En église, apprendre la vie

Luc 11:1-13

Culte du 20 septembre 2020
Prédication de Béatrice Cléro-Mazire

Vidéo du culte entier

Culte à l'Oratoire du Louvre

Dimanche 20 septembre 2020
En Eglise, apprendre la vie. Luc11 : 1-13

Culte par la Pasteure Béatrice Cléro-Mazire
Musique : Sarah Kim, organiste co-titulaire

Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Jeu d'Orgue
 
Annonce de la grâce
La grâce et la paix nous sont données en Dieu notre père.
Accueil pour le JEP et les enfants de l’Éducation biblique qui font leur rentrée.

Chant spontané : « Bénissons Dieu le seul sauveur » (Ps. 134).
Bénissons Dieu le seul Seigneur,
nous qu’il choisit pour serviteurs.
Levons nos mains dans sa maison,
pour bénir et louer son nom.


Louange
Louons le Seigneur avec le Psaume 63

Ô Dieu ! Tu es mon Dieu, je te cherche; mon âme a soif de toi, mon corps soupire après toi, dans une terre aride, desséchée, sans eau.
Ainsi je te contemple dans le sanctuaire, pour voir ta puissance et ta gloire.
Car ta bonté vaut mieux que la vie : mes lèvres célèbrent tes louanges.

Je te bénirai donc toute ma vie :j’élèverai mes mains en ton nom.
Mon âme sera rassasiée comme de mets gras et succulents, et, avec des cris de joie sur les lèvres, ma bouche te célèbrera.
Lorsque je pense à toi sur ma couche, je médite pendant les veilles de la nuit. Car tu es mon secours, et je suis dans l’allégresse à l’ombre de tes ailes.

Psaume : Dans le recueil « le Psautier Français », nous chanterons le psaume 92, les 4 strophes de ce psaume.

1 - Oh ! que c'est chose belle
De te louer, Seigneur,
De Chanter ta splendeur
Au milieu des fidèles ;
Quand le jour vient à naître,
D'annoncer ta bonté,
Et ta fidélité
Quand la nuit va paraître.

2 - Tes œuvres surprenantes
Ont réjoui mon cœur,
Et je dirai, Seigneur,
Leur sagesse étonnante.
Tes pensées sont profondes ;
Plus il les étudie,
Plus l'homme est interdit :
Ta main garde le monde.
3 - Si le méchants fleurissent
Comme l'ivraie des champs,
Et si des arrogants
Les projets réussissent,
C'est pour qu'ils disparaissent
Par la mort emportés
Et que soient dévoilés
Les plans de ta sagesse.

 4 - Tu oins d'une huile fraîche
Le front de ton enfant ;
On le voit rayonnant,
Vigoureux comme un cèdre.
Sa gloire et sa richesse
Sont d'orner ta maison ;
Tes fruits, chaque saison,
Combleront ta vieillesse.

Volonté de Dieu
Ecoutons la loi contenue dans la Bible :

Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, 
de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence.
C'est là le premier et le grand principe,
et voici le second, qui lui est semblable :
Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Chant spontané : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute »

Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis.
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

Repentance
Mon Dieu, quelle guerre cruelle !
Je trouve deux hommes en moi :
L’un veut que plein d’amour pour toi,
Mon cœur te soit toujours fidèle ;
L’autre, à tes volontés rebelle,
Me révolte contre ta loi.
L’un, tout esprit et tout céleste,
Veut qu’au ciel sans cesse attaché,
Et des biens éternels touché,
Je compte pour rien tout le reste;
Et l’autre, par son poids funeste,
Me tient vers la terre penché.
Hélas ! en guerre avec moi-même,
Où pourrai-je trouver la paix?
Je veux et n’accomplis jamais.
Je veux, mais, ô misère extrême !
Je ne fais pas le bien que j’aime,
Et je fais le mal que je hais.
Ô ! grâce, ô rayon salutaire !
Viens me mettre avec moi d’accord,
Et, domptant par un doux effort
Cet homme qui t’est si contraire,
Fais ton esclave volontaire
De cet esclave de la mort.
AMEN. 
( Jean Racine )

Chant spontané : « J’aime mon Dieu, car il entend ma voix ».

J’aime mon Dieu car il entend ma voix,
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

Annonce du pardon
Mais Dieu renouvelle pour nous sa grâce et il dit:
Mon enfant, tes péchés sont pardonnés, ta foi t'as sauvé.
Avance en paix.

Chant spontané : « Combien grande est ta gloire » (Ps. 92).

Combien grande est ta gloire, en tout ce que tu fais, 
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire !
Tes œuvres sans pareilles  ont réjoui mon cœur,
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveilles !

Confession de foi
Nous partageons maintenant une confession de foi possible :

Je crois en Dieu sans pouvoir le définir,
il est la transcendance qui donne une autre dimension à ma vie.
je ne connais pas son nom je n’ai de lui aucune image
mais toujours dans ma vie il est là,
comme une lumière qui éclaire mon chemin,
un vis à vis dans la solitude des jours.
je crois que si ma foi vacille, il croit en moi sans se désespérer et c’est mon espérance.

Je crois en Jésus et je crois qu’il est le Christ
Dieu s’est révélé à lui et l’a pris pour fils
il a cru en l’amour de Dieu et a aimé son prochain inconditionnellement
il a été fidèle jusqu’au bout,  loyal jusqu’à en mourir
son exemple me conduit
Jésus est pour moi un maître de sagesse
sa résurrection a lieu chaque foi que nous marchons dans ses pas

Je crois en l’Esprit Saint,
Et je ressens son action entre les hommes
qui veulent faire advenir le royaume de Dieu
Il nous réunit dans la communion fraternelle,
il me reprend quand je m’égare
et il éclaire les ténèbres de ma vie
j’ai confiance en son souffle, il m’a tant de fois sauvée.

Je crois en l’homme, quand il transforme le monde
pour le rendre plus juste, plus beau et habitable pour tous.
Je crois que nous faisons ce que nous pouvons
même si ce n’est pas assez
et j’ose croire que la foi, l’espérance et l’amour
président à l’action de beaucoup sur cette terre.
Je crois qu’il me faut ressusciter chaque jour de ma vie.
 
(Béatrice Cléro-Mazire)

Chant spontané

Grand Dieu, nous te bénissons, nous célébrons tes louanges,
Eternel, nous t’exaltons, de concert avec les anges,
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !

Doxologie : « Gloire à Dieu dans les cieux et sur la terre, et d’éternité en éternité »

Lecture du passage de la Bible médité.
Luc 11, 1-13

Psaume : Dans le recueil « le Psautier Français », nous prendrons le chant du psaume 84, les 3 premières strophes de ce psaume.

1 - Dans ta maison je suis heureux,
Elle est le désir de mes yeux,
Ici je cherche ta présence.
Longtemps mon cœur t'a réclamé,
Sa joie est de te retrouver,
Il crie à toi plein d'espérance.
Ainsi revient en la saison
Le passereau vers la maison.

2 - Heureux qui grave dans son cœur,
Le chemin qui mène au Seigneur,
Le chemin de l'humble service.
Pour lui la source jaillira,
Et l'eau du ciel l'arrosera,
Dans la vallée la plus aride.
Dieu guidera jusqu'à la fin,
Au long des jours, le pèlerin.

3 - Seigneur qui règne dans les cieux
Et nous écoute dans ce lieu,
Exauce-nous, sois notre garde.
A toi nos cœurs ne cachent rien ;
Quand tu regardes vers les tiens,
A ton Messie d'abord regarde :
Vois son visage couronné,
Vers lui notre espoir est tourné.

Prière

Ô Maître, apprenez-moi à faire oraison.
Aidez-moi à faire taire mes sens et mes passions; ou élevez votre voix afin que, malgré le bruit confus qu’ils excitent en moi, j’entende clairement vos réponses.
Mon esprit travaille par son attention, mais souvent ses efforts sont inutiles.
Mon imagination, inquiète et chagrine de ce que je m’applique à des sujets où elle n’entend rien, vient à la traverse et dissipe toutes mes idées avant qu’elles aient passé jusqu’au coeur.
Verbe fait chair, raison des intelligences qui avez pris un corps afin de rendre la vérité sensible à des hommes charnels, accommodez-vous à ma faiblesse, parlez-moi d’abord un langage qui n’effraie point toutes les puissances de mon âme.
Vous savez que je veux invinciblement être heureux.
Donnez-moi donc, dans l’oraison, l’avant-goût des vrais biens afin que je les désire ; donnez-moi le dégoût des faux biens  afin qu’ils me fassent horreur. Soutenez par la douceur de votre grâce l’attention de mon esprit.
(Nicolas Malebranche)

Jeu d'Orgue

Prédication

            Nous sommes ici dans un lieu qui peut être appelé : Oratoire, temple, église, maison de prière, maison de Dieu. Tous ces mots sont adaptés, et tous portent en eux une nuance qui révèle, pour ce lieu, un usage particulier. Car, en ces journées européennes du patrimoine, dont le thème est « éducation et patrimoine: apprendre pour la vie », il faut avoir le courage de se demander : à quoi sert l’Église dans notre apprentissage de la vie ? 
            Le premier problème est de savoir de quoi l’on parle quand on parle d’église. Une église est à la fois une assemblée d’hommes, de femmes et d’enfants qui se réunissent, soit physiquement dans un même lieu, soit virtuellement dans un même moment, dans un même rendez-vous de l’ordre de l’évènement. C’est alors l’assemblée qui est l’évènement « Église ». Mais l’Église, c’est aussi une institution, faite de traditions transmises, d’histoires racontées, de textes communs, de tout un patrimoine immatériel qui, lorsqu’il est partagé, crée une communauté vivante se rattachant aux mêmes repères. L’Église, c’est aussi un clergé, qui, dans certaines confessions, exerce un magistère et organise la communauté selon un droit particulier. Dans le protestantisme, bien que nous soyons « tous prêtres », une certaine autorité est consentie par des mandats limités dans le temps et conditionnés à des compétences particulières à des membres de la communauté, toutes les fonctions n’étant pas possibles en même temps pour tous. 
            L’Église est aussi le corps du Christ, cette entité spirituelle qui nous rappelle que nous sommes tous interdépendants dans la foi et que le Christ est le seul chef de l’église, à savoir sa tête, celui qui la dirige telle que Dieu la crée. Car c’est Dieu qui crée l’église en appelant chacun, par sa foi, ses questionnements et ses curiosités à rejoindre l’assemblée des fidèles.
            Dans ces conditions, que nous apprend une église pour notre vie ?
            Le sanctuaire des Israélites qui étaient nomades dans le désert était d’abord une tente appelée tente de la Rencontre. Et c’est cette notion de rencontre avec Dieu qui a parcouru les âges jusqu’à nos jours pour justifier l’existence de lieux de culte.  Dans le livre des Nombres, on peut lire : « Lorsque Moïse entrait dans la tente de la Rencontre pour parler avec Dieu, il entendait la voix qui lui parlait d’au-dessus de l’expiatoire placé sur le coffre du Témoignage, d’entre les deux kéroubim (chérubins). Et il lui parlait ». (Nb 7, 89) Évidemment, on peut parler à Dieu et entendre sa voix ailleurs que dans un édifice religieux, mais l’image de cette tente, itinérante avec le peuple, nous fait comprendre que cet espace circonscrit au milieu de l’espace profane est ainsi rendu sacré. Même si Dieu est omniprésent dans l’imaginaire des croyants d’autrefois comme dans celui d’aujourd’hui, il reste nécessaire de ménager un espace, pour le rencontrer. On peut rencontrer par hasard un ami n’importe où, mais l’espace que l’on choisit pour lui donner rendez-vous participe de la qualité de la rencontre. C’est pourquoi l’esthétique des lieux de cultes est si importante. Dans la sobriété comme dans l’opulence, la beauté participe de la Rencontre, et lui donne une teneur particulière.
            Les lieux sacrés nous apprennent la valeur d’une rencontre, le prix inestimable de celui avec qui l’on parle. Quand Salomon construit le temple de Jérusalem, il emploie les plus beaux matériaux, les plus rares, les plus précieux, pour signifier le caractère exceptionnel de la relation qu’il entretient avec Dieu. Dans sa prière, au jour de la consécration du temple à Dieu, Salomon dit : « ce que tu avais dit de ta bouche, tu l’as accompli de ta main, voilà pourquoi il en est ainsi en ce jour » (I R 8, 24). Salomon construit donc le temple à cause d’une Parole donnée, d’une alliance que Dieu a respectée et que Salomon respectera lui aussi pour conserver cette relation entre son peuple et lui. Dans sa prière, Salomon fait mémoire de cette longue relation de confiance entre David, son père et le Dieu qui l’a choisi.
            Le temple, l’église, le lieu de culte, nous apprennent la fidélité à nos engagements. Dans cet espace réservé au sacré, c’est une histoire particulière qui constitue le matériau de construction du lieu de culte : l’histoire d’une relation de foi entre l’homme et Dieu, entre Dieu et les hommes. Salomon croit à un Dieu qui donne la paix ; il prendra le prétexte de la construction du temple pour commercer avec tous ces voisins et ainsi leur acheter les matériaux dont il a besoin. Créant ainsi des alliances grâce au temple du Dieu de l’alliance.
            Le roi Salomon sait aussi que ce lieu est un lieu emblématique de son règne, et il en fera la vitrine de sa politique diplomatique.
            Les édifices religieux ont toujours à voir avec l’exercice du pouvoir et, en cela, ils nous apprennent le jeu de forces qui s’exercent entre les hommes ; et leur architecture même enseigne une certaine idée de l’organisation politique.
            Ici, nous sommes dans un Oratoire, dont la raison d’être transparaît partout. Apparenté à un vaisseau, à cause de ses couloirs latéraux qu’on appelle volontiers des coursives, l’Oratoire du Louvre est l’expression d’une lutte, mais pas une bataille navale, une lutte d’idées.
            Voulu par la royauté pour être l’arme intellectuelle susceptible de combattre les idées de la Réforme sur son terrain, c’est-à-dire celui de la parole, ce lieu fut pensé comme la caisse de résonance du catholicisme de la contre-réforme. Orienté vers le Louvre et non vers Jérusalem, pensé pour célébrer la messe et prêcher une certaine théologie, cette chapelle royale avait tout d’un écrin précieux pour accueillir ce qui se faisait de meilleur en théologie catholique. La Société de l’Oratoire de Jésus, fondé par le futur cardinal de Bérulle dans la tradition de Philippe de Néri, a marqué ce lieu d’une empreinte indélébile, et aujourd’hui encore, au-delà des ironies de l’histoire qui ont fait qu’un empereur corse a affecté ce lieu de la contre-réforme au culte protestant,  nous continuons, nous aussi, à rendre gloire à Dieu avant tout par l’art oratoire.
            Tout ici est pensé pour la parole, du plafond en berceaux qui renvoient la voie humaine à tous les auditeurs, aux colonnes à l’antique qui nous rappellent le goût du baroque pour l’Antiquité et le travail intellectuel de celui qu’on surnomme le Platon chrétien: Nicolas Malebranche. Pierre Bayle, le philosophe et historien protestant, contemporain de Malebranche, écrit à propos de son œuvre : « un ouvrage d’un génie supérieur, et l’un des plus grands efforts de l’esprit humain ». Cité par Marie-Frédérique Pellegrin, « Le XVIIe siècle », in D. Huisman (dir.), Histoire de la philosophie française, Paris, Perrin, 2002, p. 230.
            Nous sommes donc dans un lieu où les efforts de l’esprit humain sont sollicités. Mais est-ce le rôle de l’Église d’être un lieu de réflexion ?
            Que peuvent nous apprendre pour notre vie, les controverses entre les oratoriens et les jésuites ? Les écrits des Pères de l’Église ou les traités de langues anciennes ? Pourquoi ne pas se contenter d’une foi intuitive ? Ne pourrait-on pas prier Dieu et faire la charité aux plus démunis, sans plus se soucier des discours théoriques de la théologie ?
            Nous sommes ici dans un temple protestant, où la théologie libérale a fait un travail de réflexion propre à édifier des vies d’hommes, de femmes et d’enfants capables d’aimer Dieu tout en aimant leur prochain, et même d’aimer leur prochain pour signifier leur amour de Dieu. Tout ce que je viens de dire sur les commandements semble tout à fait évident pour n’importe quel chrétien. Pourtant, cette articulation entre l’amour de Dieu et l’amour du prochain a pris des formes tellement diverses à travers l’histoire, qu’on a pu ériger des bûchers au nom de ces deux commandements. Leur articulation n’est donc pas si aisée à construire, et seuls les efforts de l’esprit humain peuvent y parvenir. Mais il ne s’agit pas ici des efforts qui visent à construire des systèmes de pouvoir de l’Église pour tenir une population sous son règne. Il s’agit plutôt des efforts qui visent à armer le croyant de connaissances et d’arguments qui fassent de lui un lecteur libre de la Bible, capable de penser par lui-même. Et le libéralisme, avec sa méthode de lecture historico-critique des textes, mais aussi poétique, ou encore mystique, des textes, ouvre devant le lecteur une possibilité infinie d’interprétations, toutes étayées par des observations et des critiques rationnelles. Et qui se pose des questions sur sa Bible, s’en posera sur sa vie. Dans une vie d’Église, on apprend donc à lire la Bible et à réfléchir sur la vie.
            Il est donc d’une nécessité absolue d’avoir des lieux et des temps « sanctuarisés » pour réfléchir ensemble à cette relation de l’homme à Dieu, et par conséquent, aux relations des humains entre eux. Les Église servent à cela aussi.
            Le Christ n’a-t-il pas placé au cœur de son ministère la mise en question de cette relation de l’homme à son Dieu ? Jésus est attendu par ses disciples comme enseignant et même quand il se met à prier son Dieu devant eux, dans cette pratique qui pourrait pourtant sembler tout à fait spontanée, les disciples lui demandent de leur apprendre à prier. Preuve qu’il faut avoir réfléchi à la pratique de la prière pour s’y adonner et en être édifié.
            Les disciples veulent que Jésus leur apprenne à prier comme Jean a appris à le faire à ses disciples. Ils savent que l’enseignement fait le disciple, et que prier comme le maître, c’est déjà penser comme lui.
            Nous sommes, ici, dans une maison de prière, et l’on peut se demander à quoi peut bien servir la prière.
            Dans le texte de l’Évangile de Luc, Jésus commence par apprendre aux disciples les demandes qu’ils peuvent formuler quand ils prient Dieu. Il reprend, conforme à sa tradition de foi, le kaddish : Magnifié et sanctifié soit le grand nom, dans le monde qu’il a créé selon sa volonté et puisse-t-il établir son royaume. Puis il parle de la subsistance quotidienne, du péché et de l’épreuve.
            La prière du Notre Père, l’oraison dominicale, est immédiatement suivie dans l’Évangile de Luc par une expérience de pensée dont Jésus a le secret quand il enseigne. Et cette expérience de pensée nous met dans le rôle de celui qui prie son voisin de lui donner du pain pour un visiteur qui arrive à l’improviste.
            Jésus nous parle ici de l’opiniâtreté de celui qui prie. Il apprend à ses disciples la transformation que produit la prière dans le cœur de l’homme. Prier Dieu, c’est apprendre à demander l’impossible, le peu probable et c’est donc apprendre à déplacer les convenances et l’ordre établi. L’opiniâtre qui frappe à la porte, vient déranger en pleine nuit son voisin, il fait ce qui ne se fait pas d’ordinaire, il fait entrer l’extraordinaire dans l’ordinaire. N’est-ce pas ce que fait la prière ? Elle fait entrer le divin, l’éternel, l’infini, dans notre vie profane, mortelle et limitée.
            Oser prier, c’est oser déplacer les montagnes pour qu’un passage se fasse là où tout semblait impossible. C’est miser sur l’hospitalité de Dieu pour notre questionnement, et donc commencer à admettre que les choses sont peut-être, au bout du compte, possibles.
            L’église nous apprend à espérer dans la vie. Et ce n’est pas un détail insignifiant. Par son activité d’oraison, par la place centrale qu’y tient la Parole, notre église est un lieu de formation à l’espérance. Chacun y apprendra que, en face de mots opaques, de difficultés de compréhension, il y a un travail de la raison toujours possible, qui ouvre de nouvelles voies pour nos vies et que, avec les autres, ceux qui vivent en église avec nous, il est toujours possible de demander. Et ainsi, la vie en communauté nous apprend l’entraide et la solidarité, et aussi à ne pas avoir honte de demander ce que nous-mêmes nous ne pouvons faire seuls. L’Église nous apprend l’humilité.
            Celui qui écoute une parole et tente de la faire sienne, par-delà les siècles, par-delà les éléments inconnus qui la composent, par un effort de l'esprit humain, comprend que, partout dans sa vie, il pourra faire de même. Que les découvertes faites dans une parabole de Jésus ou dans un psaume de David, édifient son rapport aux autres et à Dieu. Que les mots ont une puissance propre et qu’en énonçant un problème, on est déjà en chemin pour résoudre le problème. Parce que nous sommes dans une religion de la parole créatrice, qui sépare pour sortir du chaos, qui éclaire ce qui était confus.
            Ici, nous sommes aussi dans la maison de Dieu, dans la maison de celui qui nous apprend à faire de nos vies le temple du Seigneur. Un temple pour ce qu’il nous a donné de meilleur : la Parole. Celle qui imagine, celle qui pense, celle qui accueille, celle qui nous rend humains. Alors, oui, ici, on apprend la vie avec un Dieu qui en élargit l’horizon.
 

                                                           AMEN.

Jeu d'Orgue 

Cantique : Louange et Prière n°170 « Viens habiter dans non âmes », les 3 premières strophes de ce cantique.

1 - Viens habiter dans nos âmes,
Dieu de lumière et de foi ;
Remplis de tes saintes flammes
Ceux qui n'espèrent qu'en toi ;
Fais sentir à notre cœur
Ta présence et ta faveur.

2 Viens répandre ta lumière
Sur l'esprit de tes enfants ;
Que ta grâce salutaire
Veille sur nous en tout temps ;
Garde à jamais notre cœur
Des surprises de l'erreur.

 3 - Nous n'avons rien en nous-mêmes
Pour attirer ta faveur ;
Mais en ton Fils tu nous aimes,
Et tu répondras, Seigneur,
A la voix de Jésus-Christ,
Aux soupirs de ton Esprit.

Annonces
Collecte

 
Prière d’intercession

Dieu le miséricordieux, si nous t’appelons, Adonaî, tu es là, si nous t’appelons Père, tu es là, si nous t’appelons Seigneur, tu es là, si nous t’appelons Allah, tu es là et si nous te cherchons dans les ténèbres, tu nous rejoins.
Que notre foi  en toi nous garde de toute arrogance religieuse et que nous soyons capables, en ton nom, de devenir frères et soeurs les uns pour les autres dans ce monde, car ce monde a besoin de notre fraternité.
Dieu de tous les hommes, fais de nous des artisans de paix. Fais de nos institutions religieuses des structures assez fortes pour garantir à tous la liberté d’exprimer sa foi et assez souples pour se réformer sans cesse afin de garantir une annonce fidèle de ta Parole pour ce monde.
Pardonne-nous enfin, de te demander ce que tu sais mieux que nous.
Donne-nous l’humilité dans la foi.
Et ensemble, nous pouvons dire et entendre la prière que Jésus le prophète, appelé fils de Dieu dans la foi, a apprise à ses disciples

Notre Père
Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous soumets pas à la tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.

Bénédiction
Frères et soeurs, allez annoncer l’Evangile dans ce monde, allez proclamer sa grâce.
Recevons la bénédiction de Dieu
Le Seigneur de nous bénit et nous garde.
Le Seigneur qui fait grâce nous bénit et nous garde.

Répons : Bénis Ô Dieu nos routes

Jeu d’Orgue

Luc 11 : 1-13

Retour à la prédication en cliquant ici

Lecture de la Bible

Luc 11/1-13

1 Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu'il eut achevé, un de ses disciples lui dit : Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l'a enseigné à ses disciples.
2 Il leur dit : Quand vous priez, dites : Père ! Que ton nom soit sanctifié ; Que ton règne vienne !
3 Donne-nous chaque jour notre pain quotidien ;
4 Pardonne-nous nos péchés, car nous aussi, nous pardonnons à quiconque nous offense ; Et ne nous laisse pas entrer en tentation.
5 Il leur dit encore : Lequel d'entre vous aura un ami qui se rendra chez lui au milieu de la nuit pour lui dire : Ami, prête-moi trois pains,
6 car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n'ai rien à lui offrir ?
7 Si, de l'intérieur, l'autre lui répond : Ne me cause pas d'ennui, la porte est déjà fermée, mes enfants et moi nous sommes au lit, je ne puis me lever pour te donner (des pains) —
8 je vous le dis, même s'il ne se lève pas pour les lui donner, parce qu'il est son ami, il se lèvera à cause de son importunité et lui donnera tout ce dont il a besoin.
9 Et moi, je vous dis : Demandez et l'on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l'on vous ouvrira.
10 Car quiconque demande reçoit, celui qui cherche trouve, et à celui qui frappe on ouvrira.
11 Quel père parmi vous, si son fils lui demande du pain, lui donnera une pierre ? ou (s'il lui demande) du poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu d'un poisson ?
12 Ou s'il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ?
13 Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent.

Audio

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)

À Voir également