Cette pauvre veuve a jeté tout ce qu'elle avait pour vivre

Marc 12:38-13:2

Culte du 19 janvier 2014
Prédication de pasteur Richard Cadoux

( Marc 12:38-13:2 )

(écouter l'enregistrement - culte entier - voir la vidéo)

Culte du dimanche 19 janvier 2014 à l'Oratoire du Louvre
prédication du pasteur Richard Cadoux

Mes grands-parents vivaient dans un monde où l'on ne jetait rien. Ils ne jetaient rien, car ils vivaient dans un monde de pauvres et de pauvretés, où tout était utilisé jusqu'au bout, et où les choses qui n’étaient pas usées étaient susceptibles de recevoir une autre utilisation. Ce monde est révolu. Aujourd'hui tout est jetable, les mouchoirs, la vaisselle, que sais-je encore ? Jeter est entré dans les mœurs, jeter est devenu un usage du quotidien.

Vous aurez peut-être remarqué que ce verbe jeter, ballo en grec, revient à sept reprises dans le très court récit consacré à l'obole de la veuve. La foule jette dans le tronc… Des riches jettent beaucoup… Une veuve jette deux petites pièces… Elle a jeté plus que tous ceux qui jettent dans le tronc… Tous ont jeté du superflu… Elle a jeté tout ce qu’elle possédait. Alors les questions surgissent : Que faut-il jeter ? Où faut-il jeter ? Comment faut-il jeter ? C’est à la lumière de ces interrogations que je vous invite à relire le récit de Marc.

La scène se passe à Jérusalem, aux derniers jours de la vie et du ministère de Jésus, peu avant son arrestation. Jésus est monté au temple. Sur le parvis il enseigne, il s'accroche assez violemment avec ses adversaires. Et voilà qu'il fait une pause. Il vient s'asseoir en face du trésor du temple, à l'endroit précis où les pèlerins déposent leurs offrandes, de l'argent pour les sacrifices, pour l'entretien des bâtiments, pour le financement des prêtres, des lévites, du personnel du sanctuaire. Les fidèles d'Israël donnent. Une femme arrive. Elle est veuve. Elle est le symbole même du malheur et de la dégringolade au bas de l'échelle sociale, pauvre parmi les pauvres. Dans le tronc elle jette deux leptes, de la très petite monnaie, une somme infinitésimale. Imaginez un paroissien qui pour régler sa cotisation remettrait au trésorier deux pièces jaunes d'un centime d'euros.

Jésus regarde et il commente la scène : Cette pauvre veuve a jeté plus qu'aucun de ceux qui ont mis dans le tronc, car tous ont jeté de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre. Amen, amen, je vous le dis. Cette formule solennelle est là pour nous indiquer que ce qui vient de se passer est important pour les disciples et qu'il y a là un enseignement qui nous concerne. Christ a constaté, il a évalué mais il nous laisse la liberté d'interpréter ce geste. L'attitude de la veuve nous concerne et c'est à nous d'en tirer une leçon.

Alors je vous propose maintenant trois pistes. Je vous inviterai tout d’abord à admirer cette femme dans sa manière de donner. Jésus le dit, la foule se presse aux abords des troncs. Il y a des riches. Plusieurs d'entre eux donnaient largement. Ils sont généreux, Ils jettent avec libéralité. Et c’est très bien. Et puis la femme arrive. Elle a deux leptes. Elle aurait pu en garder un et jeter l'autre dans la corbeille. Elle aurait pu agir ainsi, comme les riches, en prenant sur sa pauvreté comme eux qui ont pris sur leur abondance. Mais non, Jésus précise : elle a jeté tout ce qu'elle avait pour vivre. C'est le beau geste par excellence, le geste de celui qui y met tout son cœur, ton son amour et qui donne tout. Bernard de Clairvaux a écrit : la mesure de l'amour, c'est d'aimer sans mesure. On ne pas peut aimer sans un grain de folie et il y a dans le geste de cette femme une dimension d'excès, de radicalité, d’authenticité totale, sans le moindre calcul, sans aucun retour sur soi. Tout donner, sans repentir, sans filet, serait-ce le secret de la vie ? Alors que je fais tout le contraire : épargne-logement, assurance-vie, retraite par capitalisation. C'est bien sûr. On nous l’a appris. Il est raisonnable de garder une poire pour la soif. C’est la vertu de prudence. Mais la véritable paix serait-elle dans le don total ? Oui la veuve nous donne à voir ce qu'est l'amour dans sa pureté absolue, dans ce qu'il peut avoir de démesuré et d’excessif. Paul l'écrit dans la première épître aux Corinthiens : Quand je donnerai tous mes biens au pauvre, si je n'ai pas l'amour, je suis comme une cymbale qui résonne, cela ne me sert de rien. Oui je vous invite, frères et sœurs à admirer cette femme et à faire son éloge.

Indignation

Mais je vous propose aussi un autre regard. Je vous invite maintenant à vous indigner. Car je constate ceci, dans le même temps : Jésus ne nous propose pas cette femme en modèle. Il n'invite pas à imiter la veuve. Il n'est pas dit qu'il la regarde et se met à l'aimer. Il ne recommande pas de faire de même. Il ne précise pas qu'elle serait proche du royaume de Dieu. Il est possible d'explorer une autre piste que celle de l'éloge, celle de la pitié et de l’indignation. Oui, Je vous invite à prendre cette femme en pitié. Marc a placé ce court récit entre une invective contre les scribes et l'annonce de la destruction du temple. Jésus, en effet, vient de dénoncer tous ces religieux hypocrites qui se servent de Dieu pour leur propre gloire. Il ajoute notamment : Ils dévorent les biens des veuves. Comment, alors, le spectacle de cette femme pourrait-il le réjouir ? Jésus vient également de chasser les marchands du temple, tous ceux qui ont fait de la maison de son père une officine de négoce et de trafic. Jésus n'arrête pas de critiquer le temple et son économie, qu'il remet en cause de manière radicale. On peut s'indigner de voir comment est exploitée la générosité et la droiture d'une femme, dont la pauvreté engraisse des bigots, voire des tartuffes. Pourquoi se fait-il que la religion et le commerce fassent si bon ménage en fin de compte ? Pourquoi les religieux sont-ils si habiles à faire de l'argent avec le divin ? La réforme initiée par Luther a commencé, ne l'oublions pas, par un rejet des indulgences, ce commerce de la grâce de Dieu, une grâce absolument gratuite, mais que l'Eglise de son temps s'était mise à tarifer. Jésus nous invite à nous scandaliser de ce système religieux qui exploite une pauvre femme. Ce don fait à un temple géré par des malhonnêtes à quelque chose de dérisoire et de répulsif. Cette veuve, elle est en train de se fait avoir. Sa piété l'aveugle. Et ça serait bien plutôt aux autorités du temple de lui venir en aide et de rendre ainsi à Dieu un culte en esprit et en vérité. Oui, chers amis, ce récit évangélique est aussi une invitation au discernement. Méfions-nous de la religion qui peut facilement devenir un système d'exploitation de l'homme par l'homme. Il y a dans la parole de Jésus une ironie douloureuse, lui qui sait ce qu'il y a dans le cœur des hommes. Il met en valeur le geste d'une pauvresse qui accomplit une démarche coûteuse et inutile en faveur d'un système qu'il condamne et dont il annonce la fin.

Révélation

Car ce temple dont les disciples admirent les pierres et la construction, il va être bientôt détruit, et il me faut maintenant explorer une troisième piste en vous invitant à porter votre regard sur Jésus. Car ce récit comporte une dimension de révélation. Par son geste, en effet, cette femme révèle à Jésus sa propre vocation. Jésus la regarde. Elle a donné toute sa vie. Et le Christ, alors, reconnaît en cette femme sa propre destinée. Lui aussi, dans quelques heures, entre Gethsémani et Golgotha, il va tout donner, il va prendre de son indigence et livrer sa vie. Jésus ne donne pas cette femme en en modèle. C'est lui qui va l'imiter. Le don total de la veuve symbolise et annonce de manière prophétique celui que Jésus va accomplir sur la croix. Jésus, à son tour, va jeter sa vie, toute sa vie, dans la béance de la mort, sans calcul, sans retour, sans autre assurance que la promesse de vie que Dieu adresse gratuitement à tout homme venant en ce monde. Le don de la veuve n'est pas raisonnable, pas plus que celui de Jésus ne paraissait raisonnable à Pierre, qui se met à faire des reproches à son maître lorsque celui-ci se met à parler de sa passion. Et à ce point, nous n'avons rien à imiter. Jésus a tout donné, pour tous et pour toujours. À cette aune, toutes nos œuvres sont dérisoires. Mais une question se pose alors ? Que va-t-il se passer pour la veuve, lorsqu'elle quittera le temple ? Qu'adviendra-t-il de Jésus lorsqu'il aura tout donné ? Qu'adviendra-t-il de nous autres, qui avons placé notre confiance en Lui ?

Ce court récit, frère et sœurs, en fin de compte éclaire le chemin de Jésus ainsi que celui des disciples que nous sommes. Il fonctionne plusieurs niveaux. Il fait l'éloge des gestes vrais et il nous invite à l'authenticité. Il dénonce les systèmes religieux aliénants qui n’ont rien à voir avec la foi. Il interprète le geste de la veuve comme l’annonce d’une vie donnée. Il nous invite à jeter notre confiance en Jésus, lui dont la condition était celle de Dieu et qui s'est anéanti jusqu'à la mort et la mort sur la croix, mais que dieu a exalté pour lui confier le nom qui est au-dessus de tout nom.

Amen

Vous pouvez réagir sur le blog de l'Oratoire

Lecture de la Bible

Marc 12:38-13:2

Jésus leur disait dans son enseignement: Gardez-vous des scribes, qui aiment à se promener en robes longues, et à être salués dans les places publiques; 39 qui recherchent les premiers sièges dans les synagogues, et les premières places dans les festins; 40 qui dévorent les maisons des veuves, et qui font pour l’apparence de longues prières. Ils seront jugés plus sévèrement.

41 Jésus, s’étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l’argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. 42 Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou.

43 Alors Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu’aucun de ceux qui ont mis dans le tronc; 44 car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre.

1 Lorsque Jésus sortit du temple, un de ses disciples lui dit: Maître, regarde quelles pierres, et quelles constructions! 2 Jésus lui répondit: Vois-tu ces grandes constructions? Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée.

Traduction NEG

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)