seul corps unis,
Et fais de tous les hommes
Tes instruments de paix
Pour restaurer le monde
Selon ta volonté !

Après la prière de repentance
Répons : «Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.1).

Mon Rédempteur est vivant,
C’est en lui seul que j’espère.
La mort le tenait gisant
Dans l’étreinte de la terre.
Mais Dieu reste le plus fort,
Jésus a vaincu la mort.

Après l’annonce de la grâce
Répons : «Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.2).

Je ne craindrai désormais
Aucun pouvoir de ce monde
Car tu nous donnes ta paix
Où toute autre paix se fonde.
Garde-nous dans ta clarté,
O Jésus ressuscité.

Après la confession de foi 
Répons : «Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.3).

Dans ma vie de chaque jour,
Je partagerai ta gloire ;
Je vivrai dans ton amour
Le bonheur de ta victoire
Et dans ton éternité,
Nous chanterons ta beauté.

Après la bénédiction
Répons : « Ô Seigneur, tu nous as fait voir » (Ps. 68, str.5).

O Seigneur, tu nous as fait voir
Et ton amour et ton pouvoir
Dans mainte délivrance.
Fais-nous voir encore aujourd’hui
L’œuvre que ton amour construit
Et quelle est ta puissance.
Toute la terre et tous les cieux
Ensemble tournés vers leur Dieu
Célèbrent sa présence :
A toi qui fais notre bonheur,
A toi, grand Dieu, soient tout honneur,
Force et magnificence.

Lecture de la Bible

Evangile de Jean, chapitre 14, versets 15 à 21 (Traduction TOB)


15  Si vous m’aimez, vous vous appliquerez à observer mes commandements,
16  Moi je prierai le Père : il vous donnera un autre Paraclet, qui restera avec vous pour toujours.
17  C’est lui l’Esprit de vérité, celui que le monde est incapable d’accueillir, parce qu’il ne le voit pas, et qu’il ne le connaît pas. Vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous et il est en vous.
18  Je ne vous laisserai pas orphelins, je viens à vous. 19-
19  Encore un peu, et le monde ne me verra plus. Vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez vous aussi.
20  En ce jour-là, vous connaîtrez que je suis en mon Père et que vous êtes en moi et moi en vous.
21 Celui qui a mes commandements et qui les observe, celui-là m’aime : or celui qui m’aime sera aimé de mon Père et à mon tour moi, je l’aimerai et je me manifesterai à lui.

Vidéo du culte entier

À Voir également