Une lente révolution...

Matthieu 2:1-12

Culte du 24 décembre 2019
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo de la partie centrale du culte

Amis, frères et sœurs,

Les mages, ce sont des savants doués, ici en astrologie. Matthieu ne dit rien sur eux. Il ne dit pas qu’ils sont rois, il ne dit pas non plus qu’ils s’appellent Gaspard, Melchior et Balthazar, il ne dit pas qu’ils sont enterrés à Cologne, en Allemagne, selon la Tradition. Il ne dit pas qu’ils sont de couleur différente. Tout ce que nous savons c’est qu’ils sont trois, à cause des présents qu’ils ont donnés à l’enfant : l’or, la myrrhe et l’encens.

Matthieu écrit son évangile à des chrétiens en grande majorité d’origine juive. Certains d’entre eux sont méfiants de voir arriver dans leur communauté des chrétiens non juifs. Par ce récit, Matthieu leur explique que, dès le début, ces mages venus d’Orient, reconnaissent Jésus comme roi (v.2) et se prosternent devant lui (v.11), contrairement au pouvoir établi à Jérusalem. Mais écrire tout ceci à une communauté juive, c’est-à-dire à ceux qui avaient le sentiment d’être le peuple choisi par Dieu, est particulièrement risqué. Avec le récit des Mages, Matthieu vient dire aux membres de son peuple deux choses : La première : d’abord en l’enfant de Bethléem, Dieu se donne au monde.

Pas seulement au monde juif, mais au monde tout entier. Pas seulement au monde des croyants et des bien-pensants, mais au monde des athées et des superstitieux. Ce n’est pas rien de dire cela, puisque par la suite, nous apprendrons que Jésus a été rejeté par les siens, qu’il a été condamné et mis en croix par les chefs des prêtres et les pharisiens, et que c’est un centurion romain, c’est à dire un homme païen, autrement dit, un non juif, qui reconnaîtra en lui le fils de Dieu.

L’Evangéliste Jean, dira dans le début de son Evangile : « La lumière est venue parmi les siens et les siens ne l’ont pas reçu ». La seconde chose que Matthieu veut dire en racontant cet épisode des Mages, ou des savants, c’est que Dieu n’est plus la propriété exclusive des croyants juifs. Et cela non plus ce n’est pas rien de le dire justement à un peuple dont la foi est totalement régie par la Loi de Moïse et des nombreux commandements qui viennent édifier la façon dont il faut croire, et surtout qui viennent indiquer le contenu de la foi. Le Dieu de Moïse s’est révélé jusqu’à présent dans la Loi donnée au Mont Sinaï, dans le décalogue et tous les commandements qui en découlent. Dans l’Evangile de Matthieu, Dieu se révèle dans cet enfant encore anonyme de l’étable de Bethléem, c’est à dire là où personne ne l’attend.

Cette façon de transmettre les choses est le début d’une lente révolution qui est commencée, et qui n’est pas finie. Avec les prophètes du premier Testament, comme Esaïe ou Michée, il y a eu des paroles prophétiques et libératrices, annonçant une lumière qui va guider tous les peuples, ou encore la naissance d’un enfant à Bethléem, un enfant avec tant de dons qu’il finirait par conduire le peuple. « Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef, qui conduira Israël, mon peuple ». (Michée 5/1).

Mais rien n’indiquait que l’enfant naîtrait dans une étable. Alors les prêtres et les scribes du monde juif, connaissant par cœur le contenu du livre de la Loi et des prophètes, et sachant interpréter correctement le contenu de la Parole de Dieu, ne tirent aucune conséquence de l’arrivée des savants.

Ils apprennent par les mages que la prophétie ancestrale est en train de se réaliser, mais ils les laissent partir à Bethléem sans y aller eux-mêmes. Ils n’éprouvent pas besoin de vérifier ce qu’ils ont appris et ce qu’ils croient savoir. Ceux qui savent et qui croient correctement manquent le premier rendez-vous de la nouvelle façon que Dieu prend pour se révéler au monde.

C’est bel et bien le début de cette lente révolution, qui n’est pas encore finie. Dieu change d’identité. Dieu quitte les cieux, lieu de son éloignement, et s’incarne, Dieu est présent dans l’enfant de Bethléem. Dieu est là, tout entier, dans la fragilité d’un enfant. C’est une vraie révolution qui démarre à Noël et qui continue avec Jésus devenu adulte, parcourant la Galilée et la Judée, en soignant et en faisant des signes, des miracles, obligera les autres à se poser des questions. « Es-tu bien le Messie annoncé par les prophètes ou devons-nous en attendre un autre » ….

Quelle est cette lente révolution qui démarre ? Dieu nous rejoint dans notre marche, vers des terres inconnues, comme les Mages, au temps de la naissance de Jésus. Sa seule toute puissance sera celle de l’amour « désarmé » qui paradoxalement sera celle de la vulnérabilité extrême, présente dans la fragilité d’une naissance, présente aussi, plus tard, dans l’impuissance d’un homme mourant sur une croix. Amis, frères et sœurs, nous n’avons pas trop d’une fête de Noël tous les ans, pour découvrir, toujours inattendu, le Dieu de Jésus-Christ.

Noël est là non seulement pour nous rassembler, et nous apaiser, nous remplir de joie, malgré ce monde brutal qui est le nôtre, mais Noël est là aussi pour nous inviter à accueillir la présence du Dieu de l’Evangile, qui est tout autre, jamais comme on l’imagine, et qui aujourd’hui, est symbolisé par un enfant nouveau-né, entouré de ses parents. Ce Dieu, dont Jésus sera le témoin incomparable. Il se tiendra, le moment venu, auprès des rejetés, des parias, des prostituées, il relèvera les femmes adultères, il guérira les lépreux, il fera la première place aux enfants, il rémunérera le dernier autant que le premier et il dira au moment ultime : Père pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » …

Oui, c’est tout cela ce Dieu présent en Jésus-Christ, cet amour présent jusque dans les situations les plus insoutenables de notre monde. Cet amour-là est l’étoile des hommes. Pour la suivre, cette étoile, pour comprendre et recevoir cet amour, il va nous falloir, tout comme les Mages de notre récit, rentrer par un autre chemin, pour le reconnaître dans les endroits les plus improbables, là où des êtres humains luttent inlassablement pour la dignité de leurs frères en humanité, travaillant sans relâche au dialogue, à la réconciliation, à la paix et à la solidarité sous toutes ses formes. Une lente révolution qui continue. Joyeux Noël à tous.

Amen.

Lecture de la Bible

Matthieu 2/1-12

1 Après la naissance de Jésus à Bethléem, en Judée, à l'époque où Hérode était roi, des savants vinrent d'Orient. Ils arrivèrent à Jérusalem
2 et demandèrent : « Où est l'enfant qui vient de naître, le roi des Juifs ? Car nous avons vu son étoile apparaître en orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
3 Quand le roi Hérode apprit cette nouvelle, il fut troublé, ainsi que toute la ville de Jérusalem.
4 Il réunit tous les grands-prêtres et les spécialistes des Écritures, et leur demanda où le Christ devait naître.
5 Ils lui répondirent : « À Bethléem, en Judée. Car voici ce que le prophète a écrit :

6 “Et toi, Bethléem, terre de Juda,
tu n'es certainement pas la moins importante des localités de Juda ;
car c'est de toi que viendra un chef
qui conduira mon peuple, Israël.” »
7 Alors Hérode convoqua secrètement les savants et s'informa auprès d'eux du moment précis où l'étoile était apparue.
8 Puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez chercher des renseignements précis sur l'enfant ; et quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »

9 Après avoir écouté le roi, ils partirent. Et l'étoile qu'ils avaient vue en Orient les précédait ; quand elle arriva au-dessus de l'endroit où se trouvait l'enfant, elle s'arrêta.
10 En la voyant là, ils furent remplis d'une très grande joie.
11 Ils entrèrent dans la maison et virent l'enfant avec sa mère, Marie. Ils tombèrent à genoux pour se prosterner devant l'enfant ; puis ils ouvrirent leurs trésors et lui offrirent des cadeaux : de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
12 Comme ils furent avertis dans un rêve de ne pas retourner auprès d'Hérode, ils prirent un autre chemin pour rentrer dans leur pays.


Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)

À Voir également