Qui est mon prochain ?

Luc 10:25-37.

Culte du 20 juin 2021
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo de la partie centrale du culte

Culte à l'Oratoire du Louvre

Dimanche 16 mai 2021
« Qui est mon prochain ? » : une question qui demeure...


Culte par la pasteure Agnès Adeline-Schaeffer
Baptême d’Ameline G.
Musique : Alexandre Korovitch, organiste suppléant

Accès direct aux textes des chants, cliquer ici
Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Musique

Annonce de la grâce :
Amis, frères et sœurs, bienvenue à tous.
Avant même que nous fassions quoi que ce soit,
Avant même que nous demandions quelque chose,
Avant même que nous reconnaissions nos torts,
Dieu nous dit : Je vous donne ma paix.
Je vous fais grâce pour tout ce que vous avez fait,
tout ce que vous pourriez me dire, pour vous justifier,
tout ce que vous pourriez me demander.
Je suis le Dieu qui aime sa création, son humanité tout entière,
Autrement dit chacun et chacune d’entre vous, tels que vous êtes !
La grâce et la paix nous sont données, ici et maintenant,
de la part de Dieu notre Père, en Jésus-Christ, son Fils, notre Sauveur et notre frère.

Accueil de l’assemblée
Bienvenue à chacun, chacune pour ce temps de culte. Bienvenue à celles et ceux qui nous rejoignent par le site internet et qui sont en communion avec nous.
C’est encore un jour de fête ce dimanche, pour notre Église, parce que nous avons la grande joie d’accueillir aujourd’hui dans l’Église Ameline, qui a demandé à recevoir le baptême. Chère famille et chers amis d’Ameline, soyez les bienvenus dans ce temple de l’Oratoire du Louvre, ainsi que tous les paroissiens fidèles, et les personnes de passage qui sont là peut-être pour la première fois. C’est un jour de joie pour notre paroisse,
Ma consœur Béatrice Cléro-Mazire se joint à nous, là où elle se trouve, puisqu’elle est invitée à présider le culte au Foyer de l’Âme, aujourd’hui, la pasteure Dominique Hernandès étant déléguée au Synode National, qui tient sa session ce dimanche.
Pour nous accompagner musicalement, merci à Alexandre Korovitch qui est à l’orgue ce matin.

Prière
Prions : Dieu notre Père, nous sommes rassemblés ce matin dans ce lieu de prière et de communion. Permets que nous soyons une communauté de prière et de joie, autour de celle qui va recevoir le signe de ta grâce. Envoie ton Esprit-Saint sur chacun, chacune de nous, et notre foi fera grandir notre amour du prochain. Béni sois-tu pour ta présence fidèle. Amen.

Nous nous réunissons dans la communion fraternelle avec le 1er chant du livret liturgique, inséré au début du psautier français.
Répons : Bénissons Dieu le seul sauveur. (Ps 134).
Bénissons Dieu le seul Seigneur, nous qu’il choisit pour serviteurs.
Levons nos mains dans sa maison, pour bénir et louer son nom.

Louange 
Seigneur,
On nous dit que tu nous parles,
Mais je n’ai jamais entendu ta voix
De mes propres oreilles.
Les seules voix que j’entends
Ce sont des voix fraternelles
Qui me disent les paroles essentielles.

On nous dit que tu fais route avec nous
Mais je ne t’ai jamais surpris à mêler tes pas
A ma propre marche.
Les seuls compagnons que je connaisse,
Ce sont les êtres fraternels
Qui partagent la pluie, le vent, le soleil.

On nous dit que tu nous aimes,
Mais je n’ai jamais senti ta main se poser
Sur mes propres épaules.
Les seules mains que j’éprouve,
Ce sont des mains fraternelles
Qui étreignent, consolent et accompagnent.

Mais si c’est toi, ô mon Dieu,
Qui m’offres ces voix,
Ces compagnons, ces mains,
Alors, au cœur du silence et de l’absence,
Tu deviens par tous ces frères et ces sœurs, Parole et Présence.
Loué sois-tu, ô mon Dieu ! Amen.
(extrait de la prière de Jacques Musset).

Chant d'Assemblée : Psaume 42 dans le Psautier français  « Comme un cerf altéré brame », strophes 1, 3 et 8

Volonté de Dieu
Ecoutons la volonté de Dieu

INSTITUTION DU BAPTEME
Dans notre Église, on peut demander le baptême à tous les âges. C’est le cas aujourd’hui pour Ameline qui a rejoint notre paroisse il y a deux ans environ, par le biais du groupe Jeunes Oratoire.
Ameline, L’Église, aujourd’hui, accueille ton désir avec joie. Et obéit à la volonté de Jésus-Christ qui a dit à ses disciples : “Toute autorité m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez, de toutes les nations faites des disciples. Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit Et apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai enseigné.
Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.”

INSTRUCTION
Ameline,
Tu vas être baptisée au nom du Père, qui t’a donné le souffle de la vie.
Tu vas être baptisée au nom du Fils. Jésus-Christ, mort et ressuscité pour que tu aies la vie, t’appelle à son service.
Tu vas être baptisée au nom du Saint-Esprit, Qui fera naître en toi la foi, l’espérance et l’amour.

Grâce à ton baptême, nous nous rappelons notre propre baptême, et nous nous souvenons que nous dépendons de Dieu seul et de son amour. Nous croyons que cela est vrai pour chacun, chacune, petit ou grand, même pour ceux qui ne le savent pas encore. En effet, “nous aimons Dieu parce qu’Il nous a aimés le premier”.

Répons : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute » (L&P n°193, str.1)
Parle, Parle, Seigneur, ton serviteur écoute,
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis. 
Je le suis, je veux l’être,
Et marcher dans ta route, et les jours et les nuits.

Confession du péché
Dieu, notre Père, nous avons préféré nos désirs à ta volonté. Nous avons travaillé pour nous plus que pour ton royaume. Nous nous sommes aimés nous-mêmes, plus que nous n’avons aimé notre prochain et toi-même. Pardonne-nous, Seigneur, de n’avoir pas changés et de nous être si souvent repentis en vain. Toi qui nous connais mieux que nous-mêmes, toi qui nous aimes en dépit de tout, change notre volonté. Et avec ton pardon, accorde-nous la force et la joie de mieux t’aimer et te servir. Par Jésus le Christ ton fils, notre Sauveur. AMEN. Répons
J’aime mon Dieu, car il entend ma voix. Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse, Quand j’ai prié au jour de ma détresse, Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi. Annonce du pardon
Ainsi parle le Seigneur : “Je vous donnerai un coeur nouveau,
Je mettrai en vous mon Esprit, je serai votre Père, Vous serez mes fils et mes filles.” “Celui qui écoute ma parole, dit Jésus, Et qui croit en celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle ; il ne vient pas en jugement, Mais il est passé de la mort à la vie.”

Répons : « Combien grande est ta gloire » (Ps 92 selon L&P n° 38 str.2).
Combien grande est ta gloire, en tout ce que tu fais,
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire.
Tes œuvres sans pareilles, ont réjoui mon cœur.
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveilles.

Baptême d’Ameline :
Ameline, que demandes-tu ?
     - Je demande le baptême
Avec l’Eglise universelle, veux-tu confesser la foi chrétienne ?
     - Oui, Jésus-Christ est le Seigneur.
Ameline, je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.
Quel passage biblique as-tu choisi afin de soutenir ta démarche ?
     - J’ai choisi un passage de l’Evangile de Luc, chapitre 10, les versets 25 à 28

Lecture et témoignage.

J’invite l’assemblée à se lever pour accueillir Ameline
Frères et Sœurs, voici Ameline.
Elle est ici chez elle, vous êtes sa famille spirituelle. Vous prierez pour elle. Vous l’associerez à l’édification de l’église, vous l’encouragerez dans son joyeux service. Aucune contrainte ne la retiendra dans la communauté, et si elle venait à s’en séparer, vous affirmerez qu’elle peut toujours y retrouver sa place. Vous serez pour elle les témoins de l’amour de Dieu.
Dites avec moi : Que Dieu nous soit en aide !
    - Réponse de l’assemblée : Que Dieu nous soit en aide !

Imposition des mains :
Ameline,
Que le Saint-Esprit affermisse ta foi, t’accorde ses dons et te les renouvelle jour après jour.

Remise de la Bible par la présidente du Conseil Presbytéral

Chant d'Assemblée : dans le recueil Louange et Prière, cantique n°308 « Confie à Dieu ta route », strophes 1, 2 et 3.

Doxologie : Gloire à Dieu dans les cieux et sur la terre, d’éternité en éternité !

Lecture biblique : Evangile de Luc, chapitre 10, versets 29 à 37 (TOB)
(la première partie du texte a été lue par Ameline, lors de sa confession de foi)

Mais lui, (le légiste), voulant montrer sa justice, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho ; il tomba sur des bandits qui, l’ayant dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à demi-mort.
Il se trouva qu’un prêtre descendait par ce chemin ; il vit l’homme et passa à bonne distance.
Un lévite, de même, arriva en ce lieu ; il vit l’homme et passa à bonne distance.
Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de l’homme : il le vit et fut pris de pitié. Il s’approcha, banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin, le chargea sur sa propre monture, le conduisit à une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, tirant deux pièces d’argent, il les donna à l’aubergiste, et lui dit : « Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose de plus, c’est moi que te le rembourserai quand je repasserai. »
Lequel des trois s’est montré le prochain de l’homme qui était tombé sur les bandits ?
Le légiste répondit : « C’est celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »

Chant d'assemblée : Recueil Arc en Ciel, cantique n° 232 « Comme un souffle fragile » Strophes 1, 2 et 3

Prière d'illumination
Prions ensemble
Dieu notre Père, nous te disons notre joie et notre reconnaissance pour Ameline, qui vient de recevoir le signe de ta grâce. Nous te prions pour que chaque jour ta Parole rejoigne sa vie, et puisse-t-elle aussi rejoindre les nôtres, là où nous en sommes. Accorde-nous ton Esprit, afin que les mots de la Bible que nous allons entendre devienne ici et maintenant, parole de vie, une parole pour nos vies. A toi montent nos chants de louange et de reconnaissance.
Amen

Musique

Prédication - Qui est mon prochain ? » : une question qui demeure...

Amis, frères et sœurs, chère Ameline,

Tout d’abord, merci Ameline d’avoir choisi pour ton baptême et ton entrée dans l’Église universelle, cette parabole dite du « Bon Samaritain », qui est certainement un texte de l’Évangile que la plupart d’entre nous ici connaît bien. Ce texte contient l’essentiel de l’attitude, disons, chrétienne, à observer : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toute la totalité de ton être, et tu aimeras ton prochain comme-toi-même. Commandements déjà présents, dans le premier Testament, dans le livre du Deutéronome (6:5) et celui du Lévitique (19:18).
Remarquons la construction du texte de Luc qui est en deux parties :
     - d’une part, le récit du dialogue entre Jésus et le légiste, ou le maître de la loi, qui est la seule partie du texte que nous retrouvons en commun avec deux autres évangiles, Matthieu et Marc. C’est cette partie que tu as choisie de garder pour ton témoignage de foi, particulièrement vibrant.
      - d’autre part, la parabole en elle-même, que nous ne trouvons que chez Luc.
Je souhaiterais attirer votre attention en particulier sur la question que pose Jésus au maître de la Loi : « Lequel des trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé aux mains des bandits ? »

Pourtant, la question du maître de la Loi était claire. Il a demandé « Qui est mon prochain ? Et tous ici nous sommes d’une certaine manière, au clair avec la notion du prochain ! Spontanément, nous pourrions répondre le prochain, c’est celui à qui on vient en aide. Mais la parabole propose une autre réponse : le prochain, c’est celui qui ME vient en aide. Ameline, le prochain c’est celui qui te vient en aide, et c’est celui-ci que tu es appelée à aimer comme toi-même. Et ce n’est pas aussi simple que cela.
« Qui est mon prochain ? », demande le docteur de la Loi. Jésus développe sa réponse au moyen d’une parabole, un récit qui n’est pas une comparaison didactique, comme dans d’autres histoires, mais plutôt un récit de vie, présentant une attitude à suivre.
Il s’agit ici d’un récit mettant en scène trois personnages qui appartiennent à l’univers du docteur de la loi, un récit qu’il peut donc comprendre.

Ces trois personnages ont une attitude différente vis-à-vis d’un quatrième personnage, qui est un homme blessé.
Les deux premiers, le lévite et le prêtre, ont une attitude négative. Il ne nous est pas précisé pourquoi ils ne s’arrêtent pas près du blessé. Pourtant, ces deux hommes ont le savoir religieux, le même que le maître de la Loi. Ils savent théoriquement ce qu’il faut faire, mais ils ne font pas. Ils passent à distance. Peut-être que dans cette histoire, ils ne sont là que pour mettre en valeur l’attitude particulièrement positive que sera celle du Samaritain, la figure même de l’étranger, et l’ennemi héréditaire, de surcroît.
Le Samaritain voit et s’arrête, atteint au plus profond de lui-même, Il soigne le blessé avec l’huile qui calme la douleur et le vin qui désinfecte les plaies. Il prolonge son geste en emmenant le blessé chez l’aubergiste et en lui laissant un dédommagement financier. L’aide apportée est donc complète.

La parabole de Jésus va conduire le maître de la loi, celui qui sait, qui connaît la loi, à dépasser sa perspective sur la notion de prochain, comme nous pouvons le constater dans la conclusion de la parabole.
A la question que lui pose Jésus, à la fin de l’histoire, le maître de la Loi qui, au départ, voulait mettre Jésus dans l’embarras, donne une réponse suggérée par la parabole. Sans le nommer, le maître de la Loi désigne le Samaritain comme celui qui a été le prochain de l’homme blessé.
Ainsi cette phrase : « Celui qui a été bon pour lui », donne la vraie définition du prochain, le prochain qui ne désigne pas l’autre, par rapport à nous-mêmes, mais qui nous oblige maintenant à reformuler la question comme le fait Jésus : « Lequel des trois à ton avis, s’est montré le prochain de l’homme blessé ? »

Le prochain désigne toute personne qui s’approche des autres avec amour, qu’ils soient étrangers, hérétiques ou marginaux. La vraie question est alors celle-ci, non plus : « qui est mon prochain ? », mais plutôt « comment vais-je être moi-même le prochain de l’autre ? » La question se pose aussi dans l’autre sens : « vais-je reconnaître mon prochain, en celui qui me vient en aide ? »
Parce celui qui me vient en aide, je ne le choisis pas et, bien souvent, il n’est pas celui que j’avais prévu ou espéré ; il n’est pas forcément celui ou celle sur qui j’aurais pu compter, et qui, contre toute attente, est resté à distance de ma blessure, mais celui qui a été bon pour moi.

En fait cette parabole est une histoire à double-entrée. D’une part, comment vais-je être le prochain de celui, de celle qui croisera ma route, ma vie ? Et comment vais-je pouvoir aimer celui m’aide, et qui n’est peut-être pas celui sur qui je comptais au départ ?
Car celui qui me vient en aide, c’est celui à qui j’aurai eu le courage d’avouer ma faiblesse. Ce faisant, je lui aurai aussi confié ma vulnérabilité.

Cette parabole, donc, avant de nous envoyer vers les autres, nous renvoie d’abord à nous-mêmes. Aimer son prochain comme soi-même, cela pourrait être : aimer ce qui en l’autre, est différent de ce que je suis, et qui constitue un autre chemin, une voie encore inexplorée, une autre façon d’être soi, qu’on ignorait et que l’autre nous révèle. Aimer l’autre comme soi-même, c’est pourquoi pas, lui faire confiance, avant de le juger, et peut-être par voie de conséquence, de l’exclure.
Faire confiance, c’est le socle de l’amour. Que notre amour soit pour Dieu, ou qu’il soit pour l’autre. « Aime ton prochain comme toi-même ».

Aimes-toi d’abord tel que tu es, avec tes défauts et tes qualités et essaie de connaître aussi l’amour dont tu es capable. Au fond, c’est l’autre qui révèle l’amour que tu as en toi. Il s’agit de nous regarder en face dans les yeux de l’autre, comme dans un miroir, car l’image de nous-mêmes sera renvoyée par ce que l’autre dira de nous : « C’est celui qui est bon pour moi ». Je peux dire aussi que mon prochain, c’est celui qui aura été bon pour moi. C’est celui qui aura eu ce geste bienveillant ou cette parole réconfortante, cette attitude d’accueil, cette impulsion compatissante ou de miséricorde.
Ici, dans ce texte, le légiste exprime de lui-même la réponse qu’il espérait de Jésus. Il accède à sa propre vérité. L’Évangile nous fait accéder à la vérité qui est en nous. Pourtant bien souvent nous pouvons nous reconnaître d’abord dans l’attitude du prêtre et du lévite qui s’éloignent dans l’indifférence, parce que la souffrance de l’autre fait peur, incommode, fragilise. Mais alors, qui n’aura pas peur de ma propre souffrance, qui soulagera mes plaies, quand, à mon tour, je serai sur le bord du chemin ?

Il n’est pas question de faire ici une leçon de morale, mais plutôt de faire une leçon d’être.
Le vrai lieu de la rencontre est le geste d’amour, le regard de compassion, comme celui du Samaritain vers l’homme blessé. « Le Samaritain vit le blessé et en fut tout ému ». Le terme n’est pas superficiel. Le terme grec fait allusion à l’appel aux entrailles. Le tressaillement de la matrice. Le fait d’aimer Dieu de toute sa personne, avec la raison, la pensée, la réflexion, n’exclut pas le chemin du cœur qui passe par l’émotion.
L’émotion fait partie de notre humanité, mais aussi de l’humanité de Jésus. Le vrai lieu de la rencontre n’est pas seulement dans un partage intellectuel, aussi satisfaisant et valorisant qu’il soit, mais également dans une écoute attentive et attentionnée, une attitude toute simple dans le quotidien de notre vie, en conciliant toutes les forces qui nous habitent, les mauvaises comme les bonnes, pour devenir exactement qui nous sommes.

Quand on sait tout cela, Jésus nous demande de ne pas nous arrêter là. Il ne veut pas que l’on dise ce que l’on sait de lui, à travers la loi ou au travers son enseignement ; mais pour aller en profondeur, Jésus nous demande d’être ce que nous avons appris de lui.

« Va et fais de même ». Voici une parole qui dépasse la forme d’une simple procédure, car c’est une parole dynamique, et urgente même, une mise en route, une mise en mouvement.
Car la loi d’amour n’est pas quelque chose d’inaccessible. Non, comme le dit le texte du Deutéronome, « la parole de Dieu est dans ta bouche et dans ton cœur. Elle n’est pas hors d’atteinte ». (Dt 30 :14). Elle est révélée par la mise en pratique. La nouveauté de l’Évangile, ce n’est pas seulement l’autre qui est mon prochain, mais c’est moi qui suis le prochain de l’autre. Son attitude envers moi dépendra de celle que j'aurai pour lui. Il sera pour moi ce que je serai pour lui, juste parce que, comme tu l’as dit, Ameline, c’est porter en soi une exigence d’amour de telle sorte que je la suppose présente chez l’autre, en réciprocité. C’est quitter le raisonnement pour s’abandonner à la foi, qui sera force de communion. Aimer celui que j’aide, comme aimer celui qui m’aide, c’est un chemin de libération qui peut prendre toute une vie. Au fond, nous sommes tous en route. Amen.


Musique

Chant d'assemblée : dans le recueil Louange et Prière, Cantique n° 343, « Seigneur accorde moi d'aimer », strophes 1, 2 et 3.

Annonces
Offrande
Voici le moment de l’offrande.
Tout est à Dieu. La collecte d’argent à laquelle nous procédons est un signe de cette conviction. Elle est de plus un moyen nécessaire à la vie de notre communauté. Elle exprime notre solidarité. Notre Église ne vit que de nos dons, et rien d’autre.
Musique
Prière
Merci, Dieu, notre Père, pour tout ce que tu nous donnes
Et merci pour la joie d’offrir.
Accepte ce que nous t’apportons
Comme signe de notre engagement à ton service.

Prière d'intercession 

C’est dans cette confiance renouvelée que nous te disons la prière que Jésus a enseignée à ses disciples :

Notre Père
Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.

Envoi et bénédiction
Je vous invite à vous lever pour recevoir la bénédiction du Seigneur :

Prenez le temps de jouer, C’est le secret d’un cœur d’enfant.
Prenez le temps de rire, C’est une gorgée d’eau fraîche.
Prenez le temps de donner, C’est du pain pour l’affamé.
Prenez le temps d’aimer et d’être aimé, C’est une grâce de Dieu.
Prenez le temps de prier, C’est votre force sur la terre.

Bénédiction
Que le Dieu de l’Espérance, vous remplisse de toute joie et de toute paix, dans la foi, afin que vous aussi, vous débordiez d’espérance, par la puissance de l’Esprit-Saint. Amen.

Chant d'Assemblée : dans le recueil Louange et Prière, cantique n°150 « A toi la gloire », Strophes 1, 2 et 3

Signature du registre de baptême 
Orgue et Sortie

Paroles des cantiques du dimanche 20 juin 2021

Psaume : Psautier Français n° 42 « Comme un cerf altéré brame », strophes 1, 3 et 8

Strophe 1
Comme un cerf altéré brame,
Pourchassant le frais des eaux,
O Seigneur, ainsi mon âme
Soupire après tes ruisseaux.
Elle a soif du Dieu vivant
Et s’écrie en le cherchant :
« O mon Dieu, quand donc sera-ce
Que mes yeux verront ta face ? »

Strophe 2
Mon seul pain, ce sont mes larmes
Nuit et jour en tous les lieux ;
On se rit de mes alarmes,
On me dit : Où est ton Dieu ?
Mon coeur songe aux temps passés ;
Vers ton temple j’avançais
Aux accents de la trompette,
Au milieu du peuple en fête.

Strophe 3
Mais pourquoi pleurer, mon âme
Et frémir d’un tel effroi,
Quand celui que tu réclames
Est toujours auprès de toi ?
Tourne-toi vers ton Sauveur ;
Il apaisera ton coeur
Et tes chants loueront encore
Le Seigneur que tu implores.

Strophe 8

Dans ma nuit mets ta lumière,
Dans mon coeur ta vérité,
Pour guider jusqu’à son père
Le retour de l’exilé.
A nouveau, Dieu de ma joie,
Je ferai monter vers toi,
Avec tous ceux qui te chantent,
Ma ferveur reconnaissante.

Cantique : Louange et Prière n°308 « Confie à Dieu ta route », Strophes 1, 2 et 3

[Pour écouter, cliquer ici]

Strophe 1
Confie à Dieu ta route,
Dieu sait ce qu’il te faut ;
Jamais le moindre doute
Ne le prend en défaut.
Quand à travers l’espace
Il guide astres et vents,
Ne crois-tu pas qu’il trace
La route à ses enfants ?

Strophe 2
Tout chemin qu’on t’impose
Peut devenir le sien ;
Chaque jour il dispose
De quelque autre moyen.

Il vient, tout est lumière ;
Il dit, tout est bienfait ;
Nul ne met de barrière
À ce que sa main fait.

Strophe 3
Consens à lui remettre
Le poids de ton souci.
Il règne, il est le maître,
Maintenant et ici.
Captif, pendant tes veilles,
De vingt soins superflus,
Bientôt tu t’émerveilles
De voir qu’ils ne sont plus.

Cantique : Arc en Ciel n° 232 « Comme un souffle fragile » Strophes 1, 2 et 3

Strophe 1
Ta parole est murmure
Comme un secret d’amour.
Ta parole est blessure
Qui nous ouvre le jour.

Refrain
Comme un souffle fragile,
Ta parole se donne.
Comme un vase d’argile,
Ton amour nous façonne.

Strophe 2
Ta parole est naissance
Comme on sort de prison.
Ta parole est semence
Qui promet la moisson.

Strophe 3
Ta parole est partage
Comme on coupe du pain.
Ta parole est passage
Qui nous dit un chemin.

Cantique : Louange et Prière n°343 « Seigneur accorde moi d'aimer », strophes 1, 2 et 3

Strophe 1
Seigneur, accorde-moi d’aimer !
Il faut bien que ta main m’y pousse ;
En moi je trouve un coeur fermé
Dont la vaine pitié s’émousse.
S'il est vrai que chaque désir,
Ici bas côtoie une faute,
Qui rendra mon âme assez haute
Pour cet amour qui doit l’emplir ?

Strophe 2
Il faut ta croix sur mon chemin
Et la brûlure de tes larmes,
Il faut ce grand mystère humain
Par quoi, Seigneur, tu me désarmes.

Nous n’aurions pas connu l’amour
Si tu n’avais aimé toi-même.
Que ta croix soit mon seul emblème
Pour les combats de chaque jour !

Strophe 3
Par toi qui n’es que charité,
Qu’ainsi je mette sur ma route
Où règne l’ombre, la clarté,
La foi virile où gît le doute ;
Fais que j’oppose désormais
Au désespoir ton espérance,
Ton pardon sans borne à l’offense,
A la haine, ô Jésus, ta paix.

Cantique : Louange et Prière n°150 « A toi la gloire », Strophes 1, 2 et 3

[Pour écouter, cliquer ici]

Strophe 1
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.
Brillant de lumière, L’ange est descendu ;
Il roule la pierre Du tombeau vaincu.
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.

Strophe 2
Vois-le paraître : C’est lui, c’est Jésus,
Ton Sauveur, ton Maître ; Oh ! ne doute plus !
Sois dans l’allégresse, Peuple du Seigneur,
Et redis sans cesse Que Christ est vainqueur.
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.

Strophe 3
Craindrais-je encore ? Il vit à jamais,
Celui que j’adore, Le prince de paix.
Il est ma victoire, Mon puissant soutien,
Ma vie et ma gloire : Non, je ne crains rien.
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.

Paroles des répons du temps de l'Église

Après la salutation
Répons : « Bénissons Dieu le seul Seigneur » (Ps. 134, str.1).

Bénissons Dieu le seul Seigneur,
Nous qu’il choisit pour serviteurs.
Levons nos mains dans sa maison,
Pour bénir et louer son nom.

Après la volonté de Dieu
Répons : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute » (L&P n°193, str.1)

Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis.
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

Après la prière de repentance
Répons : « J’aime mon Dieu, car il entend ma voix ». (Ps. 116, str.1)

J’aime mon Dieu car il entend ma voix,
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

Après l’annonce de la grâce
Répons « Combien grande est ta gloire » (Ps 92 selon L&P n° 38 str.2).

Combien grande est ta gloire, en tout ce que tu fais, 
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire !
Tes œuvres sans pareilles  ont réjoui mon cœur,
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveilles !

Après la confession de foi 
Répons : « Grand Dieu, nous te bénissons » (L&P n°69, str.1)

Grand Dieu, nous te bénissons, nous célébrons tes louanges,
Éternel, nous t’exaltons, de concert avec les anges,
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !

Après la bénédiction
Répons : « Confie à Dieu ta route » (L&P n°309, str.5)

Bénis ô Dieu nos routes, nous les suivrons heureux,
Car toi qui nous écoutes, tu les sais, tu les veux.
Chemins riants ou sombres, j’y marche par la foi,
Même au travers des ombres, ils conduisent à toi.

Lecture de la Bible

Evangile de Luc, chapitre 10, versets 25 à 37

La parabole du Bon Samaritain

25  Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l'éprouver: Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle?
26  Jésus lui dit: Qu'est-il écrit dans la loi? Qu'y lis-tu?
27  Il répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même.
28  Tu as bien répondu, lui dit Jésus; fais cela, et tu vivras.
29  Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus: Et qui est mon prochain?
30  Jésus reprit la parole, et dit: Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort.
31  Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre.
32  Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l'ayant vu, passa outre.
33  Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit.
34  Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui.
35  Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l'hôte, et dit: Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour.
36  Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands?
37  C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit: Va, et toi, fais de même.

Vidéo du culte entier

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)

À Voir également