Psaume 121 "Je lève les yeux vers les montagnes, d’où me viendra le secours ?..."

Je lève mes yeux vers les montagnes...
D'où me viendra le secours ?
Le secours me vient de l'Éternel,
Qui fait les cieux et la terre.
Il ne permettra point que ton pied chancelle;
Celui qui te garde ne sommeille point.
Voici, il ne sommeille ni ne dort,
Celui qui garde Israël (qui garde son peuple).
L'Éternel est celui qui te garde,
L'Éternel est ton ombre à ta main droite.
Pendant le jour le soleil ne te frappera pas,
Ni la lune pendant la nuit.
L'Éternel te garde de tout mal,
Il garde ton âme;
L'Éternel garde ton départ et ton arrivée,
Dès maintenant et pour toujours.

Remarques

  • Ce paume, par ses premières phrases, nous met en communion avec toute personne, croyante ou non, qui a de l'idéal, de la bonne volonté. Il arrive ensuite à l'expérience croyante, témoignant de Dieu comme d'une source d'évolution et de vie permanente.
  • Il y a une faute de traduction courante dans bien des versions de ce psaume, quasiment un contresens de bien des traducteurs, mettant l'Éternel qui a créé le ciel et la terre au passé alors que c'est bien un participe présent qu'il y a ici pour le verbe créer. Et il est bien question ici de Dieu comme poursuivant encore son œuvre de création dans le monde et en nous. C'est important pour comprendre l'existence du mal dan le monde qui est encore en genèse, avec une part de chaos et une part de belles choses. Dieu y travaille. Il est source d'évolution dans le présent, nous dit ce psaume, et il nous invite à regarder vers le haut, à nous associer à Dieu avec intelligence, avec espérance, mais aussi dans la solidarité avec notre prochain.