Chofar du dimanche, et le reste du temps…

Lévitique 25

Culte du 27 décembre 2015
Prédication de pasteur James Woody

(Lévitique 25)

(écouter l'enregistrement - culte entier)

Culte du dimanche 27 décembre 2015
prédication du pasteur James Woody

 

Chers frères et sœurs, nombreux sont ceux qui veulent en finir au plus vite avec 2015, année de toutes les horreurs, à l’exception de quelques événements qui ne semblent pas sauver le reste. Toutefois, il ne suffit pas de changer le numéro de l’année pour que la vie change du tout au tout. Il ne suffira donc pas d’atteindre héroïquement le premier janvier pour être sauvé des malheurs de 2015.

Cela, le peuple hébreu l’avait particulièrement bien compris, qui inscrivit dans son idéal de vie le principe de l’année jubilaire dont Lévitique 25 nous donne les prescriptions. La question doit être posée : est-ce que Lévitique 25 et son année jubilaire ont jamais été appliqués ?

L’année jubilaire est conçue comme étant inapplicable à la lettre. En effet, l’année du Jubilée est la cinquantième d’un cycle de 7 séries de 7 ans. Or, tous les 7 ans était prévue une année sabbatique (Lv 25/1-7) qui consistait à profiter des fruits de la terre sans effectuer le moindre travail. L’année du jubilée, 50ème année, vient donc après un sabbat, ce qui signifie deux années consécutives sans avoir ensemencé, sans avoir taillé, sans avoir effectué le moindre travail qui permette d’obtenir la subsistance nécessaire. L’année suivante serait alors une année qui succéderait à deux années blanches. Ce serait une année de famine assurée.

Ainsi, ce passage du Lévitique n’est pas un texte législatif qu’un parti religieux pourrait utiliser comme plan d’action s’il était au pouvoir. Ce texte nous aide à penser notre propre plan d’action, notre propre éthique, notre propre programme si nous sommes en situation de responsabilité politique. Pour le dire un peu vite par une distinction traditionnelle : ce texte biblique n’est pas une réglementation, mais un outil de régulation. Ce n’est pas une loi qui doive être appliquée telle quelle, mais un ensemble d’éléments qui nous aident à penser notre intervention dans le champ socio-politique pour apporter notre contribution à sa régulation. Appelez cela la main invisible du penseur Adam Smith, si vous le souhaitez : c’est l’intervention des personnes dotées d’une conscience morale pour faire fonctionner la société à laquelle elles appartiennent.

Sonner du Chofar

En cette période que beaucoup s’accordent à déclarer « fin de cycle » ou la fin d’une époque, l’année jubilaire est peut-être ce qu’il nous faut : justement la fin d’une période. Il faut savoir solder les périodes. Il faut savoir finir, mettre un terme. C’est ce que fait cette année jubilaire. Elle le fait d’abord en sonnant du Chofar, de la corne bélier. Cela peut passer pour un acte dérisoire, anecdotique. Dites aux membres du gouvernement que la solution à nos problèmes est une série de sonneries de cornes de bélier… la seule raison pour laquelle vous ne serez pas interné d’office est qu’il n’y a plus assez de place en hôpital psychiatrique. Et pourtant… quand on s’intéresse à ce que signifie cette sonnerie de chofar, on ne peut qu’être saisi par sa pertinence. Lorsque le chofar retentit, pour le Nouvel-An et le Jour des expiations, il y a trois sortes de sonneries qui sont jouées. La première est longue, sans coupure. Elle est nommée teqi’a, ce qui signifie être fixé, fiché en terre. Elle dit la continuité, la constante, le conservatisme, ce qui ne varie pas, ce qui ne bouge pas, ce qui est définitif. C’est le monde laissé en l’état.

La deuxième sonnerie est une succession de 3 sons dont la durée est 1/3 de teqi’a. Cette sonnerie a pour nom shevarim, ce qui signifie brisure. C’est une rupture du son continu en trois fragments. Ces ruptures introduisent des espaces. Le sein maternel n’est plus le prolongement naturel de notre bouche. Il y a sevrage. Il y a sevrage dans tous les domaines. La vie spirituelle consiste en une succession de brisures. Jésus dit ne pas être venu pour la paix, mais pour l’épée, disant qu’il est venu couper chaque cordon ombilical qui nous maintient dans la dépendance d’un parent, d’une institution, d’un maître à penser.

La troisième sonnerie est une succession de 9 sons courts, représentant 1/9 du son long. Cette sonnerie est nommée terou’a qui signifie ébranlement, mise en mouvement. A l’opposé de teqi’a qui évoque volontiers l’électroencéphalogramme plat, terou’a exprime la vie. Ca pulse, ça frétille, c’est vivace. Cette troisième sonnerie est une brisure des brisures précédentes, manière de dire que la première brisure n’est pas suffisante, car nous pourrions nous en contenter. De même que l’Eglise réformée ne l’est pas une fois pour toutes, mais qu’elle est toujours à réformer, la brisure est toujours à reprendre, toujours à accomplir à nouveau, pour éviter qu’elle se fige dans le geste inaugural, beau, certes, mais insuffisant pour provoquer le mouvement de la vie. Il ne faudrait pas que la brisure, la réforme, devienne un état. La brisure, la rupture, doit être mouvement, ce mouvement incessant de la vie.

Sonner du Chofar, c’est opérer une rupture, seul acte capable de nous faire passer à autre chose ; seul acte capable de nous détacher de l’horreur, du malheur ou de l’ennui. Ce texte du Lévitique nous rappelle que c’est à l’occasion du rite de Yom Kippour que le Chofar retentit. C’est bien compréhensible, puisque le pardon intervient après la confession du péché. Comment se détacher du mal, comment rompre avec le malheur, si nous ne le mettons pas à distance par la parole ? si nous ne mettons pas un peu d’espace entre nous et ce qui nous fait mal ? La confession du péché de Yom Kippour, comme celle que nous formulons dans notre culte, nous libère de l’emprise parfois inconsciente de ce qui cause notre malheur. Au son linéaire, qui pose une absolue continuité dans le temps, qui dit que chacun est égal à lui-même, la rupture oppose le fait que nous pouvons être autrement que ce que nous donnons à voir, à entendre. Les espaces créés par ces brisures, par ces ruptures, forment un espace où nous avons la liberté d’introduire de la nouveauté. Le chofar rappelle cette vérité théologique qu’il est si difficile d’entendre dans une société qui, en voulant neutraliser toute menace, en vient à tout neutraliser.

Ruptures de propriété

Ces ruptures se traduisent de plusieurs manières concrètes dans la suite du texte. Je le rappelle, ce texte n’a pas de valeur contractuelle ; la liste des situations n’est donc pas exhaustive. A nous de remplir les blancs créés par les ruptures du chofar pour penser à nouveaux frais notre propre situation. Il y a néanmoins trois grands domaines sur lesquels le texte nous sensibilise.

Il y a d’abord le travail qui est rendu inutile pendant toute cette année sabbatique. Cela remet le travail à sa juste place : il n’est pas considéré comme le but d’une vie. Considérer qu’une année voire deux, puissent être sabbatique, c’est relativiser la place du travail dans une existence. Le travail n’est pas sacré. Il n’est donc pas question de sacrifier sur l’autel du travail. Peut-être est-ce difficile à entendre en période de fort chômage. Certainement est-il utile d’entendre cette exigence du sabbat comme le refus de faire du travail un marqueur de salut, pour le dire théologiquement : dire que le travail, dans sa dimension économique, n’a pas de valeur ultime, évite de considérer ceux qui n’ont pas d’activité rémunérée comme des sous-humains. Le travail ne disant rien de notre valeur, le non-travail n’en dit rien non plus. Par ailleurs, le travail n’ayant pas de caractère absolu, il serait bon de reconsidérer la valeur symbolique des métiers, des fonctions, des professions. A hiérarchiser la valeur des métiers sur des critères financiers, par exemple, on en vient non seulement à pervertir la notion de travail (effort, responsabilité, prise d’initiative, souci de la qualité cessent des critères pris en compte par des jeunes qui sont surtout à la recherche de revenus). On en vient aussi à figer les personnes dans des métiers déterminés et il n’y a rien de pire en période de chômage, que de vouloir à tout prix tel poste et ce poste uniquement. L’année sabbatique permet de prendre conscience que le travail n’est pas le tout de notre vie et que nous ne sommes pas condamnés à un métier particulier.

La terre

Vient ensuite la terre, avec ses titres de propriété. En rappelant que c’est l’Eternel qui est propriétaire de la terre (v.23), cela relativise notre prétention à nous arroger le sol. Il y a eu de nombreuses campagnes de promotion d’accès à la propriété, ces dernières années, au point qu’on pouvait se demander s’il n’était pas honteux de ne pas être propriétaire. Cela est assez contraire à la lettre ainsi qu’à l’esprit des textes bibliques. Il faut bien prendre conscience que les textes bibliques ne nous reconnaissent pas comme propriétaires, mais comme responsables et c’est cette responsabilité assumée qui nous ouvre des droits. Non l’inverse. Nous pourrions dire que nous avons un droit d’usufruit, mais que l’Eternel est le propriétaire réel. Dire que l’Eternel est le propriétaire, c’est dire que nous ne le sommes pas ; c’est dire aussi qu’un bon usage de la terre se fait en tenant compte des autres personnes qui n’ont pas moins de droit que nous en la matière. Dans une période particulièrement tendue sur la question du logement, ce ne sont pas de nouvelles lois, de nouvelles aides de l’Etat qui arrangeront le marché et permettront, par exemple, à des personnes retraitées aux revenus modestes, de pouvoir habiter à Paris. Ce ne sont ni les lois, ni les aides qui découlent des lois, parce que les lois sont toujours en retard. C’est donc un changement de rapport à la propriété qui sera en mesure de changer cette situation. C’est en se considérant toutes et tous comme des immigrants, résidents temporaires, que nous serons moins crispés sur les biens immobiliers et que le prix de l’immobilier se modifiera en conséquence.

Les personnes

Le troisième point de fixation qui est évoqué dans ce texte concerne les personnes. En rappelant que l’Eternel est libérateur, qu’il a fait sortir son peuple de la maison de servitude, ce texte rappelle la vocation de l’Homme à la liberté. L’année jubilaire consiste à libérer les personnes soumises, réduites à toute forme d’esclavage, c’est-à-dire les personnes contenues à des limites qui les empêchent de faire valoir leurs talents. Tout le monde est pour ce genre de liberté, mais la privation de liberté est sournoise, elle se dit rarement. Elle ne se dit ni chez les exploitants viticoles qui confisquent les passeports des saisonniers qui seront ensuite honnis dans des propos politiques xénophobes qui, là aussi, contribuent largement à favoriser des classes de sous-humains, ces personnes qui vivent la trouille au ventre d’être prises dans un contrôle de police, d’être battues et volées sans évidemment pouvoir porter plainte. Mais l’esclavagisme est tellement sournois qu’il prend des allures morales quand il s’agit en fait de harcèlement, de chantage sur des personnes qui sont pieds et mains liées par la nécessité de gagner leur pain. En proposant la mobilité des personnes, des familles, ce texte biblique offre une manière de rompre avec les comportements mafieux bien installés.

Années après années, de mauvaises pratiques peuvent s’installer dans des familles, dans des institutions qui poursuivent pourtant des buts très honorables. Des actes de régulations sont alors nécessaires y pour couper court. Lévitique 25 ne propose pas une législation qui réglerait les problèmes, mais nous rappelle que ce sont des changements, des ruptures, effectuées par les individus, qui seront à même de modifier la situation. Il s’agit de remettre en jeu les éléments constitutifs de la société que nous voulons construire, des éléments que nous perdons de vue à mesure que s’empilent les problèmes et les mesures mise en place pour tenter d’y remédier.

Il n’y a pas un modèle unique de société qui s’impose à la lecture des textes bibliques, il n’y a donc pas un programme politique type. En revanche, il y a des appels récurrents à relativiser notre prétention à sacraliser notre situation, à la figer dans le marbre et à nous déclarer définitivement propriétaire de ce dont nous jouissons actuellement. Il y a aussi cette impérieuse nécessité de garantir la liberté des individus qui, au fil des mois et des années, peuvent voir leurs responsabilités confisquées par des états de fait qui nécessitent des réactions urgentes, menées par des spécialistes qui confisquent le pouvoir petit à petit.

Si nous voulons en finir avec la version pénible de 2015, si nous voulons aussi éviter les révolutions sanglantes qui finissent toujours par arriver quand il n’y a pas de réforme profonde des comportements, il convient de faire sonner le chofar dans tout le pays, de procéder à des ruptures, à des mises en mouvement ; il convient de proclamer une année en faveur de la liberté. Amen

Vous pouvez réagir sur le blog de l'Oratoire

Lecture de la Bible

Lévitique 25

L'Éternel parla à Moïse sur le mont Sinaï et dit : 2Parle aux fils d'Israël ; et tu leur diras : Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre se reposera, ce sera un sabbat en l'honneur de l'Éternel. 3Pendant six années tu ensemenceras ton champ, pendant six années tu tailleras ta vigne et tu en recueilleras le produit. 4Mais la septième année il y aura un sabbat, un repos total pour la terre, un sabbat en l'honneur de l'Éternel : tu n'ensemenceras pas ton champ et tu ne tailleras pas ta vigne. 5Tu ne moissonneras pas ce qui proviendra des grains tombés de ta moisson, et tu ne vendangeras pas les raisins de ta vigne non taillée : ce sera une année de repos total pour la terre. 6Grâce au repos de la terre vous aurez de la nourriture, toi, ton serviteur, ta servante, le salarié et le résident temporaire qui séjournent avec toi, 7ton bétail et les animaux qui sont dans ton pays ; tout son produit servira de nourriture.

8 Tu compteras sept sabbats d'années, sept fois sept années, et la durée de ces sept sabbats d'années fera quarante-neuf ans. 9Le septième mois, le 10 du mois, tu feras retentir les sons éclatants du cor : le jour des expiations, vous sonnerez du cor dans tout votre pays. 10 Et vous sanctifierez la cinquantième année, vous publierez dans le pays l'affranchissement de tous ses habitants ; ce sera pour vous le jubilé ; chacun de vous retournera dans sa propriété, et chacun de vous retournera dans son clan. 11La cinquantième année sera pour vous le jubilé : vous ne sèmerez pas, vous ne moissonnerez pas ce que les champs produiront d'eux-mêmes, et vous ne vendangerez pas la vigne non taillée.12Car c'est le jubilé : vous le regarderez comme saint. Vous mangerez le produit des champs.

13 Dans cette année de jubilé, chacun de vous retournera dans sa propriété. 14Si vous faites une vente à votre compatriote ou si vous achetez quelque chose de la main de votre compatriote, qu'aucun de vous ne fasse tort à son frère. 15Tu achèteras de ton compatriote, en comptant les années depuis le jubilé ; et il te vendra, en comptant les années de récolte. 16Plus il y aura d'années, plus tu élèveras le prix d'achat ; et moins il y aura d'années, plus tu réduiras le prix d'achat ; car c'est le nombre des récoltes qu'il te vend. 17Aucun de vous n'exploitera son compatriote, et tu craindras ton Dieu ; car je suis l'Éternel, votre Dieu.

18 Mettez mes prescriptions en pratique, observez mes ordonnances et mettez-les en pratique ; et vous habiterez en sécurité dans le pays. 19 Le pays donnera ses fruits, vous mangerez à satiété, et vous y habiterez en sécurité. 20Si vous dites : Que mangerons-nous la septième année, puisque nous ne sèmerons pas et ne recueillerons pas nos récoltes ?21Je vous accorderai ma bénédiction la sixième année, qui donnera une récolte pour trois ans. 22Vous sèmerez la huitième année, et vous mangerez de l'ancienne récolte jusqu'à la neuvième année ; jusqu'à ce que sa récolte soit venue, vous mangerez de l'ancienne.

23 La terre ne se vendra pas à titre définitif ; car le pays est à moi, car vous êtes chez moi comme immigrants et comme résidents temporaires. 24Dans tout le pays dont vous aurez la possession, vous établirez le droit de rachat pour la terre.

25 Si ton frère devient pauvre et vend une portion de sa propriété, celui qui a le devoir de rachat, son plus proche parent, viendra et rachètera ce qu'a vendu son frère. 26Si un homme n'a personne qui ait le devoir de rachat, et qu'il se procure lui-même de quoi faire son rachat, 27il comptera les années depuis la vente, restituera le surplus à l'acquéreur et retournera dans sa propriété. 28S'il ne trouve pas de quoi lui faire cette restitution, ce qu'il a vendu restera jusqu'à l'année du jubilé dans les mains de l'acquéreur, qui en sortira au jubilé ; quant à lui, il retournera dans sa propriété. 29Si un homme vend une maison d'habitation dans une ville (entourée) de murs, il aura le droit de rachat jusqu'à l'accomplissement d'une année depuis la vente ; son droit de rachat durera un an. 30Mais si cette maison située dans une ville pourvue de murs n'est pas rachetée avant l'accomplissement d'une année entière, elle restera à titre définitif à l'acquéreur et à ses descendants ; il n'en sortira pas au jubilé. 31Les maisons des villages non pourvus de murs seront comptées comme des fonds de terre ; elles pourront être rachetées, et (l'acquéreur) en sortira au jubilé. 32Quant aux villes des Lévites et aux maisons qu'ils y posséderont, les Lévites auront droit perpétuel de rachat. 33Celui qui rachètera des Lévites une maison, sortira au jubilé de la maison vendue et de la ville où il la possédait ; car les maisons des villes des Lévites sont leur propriété au milieu des Israélites. 34Les champs situés dans les abords de leurs villes ne pourront pas se vendre ; car ils en ont la propriété perpétuelle.

35 Si ton frère devient pauvre près de toi et que les ressources lui manquent, tu le soutiendras, (même s'il est) immigrant ou résident temporaire, afin qu'il vive avec toi. 36Tu ne tireras de lui ni intérêt ni usure, tu craindras ton Dieu, et ton frère vivra avec toi. 37Tu ne lui prêteras pas ton argent à intérêt, et tu ne lui prêteras pas ta nourriture à usure. 38Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Égypte, pour vous donner le pays de Canaan, afin que je sois votre Dieu.

39 Si ton frère devient pauvre près de toi, et qu'il se vende à toi, tu ne lui imposeras pas le travail d'un esclave. 40Il sera chez toi comme un salarié, comme un résident temporaire ; il sera à ton service jusqu'à l'année du jubilé. 41Il sortira alors de chez toi, lui et ses fils avec lui, et il retournera dans son clan, dans la propriété de ses pères. 42Car ce sont mes serviteurs que j'ai fait sortir du pays d'Égypte ; ils ne seront pas vendus comme on vend des esclaves. 43Tu ne domineras pas sur lui avec rigueur, mais tu craindras ton Dieu. 44C'est des nations qui vous entourent que tu prendras ton esclave et ta servante qui t'appartiendront, c'est d'elles que vous achèterez l'esclave et la servante. 45Vous pourrez aussi en acheter des fils des résidents temporaires qui séjourneront chez toi, et des clans qui dans votre pays seront issus d'eux ; et ils seront votre propriété. 46Vous les laisserez en héritage à vos fils après vous, comme une propriété ; vous les garderez comme esclaves à perpétuité. Mais à l'égard de vos frères, les Israélites, aucun de vous ne dominera avec rigueur sur son frère.

47 Si un immigrant, ou un résident temporaire chez toi a des ressources et que ton frère devienne pauvre près de lui et se vende à l'immigrant, au résident temporaire chez toi ou à quelqu'un du clan de l'immigrant, 48il y aura pour lui le droit de rachat, après qu'il se sera vendu : un de ses frères pourra le racheter. 49Son oncle, ou le fils de son oncle, ou l'un de ses proches parents, pourra le racheter ; ou bien, s'il s'en procure les ressources, il se rachètera lui-même. 50Il comptera avec son acquéreur depuis l'année où il s'est vendu jusqu'à l'année du jubilé ; et le prix à payer dépendra du nombre d'années ; elles seront évaluées comme celles d'un salarié. 51S'il y a encore beaucoup d'années, il remboursera pour son rachat une part proportionnelle de l'argent versé par l'acquéreur ; 52s'il reste peu d'année jusqu'à l'année du jubilé, il en fera le compte et remboursera pour son rachat une part proportionnelle à ces années. 53Il sera comme un salarié à l'année chez son maître, lequel ne dominera pas sur lui avec rigueur sous tes yeux. 54S'il n'est racheté d'aucune de ces manières, il sortira l'année du jubilé, lui et ses fils avec lui. 55Car c'est de moi que les Israélites sont les serviteurs ; ce sont mes serviteurs que j'ai fait sortir du pays d'Égypte. Je suis l'Éternel, votre Dieu.

Traduction Colombe

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)