Comme les oiseaux du ciel !

Marc 4:30-32

Culte du 13 juin 2021
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo de la partie centrale du culte

Culte à l'Oratoire du Louvre

Dimanche 13 juin 2021
Culte de confirmation
« Comme les oiseaux du ciel ! »


Culte présidé par les pasteures Agnès Adeline-Schaeffer et Béatrice Cléro-Mazire
Accompagnées par Jean-Daniel Philippe et Aurore Saglio-Thébault
Prédication par la pasteure Agnès Adeline-Schaeffer
Musique : Aurélien Peter, organiste suppléant

Accès direct aux textes des chants, cliquer ici
Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Musique

Annonce de la grâce :
La grâce et la paix vous sont données de la part de Dieu notre Père, en Jésus le Christ, son Fils, notre Sauveur et notre frère.

Accueil :

Bienvenue à chacun, chacune pour ce temps de culte. Bienvenue à celles et ceux qui nous rejoignent par le site internet et qui sont en communion avec nous. C’est un jour de fête ce dimanche, pour plusieurs raisons :
Nous avons la grande joie d’accueillir aujourd’hui dans l’Eglise trois nouvelles personnes, Charlotte Bertaux, Toscane Ravisé et Charlotte Giuliani, pour la confirmation de leur baptême. Que toutes les familles et les amis de ces catéchumènes soient les bienvenus dans ce temple de l’Oratoire du Louvre, ainsi que tous les paroissiens fidèles, et les personnes de passage qui sont là peut-être pour la première fois. C’est un jour de joie pour notre paroisse, car nous pourrons tous vous convier tout à l’heure au partage de la sainte-cène. Je vous donnerai les modalités pratiques le moment venu.

Nous accueillons le groupe des enfants de l’école biblique, en présentiel, selon le terme consacré, pour la première fois depuis des mois que nous sommes heureux de retrouver, avec leurs parents. Nous accueillons aussi les scouts, la patrouille des Aigles, que nous pourrons soutenir en dégustant les mets sucrés et salés qu’ils ont préparés pour nous.

Ma consoeur Béatrice Cléro-Mazire accueillera après le culte, le professeur Pierre-Olivier Léchot, dans le cadre de notre rencontre « Livres et spiritualité », pour la parution de son dernier livre, consacré à  « Luther et Mahomet ». Vous pourrez à cette occasion encourager la réouverture du stand librairie, disposé exceptionnellement dans la sacristie.

Et si le cœur vous en dit, vous êtes invités cet après midi à découvrir dans Paris, le parcours de la « petite Genève »….

Pour nous accompagner musicalement, merci à Aurélien Peter qui est à l’orgue ce matin.

Prière
Seigneur Jésus, Toi qui as insufflé ton Esprit à tes disciples au jour de la Pentecôte, éclaire ce temps de prière et d’écoute où nous allons avoir le bonheur d’accueillir celles et ceux qui s’approchent de toi. Permets que notre louange rayonne sur eux comme un signe de ta gloire et de ta présence. Amen. Réunissons-nous dans la communion fraternelle avec le 1er chant du livret liturgique, inséré au début du psautier français.

Répons : Bénissons Dieu le seul sauveur. (Ps 134).
Bénissons Dieu le seul Seigneur, nous qu’il choisit pour serviteurs. Levons nos mains dans sa maison, pour bénir et louer son nom.

Louange :
Louons le Seigneur ! Que tout ce qui est en moi bénisse ton saint nom.
Que mes mains te louent par leurs gestes, Que mes pas te louent par leurs chemins.
Que mes lèvres te bénissent à travers leurs chants, Que mes yeux te célèbrent en reflétant ta lumière, Que mes oreilles te répondent en écoutant ta voix.
Que ma mémoire te rende grâces En rappelant tes délivrances, Que mon intelligence te loue En cherchant la voie de ta sagesse, Que ma volonté t’honore En se faisant servante de la tienne.
Que mon coeur te loue en aimant de ton amour, Que ma force te loue en s’offrant à toi, Que mon corps, demeure de ton Esprit, te loue sans cesse.

Chant d'Assemblée : Dans le psautier français, Psaume 84 « Dans ta maison je suis heureux », strophes 1, 2, 3, 4 .

Liturgie de confirmation

Introduction
Charlotte, Toscane et Charlotte, nous sommes très heureux de vous accueillir, ainsi que vos familles pour un moment exceptionnel pour vous et pour toute l’Eglise. Dans un instant, vous allez confirmer les vœux de votre baptême en témoignant de votre foi. L’Eglise accueille votre initiative avec joie. Car voici la volonté de Jésus-Christ pour son Eglise : « Toute autorité m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez de toutes les nations, faites des disciples et baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit et apprenez-leur tout ce que je vous ai enseigné ». (Mt 28/19 et 20).
Charlotte, Toscane et Charlotte, l’amour de Dieu vous a conduites jusqu’à ce jour où vous allez recevoir la confirmation de l’alliance de votre baptême et où vous allez partager avec nous le pain et le vin de la Cène.
Mais c’est dès votre enfance ou dans votre jeunesse, que vous avez été accueillies par l’Eglise qui vous a guidées sur le chemin de la vie chrétienne, au moyen de l’école biblique, du catéchisme, et de toutes les rencontres que vous avez pu faire dans l’église. Aujourd’hui, vous déclarez publiquement mettre votre confiance en Dieu.
Chaque jour, il vous donnera la force de persévérer dans votre foi et dans l’écoute de sa Parole. Il marchera à vos côtés, du même pas que chacun et chacune de vous, il vous donnera la joie, le courage et le réconfort dont vous aurez besoin.
Quelles que soient les étapes de votre vie que vous aurez à franchir, rien ne pourra vous séparer de l’amour que Dieu vous a témoigné en Jésus-Christ.
Vous, parents, grands-parents, parrains et marraines, qui avez la joie de voir vos enfants parmi ces catéchumènes, c’est ensemble que nous les entourons de notre affection et c’est ensemble que nous nous rappelons le baptême que nous avons reçu, quelle que soit notre confession d’origine. Dieu nous invite à nous enraciner dans la grâce qu’il nous a offerte pour toujours.

Engagements
Charlotte, Toscane et Charlotte, Croire en Jésus-Christ, c’est mettre sa confiance en lui car il est notre Sauveur, c’est s’engager à se mettre à son écoute, car il est celui qui nous aime. Avec le secours du Saint-Esprit, vous vous efforcerez de vivre en chrétiennes, en aimant Dieu de tout votre cœur et votre prochain comme vous-mêmes. Toute la vie de l’Eglise, en particulier le culte et la Sainte Cène, la lecture de la Bible et la prière sont les moyens que Dieu nous donne pour persévérer dans la foi que vous allez maintenant confesser.
A l’appel de votre nom, vous vous lèverez et vous viendrez témoigner de votre foi.

Témoignages

Charlotte Bertaux, que demandes-tu ?
Je demande la confirmation de mon baptême.
Avec l’Eglise universelle, veux-tu confesser la foi chrétienne ?
Oui, Jésus-Christ est le Seigneur.
Charlotte, je te confirme dans l’alliance de ton baptême, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Quel passage biblique as-tu choisi afin de soutenir ta démarche ?
J’ai choisi un passage de l’Evangile de Matthieu, chapitre 25, versets 31 à 40
Lecture et témoignage...

Toscane Ravisé, que demandes-tu ?
Je demande la confirmation de mon baptême.
Avec l’Eglise universelle, veux-tu confesser la foi chrétienne ?
Oui, Jésus-Christ est le Seigneur.
Toscane, je te confirme dans l’alliance de ton baptême, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Quel passage biblique as-tu choisi afin de soutenir ta démarche ?
J’ai choisi un passage de la lettre de Paul aux Galates, chapitre 5, versets 1 et 2.
Lecture et témoignage...

Charlotte Giuliani, que demandes-tu ?
Je demande la confirmation de mon baptême.
Avec l’Eglise universelle, veux-tu confesser la foi chrétienne ?
Oui, Jésus-Christ est le Seigneur.
Charlotte, je te confirme dans l’alliance de ton baptême, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
Quel passage biblique as-tu choisi afin de soutenir ta démarche ?
Evangile de Matthieu, chapitre 28, versets 18 à 20

Lecture et témoignage...

Nous invitons l’assemblée à se lever pour accueillir Charlotte, Toscane et Charlotte !

Exhortation aux jeunes
Chères amies, l’église c’est aussi vous. Vous aurez le souci de servir le Christ dans vos vies et d’être fidèles à sa parole, vous serez des sœurs dans la foi, dignes de confiance et la communauté des croyants pourra compter sur votre témoignage en parole et en acte. Le Seigneur sera votre soutien. Dites avec nous : Que Dieu nous soit en aide !
Réponse des jeunes : Que Dieu nous soit en aide !

Exhortation à l’assemblée
Et vous Frères et Sœurs, Charlotte, Toscane et Charlotte sont ici chez elles, vous êtes leur famille spirituelle. Vous prierez pour elles. Vous les associerez à l’édification de l’église, vous les encouragerez dans leur joyeux service. Aucune contrainte ne les retiendra dans la communauté, et si elles venaient à s’en séparer, vous affirmerez qu’elles peuvent toujours y retrouver leur place. Vous serez ainsi pour eux les témoins de l’amour de Dieu.
Dites avec nous : Que Dieu nous soit en aide !
Réponse de l’assemblée : Que Dieu nous soit en aide !

Imposition des mains
Que le Saint-Esprit affermisse votre foi, vous accorde ses dons et vous les renouvelle jour après jour.

Chant d'Assemblée : Louange et Prière, cantique n°204 « Seigneur dirige et sanctifie  », strophes 1 et 2

Lecture biblique : Evangile de Marc, chapitre 4 versets 30 à 32

Prière d'illumination
Prions ensemble
Donne-nous, ô Dieu, d’accueillir ta Parole :
Comme l’oiseau reçoit l’espace avec le grain ;
Comme l’ami reçoit l’ami,
Comme la nuit reçoit l’aurore et le soleil ;
Comme le sol reçoit la semence,
Comme la sève monte aux branches et porte fruit,
Donne-nous, Seigneur, d’accueillir ta Parole. Amen

Musique

Prédication : Comme les oiseaux du ciel !

Amis, frères et sœurs, chères Charlotte, Toscane et Charlotte, J’entends comme un soupir de soulagement…la confirmation, c’est fait ! Ce n’est pas trop tôt ! Super, fini le "caté" ! Bon c’est vrai que la semaine que nous venons de passer a été dense, il a fallu se creuser la tête ces derniers jours pour choisir un texte biblique, quelque chose qui vous ressemble, écrire quelques mots qui pourraient illustrer votre foi d’aujourd’hui avec cette petite angoisse secrète…. Est ce que je vais pouvoir dire quelque chose de moi devant tout le monde ?  Ce n’est pas facile. Nous avons préparé ce culte en un temps record, en se rencontrant un minimum de fois. Nous avons traversé cette année comme on a pu, en gardant l’espérance qu’un culte de confirmation pourrait avoir lieu dans les meilleures conditions possibles. Et c’est cela que nous sommes en train de vivre maintenant. Les versets que j’ai lus, à l’instant, sont extraits de l’Évangile de Marc, et il se trouve que c’est le texte du jour pour toutes les églises. Cela ne pouvait pas mieux tomber pour un dimanche d’éducation biblique et un culte de confirmation. En voyant les enfants partir pour leur séance, peut-être vous êtes-vous rappelé, Charlotte, Toscane et Charlotte, qu’il n’y a pas si longtemps, c’est vous qui partiez dans votre petit groupe pour entendre vos moniteurs et monitrices vous parler déjà d’une graine de moutarde, semée en terre, promise à devenir la plus grande des plantes potagères. C’est à ce moment-là qu’une graine de Bible fut semée dans votre vie d’enfant. Cette parole a trouvé en vous, avec ce que vous êtes chacune, un terreau favorable pour qu’elle grandisse, qu’elle mûrisse, sans trop savoir comment, d’ailleurs, jusqu’à ce qu’elle prenne toute son envergure, aujourd’hui, par le témoignage que vous venez de rendre, avec vos mots personnels avec des textes différents les uns des autres, mais qui parlent de choses importantes pour vous telles que le doute, la liberté et l’amour du prochain. Vous avez évoqué ce qui compte pour vous aujourd’hui. Vous pensez à juste titre que votre catéchisme est fini. Et vous avez raison. Mais ce que vous ne savez pas encore, c’est que tout commence aujourd’hui ! Vous partez dans la vie avec un certain bagage biblique, qui n’est sûrement pas aussi encombrant qu’on pourrait l’imaginer. Mais vous partez tout de même avec ce que j’appelle volontiers une feuille de route : votre éducation familiale, votre éducation religieuse, mais c’est chaque jour, tout au long de votre vie qu’il faudra l’approfondir, la personnaliser, l’orienter, l’affiner, et la modifier, au gré de vos rencontres, au gré des surprises, au gré de l’imprévisible et de l’imprévu. Votre itinéraire, comme le nôtre, d’ailleurs, s’oriente au fur et à mesure que nous avançons sur le chemin. Et souvent, nous sommes amenés à suivre des routes inattendues avec des chemins de traverse. C’est ainsi que votre bagage personnel va s’étoffer, se développer, et devenir aussi haut et large que cette plante potagère, aux dimensions certainement exagérées, pour marquer le paradoxe entre ce qui est tout petit, voire insignifiant, et ce qui est grand et épanoui. Avec tout ce que vous allez découvrir à l’extérieur de l’Église, de vos familles, de votre pays, par la rencontre de personnes différentes de vous, des modes de pensées, des cultures étonnantes, disparates, inédites, des philosophies et des religions différentes voire contradictoires avec ce que vous connaissez pour le moment, votre savoir et vos points de vue vont s’élargir et votre réflexion s’approfondir.  Et vous découvrirez aussi d’autres paraboles, qui vous rappelleront celles de la Bible. Alors, vous pourrez comparer et réaliser que c’est vraiment en profondeur, autrement dans le profond de nos cœurs, dans les rencontres que nous faisons en vérité que les barrières tombent et que les distances raccourcissent parce que tout cela parle non seulement à notre intellect, mais aussi à notre cœur.  C’est peut-être pour cela que la première chose qu’on apprend à l’école biblique, c’est que Jésus parlait en paraboles. C’est un procédé bien connu des auteurs bibliques. Le premier Testament contient déjà de nombreuses paraboles, qui sont très souvent expliquées, comme dans le livre des Juges, ou dans les livres des prophètes Esaïe ou Jérémie, ou encore Ezéchiel ou dans le livre de Daniel. Une parabole, c’est un chemin détourné pour arriver à l’essentiel. C’est une histoire pour faire comprendre quelque chose à quoi nous n’avons pas directement accès. Jésus connaît très bien ce procédé ; d’ailleurs il utilise cet outil abondamment, comme cela est mentionné dans les versets suivants de l’Évangile de Marc : « Par de nombreuses paraboles de ce genre, il leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre ».  Jésus parle en parabole, pour concrétiser sa mission qui est de mener chacun jusqu’à Dieu. Ouvrir un chemin de foi, en le proposant, sans jamais l’imposer, c’est de cette façon-là, tout à fait respectueuse, que Jésus espère mener chaque être humain à Dieu, et ce n’est pas si simple. Jésus parle du royaume de Dieu sans jamais le nommer, sans jamais l’expliquer, ni même le définir. Il en parle, tout en gardant le silence sur l’essentiel, pour garder intact en chacun de ceux qui écoutent, hier comme aujourd’hui, le désir de la découverte de qu’est le royaume, pour chacun, chacune d’entre nous. Il nous fait réfléchir sur ce qui deviendra pour nous, plus tard, cette parole d’évangile, d’une façon qui n’est pas que de l’ordre de la raison ou de l’explication de texte, mais qui touche quelque chose de bien plus profond en nous. Au fond, Jésus est là, il nous fait désirer le royaume de Dieu, il donne des images pour nous faire pressentir quelque chose que l’on devine, plus qu’on ne le sait, et il invite chacun, chacune à se déterminer en fonction de son attente personnelle. C’est pourquoi il ne donne pas de définition du Royaume, qui deviendrait tôt ou tard une espèce de dogme, que l’on ne pourrait plus ni discuter, ni remettre en question.  En fait, la parabole finit par faire sens, quand elle nourrit notre esprit, quand elle lui offre un repère pour s’orienter. La parabole joue un rôle pour notre action, pour notre attitude dans le monde, pour la responsabilité que nous prenons dans notre propre existence. Il ne s’agit pas ici de faire main basse sur le Royaume, de décider une fois pour toutes ce qu’il doit être, ce qui serait une manière de maîtriser l’ordre divin. La parabole au contraire, est là pour nous faire réfléchir, exactement comme notre image se reflète dans le miroir, un peu comme si nous nous parlions à nous-mêmes. Toutes les paraboles sont là pour nous faire revenir en pensée sur nous-mêmes, mais aussi sur ce que nous pouvons espérer, et sur ce que nous pouvons ou devons faire… à l’image d’un grain de moutarde, semé en terre, la plus petite des semences, promise à devenir une très grande plante potagère, pour la plus grande surprise de tous. Par les paraboles, toutes singulières, toutes différentes, Jésus nous installe, en quelque sorte, dans la conscience de notre liberté. Libres de rechercher ou non, une interprétation, libre de s’engager ou non, il place chacun en face de ses responsabilités, il rappelle que nous sommes invités à regarder le monde qui nous entoure, par le biais de la grâce de Dieu, cet amour sans condition, toujours donné, toujours renouvelé, invitant à faire de nous des êtres libérés et réconciliés.  Voilà ce qui est semé dans le cœur de l’être humain et qui parle à chacun, là où il en est. Et la comparaison avec le grain de moutarde prend alors tout son sens : il ne s’agit pas seulement du devenir d’une plante potagère, mais il s’agit des étapes de notre personne : naître, grandir, se développer, mûrir.
La parabole que nous avons entendue ce matin est une parabole et une parole de confiance. Quelque chose de petit et de fragile, comme pouvait l’être une parole prononcée par Jésus et qui aurait pu rester lettre morte, continue de susciter un élan vital pour des millions de personnes à travers le monde, encore aujourd’hui.  C’est une parole qui nous encourage à chercher par nous-mêmes, et certainement en nous-mêmes, ce que cette parole veut dire et qui est celui qui la prononce. Cette histoire nous invite à faire confiance, non seulement à celui qui la prononce, mais aussi à nous-mêmes, à notre capacité de la recevoir, de la comprendre, de la faire nôtre, dans le but de la partager, de la transmettre à notre tour. Avec cette parabole, nous apprenons que notre compréhension de Dieu n’est ni figée, ni définitive. Elle est amenée à évoluer, exactement comme notre propre personne évolue et grandit, en passant chaque jour, progressivement de la jeunesse à la vieillesse, comme le grain de moutarde est promis à devenir plantureux !   Et notre foi c’est cela aussi : quitter ce que l’on sait, ou que l’on croyait savoir, quitter tout ce qui nous sécurise, mais aussi ce qui nous emprisonne, pour nous mettre à découvrir une nouveauté, que nous comprendrons mieux à partir de notre propre expérience, à partir de nos propres prises de responsabilités et non plus à partir des expériences des autres, et des responsabilités des autres. Aujourd’hui, nous ne croyons plus en Dieu de la même façon que nos parents ou que nos grands-parents, mais ce qui compte, c’est que la foi demeure. Les institutions peuvent changer, évoluer, les églises peuvent même se réformer si toutefois c’est encore possible, ou même disparaître, ce qui compte c’est la confiance que nous mettons dans la Parole de Dieu, car c’est elle qui se transmet d’une génération à une autre, faisant naître une foi nouvelle, d’abord grosse comme une graine de moutarde, puis devenant une plante suffisamment robuste pour abriter tous les oiseaux du ciel.  C’est aussi une image pour nous dire que Dieu est fidèle et qu’il espère toujours en l’être humain. C’est pourquoi,  sœurs et frères, chères Charlotte, Toscane et Charlotte, je vous encourage à ne vous laisser impressionner par personne, mais toujours à vérifier Bible en main, et avec d’autres croyants  de toutes traditions, ou des athées convaincus, avec d’autres chercheurs de Dieu, certes, mais surtout avec des personnes qui ont le respect de chaque être humain quel qu’il soit, tout ce qui vous a été dit jusqu’à maintenant, tout ce qui vous sera dit dans l’avenir, concernant votre vie, mais aussi la politique, les questions de société, l’évolution de l’Église, l’écologie, le vivre ensemble dans notre République et plus récemment les questions liées  à la pandémie. Cela vous concerne désormais autant que nous, dans votre espérance et votre foi en Dieu, tout en gardant votre sens critique, votre honnêteté et votre humour. Avec vous, puissions-nous, nous aussi, devenir ou redevenir comme les oiseaux du ciel, des êtres promis à "penser, critiquer et croire en toute liberté" (*). Amen.

* sous-titre de la revue « Évangile et Liberté »
 

Musique

Chant d'Assemblée : Louange et Prière, Cantique n° 255 « Je veux t'aimer, Seigneur », strophes 1, 2 et 3

Annonces
Offrande
Musique

Liturgie de Sainte-Cène

Préface
Louons Dieu : Seigneur notre Dieu et notre Père, Quel bonheur de t'adorer partout et à tout moment ! Quelle joie de te dire merci pour Jésus-Christ ton Fils ! Sa venue dans le monde a fait lever l'aube de ton règne d'amour. Humain parmi les humains, vivant jusqu'au bout ton pardon et ta paix, il nous a fait découvrir notre véritable humanité. Condamné au supplice de la croix, il s'est dépouillé de tout pouvoir et de tout prestige, pour nous rendre libres de te servir. Ressuscité, il est le messager d'un monde nouveau, d'où toute oppression, toute larme et tout mal disparaîtront. C'est pourquoi, avec celles et ceux qui ont vécu et proclamé cette espérance pendant tant de siècles, avec ton peuple assemblé ici et partout, nous célébrons ton nom et nous te chantons.

Répons : Pare-toi pour une fête 205

Institution :
Le soir venu, Jésus se mit à table avec les douze. Pendant le repas, il prit du pain et, après avoir rendu grâces, il le rompit et le leur donna en disant : “Prenez, mangez, ceci est mon corps.” Ayant aussi pris la coupe et rendu grâces, il la leur donna en disant : “Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’alliance qui est répandu pour la multitude, pour le pardon des péchés. Je vous le dis, désormais, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous, dans le Royaume de mon Père.”

Prière de communion et d’intercession :
Invités à partager son repas, nous faisons mémoire des paroles et des gestes de Jésus-Christ, de sa mort, de sa résurrection. Et dans la confiance, unissons-nous dans la prière les uns pour les autres :

Dieu notre Père, Rassemblés en Toi, divers comme nous le sommes, nous t’adressons notre prière.
Merci pour ton amour qui nous a appelés avant même que nous le sachions et qui nous a conduits jusqu’à aujourd’hui.
Merci pour la joie que tu nous donnes de pouvoir répondre à ton amour, et que cette réponse soit offerte à toute personne qui cherche profondément ton Nom.
Père, nous te prions pour chacun et chacune de nous, ici présent :
Guide-nous dans notre vocation.
Nous te prions pour celles et ceux qui n’ont pas pu se joindre à nous, aujourd’hui, quelle que soit la raison. Bénis-les là où ils sont.
Nous te prions pour celles et ceux qui souffrent, de quelque nom que s’appelle leur souffrance.
Nous te présentons les victimes de la pandémie, des catastrophes naturelles, de l’injustice, de la guerre, des attentats, et celles et ceux qui pleurent un être cher sans trouver la consolation.
Nous te prions pour celles et ceux qui ont demandé le secours de notre prière et que nous te nommons dans le profond de notre cœur.
Nous te prions pour les jeunes et aussi pour les adultes qui cette année, font leur entrée dans l’Eglise universelle, comme Charlotte, Toscane et Charlotte, aujourd’hui, ici, ou à travers le monde.
Rappelle-nous qu’aucune dénomination ne peut prétendre délimiter l’amour de Jésus-Christ.
Nous te prions pour les personnes qui vivent leur foi autrement que nous et que nous rencontrons à l’occasion du dialogue interreligieux, des dialogues œcuménique et évangélique.
Nous te prions pour la paix dans notre monde. Accorde aux dirigeants de nos différents pays suffisamment de sagesse et d’amour afin qu’ils recherchent toujours la justice et la paix.
Envoie sur chacun et chacune de nous ton Esprit,
Que nous puissions communier au corps et au sang de ton Fils et qu’ainsi, unis à lui, nous portions la lumière, la paix et l’espérance.

C’est dans cette confiance renouvelée que nous te disons la prière que Jésus a enseignée à ses disciples :

Notre Père
Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Ne nous soumets pas à la tentation mais délivre-nous du mal, car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles. Amen.

Répons : Jésus, ta voix nous convie

Invitation spéciale
Pour partager la Cène, nous demandons que chacun, chacune reste à sa place et nous passerons le plat avec le pain, et les verres avec le vin. Fraction Le pain que nous partageons est communion au corps de notre Seigneur Jésus-Christ. La coupe de bénédictions pour laquelle nous rendons grâces, est communion au sang de notre Seigneur Jésus-Christ. Prenez et mangez, prenez et buvez.

Chant d'Assemblée : Louange et Prière, Cantique n°150 : « A toi la Gloire », strophes 1, 2, 3

Communion

Prière d’action de grâce
Père, nous te remercions pour ce repas. Tu nous as rendus proches de toi. Elargis l'espace de notre vie. Donne-nous de cueillir, d’accueillir, de recueillir les êtres et les événements qui surviennent sur nos chemins. Nous ne pouvons pas faire cela sans toi. Accorde-nous, Seigneur, ta force et ton amour. Les enfants de l’école biblique sont revenus et présentent leurs travaux, comme les oiseaux du ciel !

Bénédiction
Recevons la bénédiction de la part du Seigneur :
Mon frère, ma sœur, mon ami,
Que l’Eternel te bénisse et te garde !
Que l’Eternel fasse rayonner sur toi son regard et t'accorde sa grâce !
Que l’Eternel porte sur toi son regard et te donne la paix !
Amen.

Chant d'Assemblée : Arc-en-Ciel, Cantique n°734 « Marche en ma présence »

Signature des registres de confirmation

Orgue et Sortie


Paroles des cantiques du dimanche 13 juin 2021

Psaume : Psautier Français n° 84 « Dans ta maison je suis heureux», strophes 1, 2, 3 et 4

Strophe 1
Dans ta maison je suis heureux.
Elle est le désir de mes yeux ;
Ici je cherche ta présence.
Longtemps mon cœur t’a réclamé ;
Sa joie est de te retrouver ;
Il crie à toi plein d’espérance.
Ainsi revient en la saison
Le passereau vers la maison.

Strophe 2
Heureux qui grave dans son cœur
Le chemin qui mène au Seigneur,
Le chemin de l’humble service.
Pour lui la source jaillira
Et l’eau du ciel l’arrosera
Dans la vallée la plus aride.
Dieu guidera jusqu’à la fin,
Au long des jours, le pèlerin.

Strophe 3
Seigneur qui règnes dans les cieux
Et nous écoutes dans ce lieu,
Exauce-nous, sois notre garde.
A toi nos cœurs ne cachent rien.
Quand tu regardes vers les tiens,
A ton Messie d’abord regarde :
Vois son visage couronné,
Vers lui notre espoir est tourné.

Strophe 4
Qui veut sur ton bras s’appuyer
A pour soleil, pour bouclier
Le rayonnement de ta grâce.
Le dernier de tes serviteurs
Enfin découvre son bonheur
A se tenir devant ta face.
Dans ta maison, un jour vaut mieux
Que mille jours en d’autres lieux.

Cantique : Louange et Prière n°204 « Seigneur, diriger et sanctifie », Strophes 1 et 2

[Pour écouter, cliquer ici]

Strophe 1
Seigneur, dirige et sanctifie
Toute la vie
De ces enfants.
Que ta lumière
Sur leur carrière
Brille en tout temps !
Que, sous ta garde et sous tes ailes,
Ils soient fidèles,
Forts et constants !

Strophe 2
Soumets leur âme à l’Évangile,
Au joug facile,
Plein de douceur.
Fais-leur entendre
L’appel si tendre
De leur Sauveur.
Que, pour répondre à sa promesse,
Ils aient sans cesse
Le même cœur !

Cantique : Louange et Prière n° 255 « Je veux t'aimer, Seigneur » Strophes 1, 2 et 3

Strophe 1
Je veux t'aimer Seigneur, je t'aime
Dieu de ma force et de ma foi !
Tu portas l'opprobre suprême,
Te livrant à la mort pour moi !
Je veux t'aimer, je suis à toi
O mon Sauveur, mon Roi !

Strophe 2
Ah ! longtemps, trop longtemps mon âme,
A méconnu ta vérité,
Malgré le soupir qui réclame
En moi la paix, la liberté ;
Le voile enfin s'est écarté,
Et j'ai vu ta beauté.

Strophe 3
Je veux t'aimer dans la souffrance,
Je veux t'aimer dans le bonheur,
Je vaux t'aimer sans récompense,
Vivre à ta gloire, à ton honneur.
Ah ! Je te donne, o mon Sauveur !
Sans réserve, mon cœur.

Cantique : Louange et Prière n°150 « A toi la gloire », Strophes 1, 2 et 3

[Pour écouter, cliquer ici]

Strophe 1
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.
Brillant de lumière, L’ange est descendu ;
Il roule la pierre Du tombeau vaincu.
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.

Strophe 2
Vois-le paraître : C’est lui, c’est Jésus,
Ton Sauveur, ton Maître ; Oh ! ne doute plus !
Sois dans l’allégresse, Peuple du Seigneur,
Et redis sans cesse Que Christ est vainqueur.
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.

Strophe 3
Craindrais-je encore ? Il vit à jamais,
Celui que j’adore, Le prince de paix.
Il est ma victoire, Mon puissant soutien,
Ma vie et ma gloire : Non, je ne crains rien.
À toi la gloire, O ressuscité !
À toi la victoire Pour l’éternité.

Cantique : Arc-en-Ciel n°734 « Marche en ma présence », strophes 1, 2, 3 et 4

Strophe 1
Marche en ma présence,
Je suis avec toi.
Lorsque tu avances,
Je prends ton chemin.
Marche en ma présence,
Je te tiens la main,
Chaque jour qui passe,
Chaque nuit qui vient.

Refrain
Mon Dieu, mon Dieu, que veux-tu de moi ?
Tu m’appelles, je ne te vois pas.
Mon Dieu, mon Dieu, toi, tu me connais ;
Dis-moi, dis-moi quel est ton secret.

Strophe 2
Marche en ma présence,
Je suis avec toi.
Le Dieu de l’alliance
N’oublie pas les siens.
Marche en ma présence,
Je te tiens la main,
Dans ce qui te peine,
Dans le moindre rien.

Strophe 3
Marche en ma présence,
Je suis avec toi.
Donne ta confiance,
Tu sais que j’y tiens.
Marche en ma présence,
Je te tiens la main ;
Ouvre-moi ta porte,
Tu n’auras plus faim.

Strophe 4
Marche en ma présence,
Je suis avec toi.
Entre dans la danse,
N’attends pas demain.
Marche en ma présence,
Je te tiens la main ;
Je deviens ton frère,
Je deviens ton pain.

Paroles des répons du temps de l'Église

Après la salutation
Répons : « Bénissons Dieu le seul Seigneur » (Ps. 134, str.1).

Bénissons Dieu le seul Seigneur,
Nous qu’il choisit pour serviteurs.
Levons nos mains dans sa maison,
Pour bénir et louer son nom.

Après la volonté de Dieu
Répons : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute » (L&P n°193, str.1)

Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis.
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

Après la prière de repentance
Répons : « J’aime mon Dieu, car il entend ma voix ». (Ps. 116, str.1)

J’aime mon Dieu car il entend ma voix,
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

Après l’annonce de la grâce
Répons « Combien grande est ta gloire » (Ps 92 selon L&P n° 38 str.2).

Combien grande est ta gloire, en tout ce que tu fais, 
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire !
Tes œuvres sans pareilles  ont réjoui mon cœur,
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveilles !

Après la confession de foi 
Répons : « Grand Dieu, nous te bénissons » (L&P n°69, str.1)

Grand Dieu, nous te bénissons, nous célébrons tes louanges,
Éternel, nous t’exaltons, de concert avec les anges,
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !

Après la bénédiction
Répons : « Confie à Dieu ta route » (L&P n°309, str.5)

Bénis ô Dieu nos routes, nous les suivrons heureux,
Car toi qui nous écoutes, tu les sais, tu les veux.
Chemins riants ou sombres, j’y marche par la foi,
Même au travers des ombres, ils conduisent à toi.

Vidéo du culte entier

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)

À Voir également