Pour le monde, le cantique de Marie

Culte du 16 août 2020
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo du culte entier

Culte à l'Oratoire du Louvre

Dimanche 16 Août 2020
 Pour le monde, le cantique de Marie.
Luc 1 : 39-56

Culte par le Pasteur Agnès Adeline-Schaeffer
Musique : Alexandre Korovitch, organiste

Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Musique

Salutation

La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ
L’amour de Dieu le Père et
La communion du Saint-Esprit
soient avec vous tous ! (2Co 13/13)
The grace of our Lord Jesus-Christ
And the love of God,
And the fellowship of the Holy Spirit
be with you all.

Accueil
Bienvenue à toutes et à tous pour ce temps de culte. Bienvenue à celles et ceux qui nous regardent en France ou à l’étranger. C’est le temps de l’été, avec une nouvelle liturgie que nous conservons pendant les mois de juillet et août. Elle peut être suivie en anglais. Que ce culte soit un moment de paix et de ressourcement, de joie et de communion.

Chant spontané : Psaume 134
Bénissons Dieu le seul Seigneur
Nous qu’il choisit pour serviteurs
Levons nos mains dans sa maison
Pour bénir et louer son nom

Louange

Seigneur, tu es vie.
Tu nous donnes et nous conserves la vie.
Nous te louons, Seigneur, tu es lumière.
Tu nous éclaires et nous réjouis par ta lumière.
Nous te louons, Seigneur, tu es joie.
Tu nous donnes de partager ta joie.
Nous te louons, Seigneur, tu es espoir.
Tu traces et prépares nos sentiers.
Nous te louons, Seigneur, tu es amour.
Tu nous permets de vivre dans l’amour.
Nous te louons.
Lord, you are life.
You give and preserve life for us.
We praise you, Lord, you are light.
You enlighten our way and we rejoice in your light
We praise you, Lord, you are joy.
You let us share your joy.
We praise you, Lord, you are hope.
You trace and prepare our way.
We praise you, Lord, you are love.
You allow us to live in your love.
We praise you.

Chant d'Assemblée
Je vous invite à poursuivre notre louange, dans le Psautier Français : Psaume n° 103 "Rends grâce à Dieu, mon âme", strophes 1-2-4-5

1 - Rends grâce à Dieu, mon âme,
en toutes choses !
Il m'a donné les jours dont je dispose.
Je n'oublierai aucun de ses bienfaits.
Tous mes pêchés, sa grâce les pardonne.
Dans mes vieux jours, c'est lui qui me couronne
De son amour qui ne faiblit jamais.

2 - Riche en bonté et lent à la colère,
Il nous fait grâce, à nous comme à nos pères.
Il ne veut pas nous accuser toujours.
Il compatit à toutes nos misères.
Autant les cieux s'élèvent de la terre,
Autant pour nous estvaste son amour.
4 - Mais Dieu soutient les hommes qui le craignent,
Et sur les siens, toujours sa bonté règne.
Même il fait grâce encore à leurs enfants !
Il bénira dans leur obéiossance
Ceux qui sauront garder son alliance,
Et se plier à ses commandements.

 5 - Aux plus hauts cieux, Dieu trône en puissance,
Tout ce qui est lui doit obéissance.
Bénissez-le sur terre et dans le ciel,
Vous, ses témoins, ses serviteurs, ses anges !
Tout ce qu'il fait proclame sa louange.
Mon âme, exalte et bénis l'Eternet !

Volonté de Dieu

Voici le jeûne auquel je prends plaisir, dit le Seigneur. Brise les chaines injustes, Dénoue les liens de tous les jougs, Renvoie libre tous ceux qu’on opprime, Mets fin à toute servitude, Partage ton pain avec celui qui a faim, Recueille dans ta maison les malheureux sans asile, Couvre ceux qui ont froid, Et ne te détourne pas de ceux qui sont ta propre chair. Alors ta lumière se lèvera comme l’aurore, tu appelleras, Et le Seigneur répondra. Tu crieras et il répondra : « Me voici ». (Esaïe 58/6-9)To worship me according to my will, say the Lord. Loose the bonds of wickedness, Undo the heavy burdens, And let the oppressed go free, And break every yoke. Share your bread with the hungry, Bring the poor that are cast out to your house. When you see the naked, cover him. and do not hide yourself from your own flesh. Then shall your light break forth as the morning. Then shall you call, and the Lord shall answer; you shall cry, and he shall say, Here I am. (ls. 58 : 6-9)

Chant Spontané : cantique Louange et Prière n°193/1
Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute,
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis.
Je le suis, je veux l’être et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.


Confession des Péchés

De notre indifférence et de notre ingratitude en ton égard, comme de tout oubli de tes commandements, Délivre-nous, Seigneur.
De toute forme d'égoïsme et de tout manque de générosité envers notre prochain, comme de toute mauvaise humeur, Délivre-nous, Seigneur.
De toute lâcheté et de toute paresse dans nos communautés, comme de toute négligence dans notre travail,
Délivre-nous, Seigneur.
De toute vanité et de tout orgueil de soi-même, comme de tout découragement, Délivre-nous, Seigneur. Seigneur pardonne-nous. Amen !
From our indifference and our ungratefulness towards you, and in our forgetting to obey your commandments,
Lord deliver us.
From all forms of egoism and all lack of generosity towards our neighbours, as well as from all bad temper,
Lord deliver us.
From all cowardliness and from all laziness in our community, as from all negligence in our work,
Lord deliver us.
From all vanity and from all pride in ourselves, as from all discouragement, Lord deliver us.
Lord forgive us. Amen.

Chant Spontané : Psaume 116b
J’aime mon Dieu, car il entend ma voix,
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

Pardon

Quand les montagnes s'effondreraient, dit le Seigneur, quand les collines chancelleraient, ma bonté pour toi ne faiblira point, et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée. Je t'aime d'un amour éternel, c'est pourquoi je te conserve ma miséricorde. (Esaïe 54/10)For the mountains shall depart, and the hills be removed; but my kindness shall not depart from you, neither shall the covenant of my peace be removed, says the Lord who has mercy on you (Is.54/10).

Chant Spontané Louange et Prière 92/2
Combien grande est ta gloire en tout ce que tu fais,
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire ;
Tes oeuvres sans pareilles ont réjoui mon coeur ;
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveille !

Confession de foi

Je crois en Jésus-Christ le fils unique de Dieu, qui s'est fait homme pour que nous ayons pardon, joie, salut. Je crois qu'il est mort et ressuscité pour nous donner victoire sur la mort et I'assurance de notre résurrection. Je crois qu'il reviendra dans la puissance et la gloire, comme il est venu dans la faiblesse et l'humilité. Par lui je crois en Dieu notre Père, qui nous prend pour ses enfants et nous aime comme il aime Jésus-Christ. Je crois en l'Esprit-Saint, qui demeure dans notre esprit et nous atteste que nous sommes les enfants de Dieu, qui guide I'Eglise par l'Evangile et nous révèle la gloire de Jésus-Christ. Je crois I'Eglise du Christ, secrète et universelle, visible et invisible, pécheresse et pardonnée. Je crois que tous les hommes sont liés à Jésus-Christ. Je crois que le royaume de Dieu est notre commune espérance.I believe in Jesus Christ the only Son of God, who was made man that we should have pardon, joy and salvation. I believe that he died and rose again from the dead to give us victory over death, and the assurance of our resurrection I believe that he will come again in power and glory as he came in weakness and humility. Through him, I believe in God our Father who considers us his children and loves us as he loves Jesus Christ. I believe in the Holy Spirit who abides in our minds and confirms that we are the children of God, who guides the Church by the Scriptures, and reveals to us the glory of Jesus Christ. I believe in the Church of Christ, secret and universal, visible and invisible, sinful and forgiven. I believe that all people are joined to Jesus Christ. I believe that the kingdom of God is our common hope.

Chant spontané 69/1
Grand Dieu nous te bénissons, nous célébrons tes louanges !
Eternel, nous t’exaltons, de concert avec les anges,
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !

Prière d’illumination

Seigneur, nous te remercions de nous avoir réunis en ta présence, pour nous révéler ton amour. Fais taire en nous toute autre voix que la tienne. Ouvre, par ton Saint-Esprit, nos esprits et nos coeurs à ta vérité, Au nom de Jésus-Christ.Lord, We thank you for having brought us together in your presence, to show us your love. Silence in us all other voices than your own. Open by the Holy Spirit, our minds and hearts to your truth. in the name of Jesus Christ. Amen

Lecture biblique : Luc 1, versets 39 à 56.
[Pour accéder à la lecture biblique, cliquer ici]

Musique

Prédication

Amis, frères et sœurs,

Si je vous pose cette question : « Mais vous les protestants, vous ne croyez  pas à la Vierge Marie ? », beaucoup d’entre vous reconnaîtront une affirmation, souvent maladroite, mais tout de même bien répandue,  qui indique la méconnaissance dans laquelle la foi protestante est tenue.
Et généralement, suit une autre question : « Mais alors, le 15 août, que faites-vous » ?  Il faut donc répondre avec beaucoup de diplomatie que ce jour-là, nous le passons de la façon la plus simple qui soit, puisque, effectivement, nous n’avons pas comme les catholiques ou les orthodoxes, de célébration concernant l’Assomption de Marie. C’est une question que l’on m’a posé justement hier matin, 15 août.
Cette question peut paraître naïve  aux oreilles de certains. Les protestants sont des chrétiens qui,  parfois,  font bande à part, en particulier en ce qui concerne Marie. C’est vrai qu’ils rejettent radicalement un certain nombre de dogmes de l’Eglise catholique, qui leur paraissent éloignés, voire  étrangers à la pensée biblique, comme par exemple, Marie médiatrice entre le croyant et Jésus, ou entre le croyant et Dieu, ou encore la doctrine de l’Immaculée Conception, selon laquelle Marie aurait été préservée du péché originel, doctrine officiellement reconnue en 1854, ou celle de l’Assomption, fêtée le 15 août, célébrant la glorification de Marie, ou Marie élevée au ciel,  reconnu seulement en 1950. Les orthodoxes diffèrent des catholiques sur ces deux doctrines : ils ne reconnaissent pas l’Immaculée Conception,  ni l’Assomption  par voie de conséquence, lui préférant « la Dormition », doctrine selon laquelle Marie, soumise comme tout un chacun à sa condition humaine, meurt, puis ressuscite, puis est élevée au ciel.  
Ces doctrines n’étant pas basées sur l’Écriture mais plutôt sur la Tradition et sur la piété populaire, les protestants restent volontairement en retrait sur ces deux fêtes. Ce qui ne les empêche pas d’avoir un sérieux respect, voire un attachement,  pour la mère de Jésus. D’ailleurs, au moment de la Réforme, le conflit entre l’Église catholique romaine et les Réformateurs ne portait pas sur la personne de Marie, mais sur le salut par la grâce, au moyen de la foi.  Luther, en particulier,  avait maintenu les fêtes de l’Annonciation, de la Visitation et de la Purification, parce qu’elles ont un fondement scripturaire. C’est pourquoi nous pouvons découvrir ou relire  en toute liberté et sans aucune culpabilité,  le commentaire fervent que fait Luther du Magnificat dans lequel il reconnaît, je cite : «la douce mère de Dieu, (qui) nous enseigne, par l’exemple de son expérience et par ses paroles, comment on doit reconnaître, aimer et louer Dieu ».
Ou écouter avec le plus grand émerveillement, le « Magnificat » de Jean-Sébastien Bach.
C’est pourquoi aussi, avec l’ouverture officielle du dialogue œcuménique entre les églises chrétiennes, au 20ème siècle, il était naturel que les protestants se réapproprient, voire, pour certains, se réconcilient avec la figure de Marie, présente dans les Ecritures.
Ne nous méprenons pas. L’objet de la foi chrétienne n’est pas Marie, mais bien, Jésus, le Christ. Si Marie ne tient pas une place importante dans la piété protestante, elle  est,  et elle reste,  la mère de Jésus. Les protestants s’accordent à dire qu’elle demeure le visage du tout premier disciple du Christ, et qu’elle est notre sœur dans la foi chrétienne. Et si nous avions besoin de découvrir ou de redécouvrir le personnage de Marie, c’est évidemment sur la base des témoignages bibliques qu’il faudrait le faire, mais en gardant à l’idée que les Écritures ne nous donnent pas un accès direct au personnage de Marie. Tout comme pour Jésus, ou les disciples, nous ne pouvons rencontrer Marie qu’au travers des témoignages qui construisent chacun des Évangiles. Chaque évangéliste en parle, mais chacun avec ce qu’il reçu et compris du message du Christ. Mais finalement, n’est ce pas une aventure qui commence ou recommence à chaque fois que nous ouvrons la Bible ? Les Écritures ne nous confortent pas dans nos  habitudes ou nos traditions, mais au contraire, elles viennent les bousculer, les déplacer,  autrement dit, les réformer. 
Si Marie est présente dans les quatre Évangiles, à des endroits très différents, seuls ceux de Matthieu et de Luc font référence à la naissance et à l’enfance de Jésus. Aujourd’hui, nous nous intéresserons davantage au récit de Luc, racontant la visitation entre les deux cousines, Élisabeth et Marie.
Luc écrit son Évangile pour un monde païen, une société construite sur d’autres images divines et dont le fonctionnement est basé sur la puissance, la richesse, l’orgueil. Mais au fond, notre société, 21 siècles après, est sensiblement la même qu’au temps de Luc. Alors, la Parole de Dieu serait-elle impuissante à changer quoi que ce soit, malgré le témoignage en paroles et en actes de la nuée des témoins qui nous précédés ? Et si elle ne change rien, alors, pourquoi l’écouter encore aujourd’hui ? La foi qu’elle suscite ne serait-ce qu’une illusion, ou encore un certain opium du peuple, évitant ainsi de réfléchir.
Nous venons de lire ce cantique de Marie. On le connaît mieux sous l’appellation  « Magnificat » qui est sa traduction latine. 
Mon âme exalte le Seigneur !
On entend la louange de cette femme qui clame son bonheur. Mais si nous  regardons attentivement le texte, nous pouvons être surpris par son contenu. Les deux cousines, Élisabeth la femme âgée qui a dépassé l’âge biologique de la maternité et Marie, la jeune fille, qui n’est pas encore mariée, donc légalement, qui ne peut pas être enceinte, sont ensemble.
Elles échangent leurs sentiments sur leurs maternités respectives. Élisabeth  a salué la visite de Marie, en s’écriant : « Bienheureuse celle qui a cru… »
Et Marie répond à Élisabeth : « Oui, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse ». Jusque là, pas de grande surprise.
Par contre, tout le reste de la prière de Marie pose question.  Les mots de Marie sont surprenants, inattendus dans la bouche d’une toute jeune femme, qui n’a, a priori, aucune expérience de la vie …
Pourquoi cette femme, que Dieu a choisie pour être la mère du Sauveur, commence-t-elle par dire son humilité ?
Les premiers mots de ce cantique rappellent un autre cantique de l’Ancien Testament, celui que nous pouvons retrouver dans le 1er livre de Samuel.
Ces mots étaient déjà présents dans la bouche d’Anne, la future  mère de Samuel. Anne, stérile, pleurait de ne pouvoir donner naissance comme elle le devait. Elle avait crié à Dieu sa détresse : « Seigneur tout puissant, si tu daignes regarder l’humilité de ta servante, et lui donner un fils, alors je te le donnerai ! » (1 Samuel 1).
Anne est-elle un modèle d’humilité ? Non,  pas forcément, mais elle est un modèle d’humiliation.
On se moque d’elle et on la méprise parce qu’elle ne peut pas avoir d’enfant. Même sa propre prière dans le temple est mal comprise par le prêtre qui croit qu’elle est ivre, tellement son chagrin lui faisait perdre le contrôle de son comportement. 
Son destin de femme en ce monde ancien est anéanti, réduit à néant. Elle existe, mais elle ne peut pas remplir sa mission  qui est de donner la vie et d’assurer la survie de la dynastie, en donnant une descendance.
Les premiers mots du Magnificat de Marie peuvent aussi faire penser à une autre histoire : à celle de Léa, dans le livre de la Genèse, l’épouse délaissée puisque Jacob lui préféra Rachel ! Léa, abandonnée, ne trouve plus de justification à son existence,  mais néanmoins, Léa attendra tout de même un enfant. Elle mettra au monde Ruben. Et quand elle apprend cette nouvelle, Léa laisse éclater sa joie avec ces mots : « Le Seigneur a daigné regarder mon humiliation ». (Genèse 29/32)
Et Léa dira encore, après avoir mis au monde Siméon, Lévi et Juda :
« Toutes les femmes me diront bienheureuse ». (Genèse 30/13)
Toutes ces paroles font écho aux paroles du cantique de Marie.
C’est le langage de la prière de la femme, à qui, jusqu’à présent, le bonheur de participer à la bénédiction a été refusé ;
C’est le langage de l’épouse qui se désespère de ne pouvoir honorer ses engagements et de faire rater la promesse qui a été faite à Abraham au tout début de l’alliance : une descendance innombrable ;
C’est le langage de la prière de la femme qui découvre que son vœu le plus cher est enfin exaucé, et qu’elle ne sera plus la honte ni de son couple, ni de sa famille, ni de la société.
Au fond, le « Magnificat » est une prière qui aurait, sans doute, mieux trouvé sa place dans la bouche d’Élisabeth, car enfin, l’épouse stérile, dans cette histoire, c’était bien Élisabeth. Au lieu d’écrire « Et Marie s’écria » … il aurait peut-être fallu mettre : « Alors elle s’écria », en relation avec Élisabeth, et retrouver ainsi une certaine logique.
Une logique oui, mais une nouveauté, non.
Luc écrit son évangile dans le but de témoigner, comme les autres évangélistes, de sa propre foi. Le texte final a été rédigé au plus tôt en 70, bien après sa mort. Nous avons certainement  affaire à une prédication de la première Église, inspirée peut-être par quelques souvenirs, mais nourrie surtout du souci de montrer aux générations futures comment la naissance de Jésus est en accord avec les prophéties de l’Ancien Testament.
On ne peut pas douter que les rédacteurs des Evangiles aient fait un travail sérieux. Et lorsqu’à notre tour, nous travaillons les textes bibliques, on ne peut que découvrir comment les évangélistes ont récolté, compilé en quelque sorte les traditions juives pour les actualiser à chaque génération et c’est sûrement une liberté que nous avons encore à apprendre pour aujourd’hui.

Le Magnificat de Marie est une prière juive très ancienne, remplie de références scripturaires, qui en font une prière liturgique, destinée au culte.
Au départ, c’est la prière d’une femme stérile, certes, abandonnée, sûrement, en tout cas, c’est la prière d’une créature qui n’a rien d’exceptionnel, qui n’a rien à faire valoir, c’est aussi la prière de tout un peuple qui ne compte que sur l’alliance que Dieu a conclue avec lui.
Lorsqu’on continue la lecture de ce texte, nous pouvons souligner le caractère subversif des paroles de cette prière, qui n’ont rien à envier aux manifestes révolutionnaires de tous âges : « Il est intervenu de toute la force de son bras, il a dispersé les hommes à la pensée orgueilleuse, il a jeté les puissants à bas de leurs trônes et il a élevé les humbles ; les affamés, il les a comblés de biens, et les riches, il les a renvoyés les mains vides ». Il y a de quoi ébranler  les dictatures les plus solides, notamment en Amérique Latine, qui avaient interdit le chant du Magnificat dans les Églises, ou faire s’écrouler certains trônes de la finance.  
Mais ces paroles sont autrement plus subversives, lorsqu’elles annoncent un renversement spirituel, que les derniers seront les premiers,  que les enfants, les petits, les prostituées et les collecteurs d’impôts précèderont les théologiens et  autres « organisateurs de la vérité ». *
Ces paroles peuvent surprendre, lorsque nous les entendons dans la bouche de Marie, une jeune fille simple et modeste, mais qui a fait le pari de la foi, de la confiance : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole. (Luc 1, 18), dans l’ordinaire de sa vie, alors qu’elle rend simplement visite à sa cousine. Elle relie sa vie à celle de la nuée des témoins qui l’ont précédée, en y mêlant le chant des psaumes, qui accompagnent Israël tout au long de son histoire.
Ces paroles nous rejoignent précisément dans l’état actuel du monde, en particulier dans notre contexte contemporain de pandémie, où nous découvrons chaque jour par les nouvelles, comme le fossé s’accroit tragiquement entre les riches et les pauvres, entre ceux qui ont un travail et ceux qui l’ont perdu ou qui sont en voie de le perdre.  La promesse de justice clamée dans la prière de Marie ne peut résonner que comme un cri, à la fois de détresse et d’espérance, qui rappelle les cris qui relie les êtres humains à travers le monde, bien  au-delà de toute barrière confessionnelle et religieuse.
Dans l’Évangile de ce matin, Marie prie librement avec des paroles qui ne laissent  la place ni aux regrets, ni à la tergiversation.
Elle prie avec des mots qui supposent l’accomplissement de son attente.
Remarquons aussi que, pas une seule fois l’enfant qu’elle porte n’est mentionné. La prière de Marie opère un véritable décentrement. Ce n’est pas son histoire personnelle qu’elle raconte, mais elle s’inscrit avec celles et ceux qui l’ont précédée, dans la grande histoire du peuple de Dieu. Elle ouvre le chemin pour celles et ceux qui viendront après elle. C’est en cela, me semble-t-il,  que réside la nouveauté.
Quelques versets auparavant,  l’ange Gabriel avait promis à Marie un enfant à la destinée merveilleuse, dont elle ne semble tirer aucune fierté personnelle. Parce que l’enfant qui arrive dépasse largement ses attentes de future mère, en rejoignant plutôt l’attente d’Israël, et plus largement l’espérance d’un monde touché à nouveau par la grâce de Dieu.
Avec Marie, nous sommes au seuil de ce Royaume que Jésus inaugurera dans quelques temps, pas encore établi mais déjà là tout entier dans une personne, Jésus,  qui dira sur la croix : « Tout est accompli ».
Aujourd’hui, la descendance promise à Abraham au fil des siècles qui ouvre le peuple juif aux dimensions de l’humanité,  sera une descendance espérée mais inattendue, qui va bousculer pour Marie, les règles de l’enfantement, les règles de la stérilité, pour Élisabeth, qui mettra aussi en place de nouvelles règles dans les relations humaines et familiales.  Jésus ne dira-t-il pas plus tard : « Qui sont mes frères et mes sœurs ? Qui est mon père, qui est ma mère, mais celles et ceux qui font la volonté de mon Père qui es dans les cieux (Mt 12, 46 à 50 ; Mc 3, 32 à 35). Jésus inaugurera encore une nouvelle relation filiale au moment de sa mort, disant à Marie et à Jean : « Femme voici ton fils, Jean, voici ta mère » (Jean 19/26-27) … une manière symbolique de rassembler Israël, « la racine qui nous porte », et l’Église naissante, aux branches infinies.
Le salut est donné, depuis le tout début. Il nous est juste demandé de le célébrer. Et nous avons toutes les raisons d’être joyeux, car, faut-il le rappeler,  le nom de Jésus veut dire : « Dieu sauve », et non pas « Dieu punit », ou « Dieu se venge ». Marie attend cet enfant, qu’en lui, beaucoup reconnaîtront comme le Messie, qui,  au nom de Dieu et de son amour sans condition,  ne nous accuse pas, mais nous encourage, ne nous  juge pas, mais nous pardonne, ne nous exclut pas, mais nous accueille et nous tire d’affaire, tout simplement parce qu’il ne met pas son pouvoir au service de la colère  de Dieu, mais de son amour. 
Il faut aujourd’hui célébrer cette bonne nouvelle.
Et puisque ce texte est dans l’Évangile, c’est aujourd’hui, la prière de l’Église universelle, et pas seulement celle d’une église en particulier. Je crois que le Magnificat peut aussi être notre propre prière aujourd’hui.
Car dans le monde dans lequel nous vivons, quel temps prenons-nous pour dire : « Mon âme exalte le Seigneur » ?  « Magnifique est le Seigneur ! » Est-ce que nous avons seulement des raisons de nous réjouir de la sorte ? Ne serait-ce pas de la provocation pure alors que notre monde souffre si injustement, lorsque nous écoutons les dernières informations tragiques, au Liban ou en Afrique, lorsque nous sommes accablés par les tourments ou les tristesses, voire les culpabilités incompressibles…
Nous sommes invités à nous réjouir et à dire notre reconnaissance, pourtant, parce qu’il nous est proposé de regarder attentivement chacune de nos vies, tissés immanquablement d’épreuves, d’échecs et de déceptions, et de bien repérer, comme une relecture de notre existence, là où il y a eu ces petits moments de joie où tant de choses bonnes ont eu lieu, comme des prières exaucées, des désirs comblés, une rencontre qui permet le partage, l’échange, une maladie guérie ou une autre qui offre un temps de rémission. C’est à nous de repérer comment nous avons été aimés, accompagnés sur nos routes humaines. C’est à nous de compléter la liste dans notre cœur.
Alors, en ce week-end dit de « l’Assomption », accueillons la prière de Marie, comme le chant du monde. Oublions tout esprit de polémique et cherchons dans le texte qui nous est offert, la Bonne Nouvelle dont nous avons, nous les premiers, tellement besoin. Une bonne nouvelle qui libère des antagonismes, des méfiances, des conflits et qui invite à la confiance et à la réconciliation, non seulement, avec nous-mêmes mais avec tous les hommes.
Amen.
 
Pour aller plus loin :
France Quéré : Les femmes de l’Évangile, Le Seuil, 1982.
André et Francine Dumas : Marie de Nazareth, Labor et Fides, 1989.
Elian Cuvillier : Qui es-tu donc Marie ? , Editions du Moulin, 1994.
France Quéré : Marie, Préface de Charles Blanchet, Desclée de Brouwer, 1996.
Françoise Lautmann : Ni Eve, ni Marie, Luttes et incertitudes des héritières de la Bible, Labor et Fides 1997.
Groupe des Dombes : Marie dans le dessein de Dieu et la communion des saints, Bayard-Centurion, 1998 et 1999.
Michel Leplay : Le protestantisme et Marie, une belle éclaircie, Labor et fides 2000.
Marc Plana : Notes bibliques et pédagogiques de la coordination Edifier et témoigner, de l’Eglise réformée de France.
 


Musique

Chant d'Assemblée
Je vous invite à chanter, dans le recueil Louange et Prière, 
le cantique 88, strophes 1, 4, 5 et 6. « Le cantique de Marie »

1 - Magnifique est le Seigneur !
Tout mon coeur pour chanter Dieu !
Magnifique est le Seigneur !
Alléluia, alléluia !

4 - Le nom du Seigneur est saint !
Son amour pour toujours rejoint
Ceux qui se confient en lui.
Alléluia, alléluia !
5 - Il abat les orgueilleux.
Il renverse les puissants
Mais il élève les humbles.
Alléluia, alléluia !

6 - Il nourrit les affamés,
Mais le riche et le repu,
Il les renvoie les mains vides.
Alléluia, alléluia !

Annonces
Offrande

Musique

Prière d’intercession

Dieu d'amour tu nous a appelés à I'unité pour que nous vivions cette unité dans l'harmonie ; et pourtant nous sommes divisés : entre les religions, entre les riches et les pauvres. Brise les barrières que nous avons élevées entre nous, délivre-nous de l'orgueil et de l'égoïsme. Par la puissance de ton Esprit, donne-nous la guérison qui vient de toi.Loving God, you have called us to be one, to live in unity and harmony; and yet we are divided : faith from faith, rich from poor. Break down the barriers that we have erected among us; free us from pride and self-seeking; by the power of your Spirit, bring your healing among us.

Notre Père

Notre Père qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié;
Que ton règne vienne;
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel;
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour;
Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés;
Ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du mal;
Car c’est à toi qu'appartiennent, le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.
The Lord's Prayer

Our Father in heaven;
Hallowed be your name;
Your kingdom come;
Your will be done, on earth as it is in heaven;
Give us today our daily bread;
And forgive us our sins, as we forgive those who sin against us;
Save us from the time of trial, but deliver us from evil;
For the kingdom, the power and the glory are yours now and for ever. Amen.

Bénédiction

Que le Seigneur te bénisse et te garde !
Que le Seigneur fasse rayonner sur toi son regard et t'accorde sa grâce !
Que le Seigneur porte sur toi son regard et te donne la paix !
The Lord bless you and keep you;
The Lord make his face shine upon you and be gracious to you;
The Lord turn his face towards you and give you peace.

Chant spontané 308/5
Bénis ô Dieu, nos routes, nous les suivrons, heureux.
Car toi qui nous écoutes, tu les sais, tu les veux.
Chemins riants ou sombres, j’y marche par la foi,
Même au travers des ombres, ils conduisent à toi.

Musique

Luc 1 : 39-56

Retour à la prédication en cliquant ici

Lecture de la Bible

39  Dans ce même temps, Marie se leva, et s'en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda.
40  Elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Élisabeth.
41  Dès qu'Élisabeth entendit la salutation de Marie, son enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint Esprit.
42  Elle s'écria d'une voix forte: Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de ton sein est béni.
43  Comment m'est-il accordé que la mère de mon Seigneur vienne auprès de moi?
44  Car voici, aussitôt que la voix de ta salutation a frappé mon oreille, l'enfant a tressailli d'allégresse dans mon sein.
45  Heureuse celle qui a cru, parce que les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur auront leur accomplissement.
46  Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur,
47  Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,
48  Parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Car voici, désormais toutes les générations me diront bienheureuse,
49  Parce que le Tout Puissant a fait pour moi de grandes choses. Son nom est saint,
50  Et sa miséricorde s'étend d'âge en âge Sur ceux qui le craignent.
51  Il a déployé la force de son bras; Il a dispersé ceux qui avaient dans le coeur des pensées orgueilleuses.
52  Il a renversé les puissants de leurs trônes, Et il a élevé les humbles.
53  Il a rassasié de biens les affamés, Et il a renvoyé les riches à vide.
54  Il a secouru Israël, son serviteur, Et il s'est souvenu de sa miséricorde, -
55  Comme il l'avait dit à nos pères, -Envers Abraham et sa postérité pour toujours.
56  Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois. Puis elle retourna chez elle.

[Louis Segond]

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

À Voir également