Culte musical du 10 juin 2021

Culte du 10 juin 2021

Méditation (provisoirement culte entier)

Culte musical à l'Oratoire du Louvre

Jeudi 10 juin 2021

Mémoire et consolation pour le temps de la pandémie



Culte par les pasteures Agnès Adeline-Scaheffer et Béatrice Cléro-Mazire
Méditation par la pasteure Béatrice Cléro-Mazire

Musique :

  • Manna Ito, soliste soprano
  • Sarah Kim, organiste co-titulaire
  • Alexandre Korovitch, piano

Méditation : Que nous est-il arrivé ?


Comme la torpeur d’un été trop chaud ou le froid paralysant d’un hiver trop rude.
Une saison inconnue s’est ajoutée au cycle de nos vies.
S’enfermer, s’isoler, surtout ne pas sortir, par peur d’une menace invisible, impalpable.
Et le décompte des victimes qui n’en finit pas de monter.
Les chiffres qui cachent les vies, les individualités, les singularités.
Les courbes et les graphiques, qui dessinent en creux les pertes irremplaçables.
Toi mon prochain, quand nous reverrons-nous ?
 
Comme le rivage des îles d’un archipel, la ligne du masque sous tes yeux.
Je ne vois plus tes mots, ton sourire et ta voix.
Îles silencieuses posées sur une mer d’huile, à l’écart les unes des autres,
surtout ne pas toucher, ne pas serrer, ne pas embrasser.
Faire confiance au temps, à la vie, à la survie.
Croire que l’autre pense à nous et que rien ne peut nous séparer.
Croire sans voir, aimer sans pouvoir le montrer.
Toi mon prochain, quand nous retrouverons-nous ?
 
Comme un combat d’un nouveau genre, une course contre le mal.
Inventer, s’adapter, réapprendre à soigner sans connaître l’ennemi.
S’épuiser, y retourner et réussir à sauver.
Comme une guerre silencieuse, en uniforme stérile
Scaphandriers des profondeurs humaines.
Les mains gantées qui soignent dans des bulles de résistance
Les mains levées qui claquent aux fenêtres et rompent le silence
Toi mon prochain, comment te dire merci ?
 
Comme une présence d’un nouveau type, des ponts jetés sur l’isolement
Images amies sur des écrans, présence virtuelle et si précieuse
Paroles partagées dans la solitude, voix humaines dans les silences mornes
Événements dans les jours trop semblables, prière offerte quand les mots finissent par manquer.
Comme des éclats de lumière dans une nuit sans fin
Comme une humaine trace dans les cœurs isolés.
Toi mon prochain, comment te dire combien tu m’as manqué ?
 
Comme une vie retrouvée, un désir d’être ensemble jusque-là négligé
Dans la décantation des jours de confinement, l’essentiel apparaît et guide chaque élan
Secourir le malade, soutenir le précaire, honorer le défunt, assister le fragile
Choisir, en plein archipel, de dessiner des routes fraternelles
Choisir, en plein désert, de tracer des chemins solidaires
Humanité arrachée à la vanité des choses
Humanité révélée par l’inhumaine épreuve
Toi mon prochain, comment te dire combien je t’aime ?
 
Ce qui nous est arrivé ? Je n’en sais rien.
Mais nous étions ensemble, reliés les uns aux autres par un amour plus grand que nous.
Reste ce que nous aurons fait, avec les forces qu’un Autre nous donne.
Et nous l’aurons fait ensemble.
Toi mon prochain, tu es ce qui reste de plus beau dans ce qui nous est arrivé.

Pasteure Béatrice Cléro-Mazire

Prière d'intercession

Eternel, Dieu,
Dieu de la vie, Dieu d’amour, Dieu de lumière et de fidélité,
Quel que soit le nom par lequel nous t’appelons, ou pas,
Nous te remercions pour ce culte qui nous réunit, et qui nous met en communion les uns avec les autres, présents et absents, grâce à la musique et la méditation.

Où que nous soyons, ici, ou ailleurs dans le monde,
Nous te rendons grâce pour la vie des personnes qui ont cessé d’être vivantes à nos côtés, * quelles que soient les circonstances, directement ou indirectement, voire indépendamment, liées à la pandémie, et que nous accompagnons d’une part au bord de notre mémoire, où se maintient la saveur unique de celles et ceux qui ont été, et d’autre part, au bord de notre foi, résonnant de promesses et d’achèvements qui dépassent notre cœur et notre intelligence.
Celles et ceux que nous avons aimés ne nous tiennent plus désormais compagnie, mais ils nous réunissent maintenant dans la gratitude, dans le deuil, mais aussi dans l’écoute et dans l’espérance.
Nous te remercions, chacun à notre manière et dans le respect de nos convictions, de tout ce qui a été vécu dans ces existences à la fois achevées et inachevées.
Dans le profond de nos cœurs, nous tenons à exprimer combien nous avons reçu, et combien nous avons peut-être, sûrement même, insuffisamment manifesté l’importance qu’a eue cette vie, pour chacun, chacune d’entre nous.
Nous disons aussi simplement que possible le manque qu’est pour nous la mort. Nous ne pouvons, ni ne voulons en diminuer l’étreinte. Nous avons perdu un être cher, et nous en ressentons une vive douleur.
 
En cette période inédite de pandémie, nous avons été amenés à traverser l’épreuve du confinement et de l’isolement, du découragement et du repli sur nous-mêmes.
Mais tu nous as donné, dans l’inattendu de cette situation, des sœurs et des frères dans la foi comme en humanité, pour nous secourir, nous soutenir, pour garder confiance et raison, pour rompre l’isolement et garder notre humanité.

Ô Dieu, Eternel, nous te prions de garder nos cœurs largement ouverts aux besoins de nos proches, de nos prochains, maintenant et dans les jours qui viennent, parce que ce n’est pas fini.
Aide-nous à habiter pleinement le présent, dans l’attention à ce qu’il convient de faire pour les autres et pour nous-mêmes.
Donne-nous l’audace d’imaginer de nouvelles formes d’activités, de fraternité, de solidarité, pour rester les uns en relation avec les autres.

Nous te confions celles et ceux que le virus continue d’atteindre et de fragiliser et qui luttent pour la vie.
Nous te confions leurs familles inquiètes et dans l’impossibilité de les entourer.
Nous te remettons le personnel soignant, admirable de courage et de dévouement. 
Nous te confions les personnes soucieuses de leur devenir post-confinement, de leur revenu, de leur travail, de leur vie professionnelle, les entrepreneurs comme les salariés.
Nous pensons à celles et ceux que ce temps trouble et troublant, fragilise, angoisse et même égare.
 
Eternel, Dieu, Toi, quel que soit le nom par lequel nous t’appelons, ou pas,
Comme toute épreuve, celle-ci peut être négative ou positive.
Ne nous laisse pas en proie au ressentiment, à l’amertume, ou au chagrin, mais donne-nous force et foi, confiance et espérance pour la traverser en restant debout, nous rappelant les uns aux autres que nous ne sommes pas seuls.
Donne-nous de cueillir, accueillir, recueillir les êtres et les événements qui surviennent sur nos chemins.

Pasteure Agnès Adeline-Scaheffer

-------
(*d’après une prière du pasteur André Dumas)
 
Et ensemble, reliés les aux autres, malgré les distances qui nous séparent, nous te disons dans une confiance renouvelée, la prière que Jésus nous a enseignée :

Notre-Père

Notre Père, qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
Pardonne-nous nos offenses
Comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal.
Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire,
Pour les siècles des siècles,
Amen.
 

Culte musical

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)

À Voir également