Accompagner

Veiller de juillet 2016 n° 341

Lutter, dans l’Espérance de la Gloire

Mes bien-aimés,
comme les dons de Dieu sont bénis et admirables !
La vie dans l’immortalité,
la splendeur dans la justice,
la vérité dans la liberté de parole,
la foi dans la confiance,
la maîtrise de soi dans la sanctification ;
et tout cela est mis à la portée de notre intelligence !
Quels sont donc les biens préparés pour ceux qui l’attendent ?
Le Créateur et Père des siècles, le Très-Saint, en sait le nombre et la beauté.
Lettre de Clément de Rome aux Corinthiens

Edito
Fraternité Spirituelle

Deux mots auxquels nous avons réfléchi en groupes lors de notre rencontre générale à Lyon en mars dernier. Nous ne nous sommes pas étendus sur les multiples sens de ces deux mots. Pour nous, veilleurs, ils sont unis et se tissent ensemble ; l’un ayant un aspect plus concret, l’autre soulignant l’habitation de l’Esprit.

Chaque groupe, après un temps d’échange et de partage a rédigé une prière. En voici quelques courts extraits que vous pourrez présenter au Seigneur. Que notre prière nous rapproche les uns des autres par le Christ qui se fait proche de nous.

Notre Dieu, et Père, tu fais de nous des frères et sœurs, et tu nous unis dans une communion de prière. Tu nous as donné d’entrer dans cette « Fraternité Spirituelle », suite à un appel, à un désir et nous t’en remercions. Nous te rendons grâces pour tous les veilleurs, pour les prieurs, et pour tous ceux qui assument une responsabilité dans la fraternité, ainsi qu’aux Abeillères, pour les « Marthes », les parrains et marraines, novices, observants, sympathisants…. Inspire-nous pour faire de nos rencontres une fête pour toi Seigneur, et de notre vie un écho de la tienne !

Nous te rendons grâce aussi pour les sœurs et frères d’hier, d’aujourd’hui, à venir, qui manifestent ta bienveillance. Que nous formions ainsi dans le temps et l’espace une chaîne de témoins unis par ta présence.

C’est toi, Jésus, Maître Doux et Humble de cœur qui nous aides à avancer et à obéir.

Nous saisissons ta main qui nous relève et nous conduit sur le chemin de ton imitation, Toi le Fils Bien-Aimé du Père, le premier des Veilleurs, notre frère.

Dieu vivant, par ton Esprit, souffle de liberté et source de joie, apprends-nous à vivre notre diversité et donne-nous par le lien de l’Esprit, de savoir construire cette fraternité entre nous et avec d’autres, éclairés par notre devise : « Joie, Simplicité, Miséricorde. » Amen !

Je vous laisse aussi deux citations de W. Monod recueillies au cours de mes lectures des plus anciens bulletins et qui concernent notre « groupement » :

« Ce sont des frères et sœurs qui croient à l’union spirituelle entre eux par une chaîne de témoins et ensemble unis au Maître très doux et humble de cœur »

« Une ligue, une association de veilleurs qui ont la même visée spirituelle : l’imitation de Jésus-Christ par la sanctification au moyen aussi d’une discipline commune, d’une règle, librement acceptée. »

Que Dieu nous bénisse chacun et tous ensemble ; qu’il renouvelle et fortifie en nous la foi, l’espérance et l’amour, et qu’il nous accorde la paix qui demeure !

Claude Caux-B.

Peut-on être protestant et moine ?

Tel est le titre de la conférence que Laurent Schlumberger a prononcée à Taizé le 16 août 2015 et que le journal des Diaconesses « Communion » n°215, a reproduite.

Dans ce très intéressant exposé, une phrase a retenu mon attention car elle a fait écho en moi à des paroles de Daniel Bourguet dans son livre « sur un chemin de spiritualité ».

Le Président de l’Église unie décrit ainsi l’apparente contradiction entre la vie monastique et le protestantisme : « le moine vit sa vocation dans une certaine rupture avec le monde alors que selon les Réformateurs la vocation chrétienne se vit au cœur du monde ». Il propose alors pour concilier l’inconciliable : que « le monastère s’élargisse aux dimensions du monde où il n’y a pas de vœux mais des engagements comme à Taizé ». L’ancien prieur des Veilleurs invite dans son livre, les membres de la Fraternité à se rattacher au monachisme universel constitué des moines occidentaux et orientaux de toutes sensibilités ainsi que des Laures orthodoxes.

Après le départ fracassant de Luther de son monastère, le protestantisme n’a connu la vie communautaire que sous les deux formes familiale et ecclésiale. Il a fallu attendre en France le XIXème et XXème siècles pour que la vie monastique protestante puisse exister. Laurent Schlumberger voit là les effets du mouvement du Réveil ainsi qu’une manière de lutter contre les tentations invasives ou totalitaires des réalités sociales ou idéologiques et enfin le désir de réconciliation après les deux guerres vers une unité du genre humain.

Aujourd’hui, toutes les communautés sont en expansion car elles sont la possibilité d’une vie réconciliée devant Dieu donc UNE. Les Veilleurs ont d’ailleurs le bonheur de voir chaque année de nombreux novices rallier la Fraternité.

Je rappelle que la Fraternité s’appelait au départ Tiers-Ordre. On sent bien que chez Wilfred et Théodore Monod il y avait ce désir à la fois d’être à part et d’être en communion dans une solitude choisie et non imposée. Le terme grec monachos qui a donné moine en français, vient de la racine monos qui signifie unique, simple en opposition à double. Le monos « C’est celui ou celle qui aspire à ce que la construction de son unité, de sa cohérence intérieure soit livrée à Dieu » c’est celui qui aspire à « devenir un devant Dieu ou simple ». On retrouve là un des mots de notre devise « joie, simplicité, miséricorde ».

Alors, oui, il me semble que la Fraternité, communauté spirituelle de « laïcs simples et priants » unis par trois temps de prière quotidiens est, au cœur du monde, comme un humble monastère, « UN devant Dieu ».

Évelyne F.

Les Béatitudes ont donné lieu à des réécritures autrement. Aucune ne peut remplacer celles de Matthieu. Mais elles peuvent ouvrir notre imaginaire et nous faire cheminer. Voici des Béatitudes transmises par une veilleuse. Nous continuons à récolter celles que nous recevrons.

Accompagner avec attention

Non, Paul n’est pas parti dans le brouillard comme une amie compatissante me l’a écrit au décès de mon mari. Je dirais plutôt qu’il a vécu les derniers mois de la maladie d’Alzheimer dans une autre lumière. Et moi, son épouse depuis plus de 50 ans, son aidante, j’ai appris petit à petit, à ajuster mon regard, mes gestes, à vivre avec lenteur, avec plus de patience et de douceur.

J’ai appris à adapter mes pas aux siens, à m’émerveiller d’un rien, à contempler l’arbre devant nos fenêtres, à aimer le silence. J’ai appris à interpréter les signes d’impatience, de blocage, d’agressivité, et à trouver les réponses dans mon comportement.

En disant ça, je ne veux pas gommer trop vite mes peurs du début, au moment du diagnostic. Trop de clichés dans ma tête : si un jour il ne me reconnaît plus et me met à la porte ? S’il devient agressif et qu’il me bat ?

Alors j’ai acheté des livres, consulté internet, surtout les sites canadiens, mais aussi le blog de Colette Roumanoff dont le mari est atteint de la maladie d’Alzheimer.

En ce qui concerne les livres, j’ai trouvé de bons conseils et témoignages chez Naomie Feil et sa méthode Validation, puis, suivant les conseils d’une sœur Diaconesse, j’ai lu de Thierry Collaud « Démence et résilience, mobiliser la dimension spirituelle ».

Mais oui, l’intelligence émotionnelle n’est pas atteinte, l’essentiel de l’être humain est préservé, une autre forme de communication est possible, par les gestes, les regards.

Paul et moi avons gardé jusqu’au bout notre relation de confiance et de tendresse. Il a pu terminer sa vie à la maison. Il est mort avant d’aller trop loin dans sa maladie. Je savais (nous en avions parlé et écrit nos directives anticipées) qu’il ne voulait pas d’acharnement thérapeutique.

Au tout début, nous étions accompagnés par l’équipe ALOIS de l’hôpital gériatrique de Plaisir, un très bon service qui nous a encouragés à continuer à vivre comme avant. Nous avons alors enchaîné les

voyages, le grand plaisir de Paul qui était curieux de tout. Je me félicite de n’avoir pas regardé à la dépense.

Mais, inéluctablement, les facultés de Paul ont diminué. Je me suis souvent demandé si j’aurais la force et la patience nécessaires pour accompagner mon mari jusqu’au bout.

Mes prières « Seigneur, augmente en moi l’amour et la patience » ont toujours été exaucées, et cela m’a permis de garder confiance et espérance.

Maintenant cela fait plus d’un an que Paul est dans la lumière du Seigneur. Il me manque, mais d’une certaine façon il est toujours avec moi, car l’amour est plus fort que la mort.

Ursula Gaudenzi

Joie en Dieu

Loué sois-tu Seigneur, de la joie que tu me donnes, quand je rencontre des frères et sœurs, je suis heureuse de témoigner que tu es Dieu vivant et aimant.

Tu t'es révélé, tu m'as appelée une nouvelle fois et ma vie a changé. Je découvre au jour le jour combien ton amour est grand ! Pourquoi ai-je tant tardé à répondre à tes appels ?

Tu Es, et tu mets sur ma route des frères et sœurs.

Apprends-moi à te reconnaître dans leur visage, leurs actes, leurs silences, leurs sourires, leurs larmes. Tu es présent en chacun d'eux.

Merci de me combler de ta grâce au quotidien et de me garder dans l'espérance, malgré la souffrance qui est grande, je suis heureuse car Tu Es.

Dieu trinitaire, tu imprègnes ma vie, et je crois, je sais, que tu restes avec moi. Apprends-moi à te connaître davantage et à savoir pardonner.

Par la prière, je peux te rejoindre, Toi qui habites mon âme, ta présence est discrète et aimante.

Ta Parole et ton Pain m'aident à avancer sur la route de ma vie avec tous les hommes et les femmes qui cheminent avec moi vers toi.

Mes frères et sœurs, dans la prière, m'aident en intercédant par Christ.

Ce qui me rend heureuse c'est de te connaître Toi le Dieu qui sauve.

Aide-moi à partager cette Bonne Nouvelle : Dieu, tu es Dieu !

Un partage dans les activités de ma vie de tous les jours

Tu pardonnes mes fautes, et tu éclaires ma vie pour me permettre d'avancer avec la force de ton pardon.

Quand je tombe, et que le mal m'éloigne de toi dans la liberté et la lucidité qui sont les miennes, (tu connais ma faiblesse) tu m'aides à me relever par ton amour de Père, par la mort et la résurrection du Christ, et avec l'aide de mes frères et sœurs.

Sois béni Seigneur, Toi le Dieu de miséricorde et de tendresse, lent à la colère et plein d'amour. Tu me donnes la vie en abondance.

Je suis heureuse car, mon Dieu, tu m'accordes la joie de témoigner, de parler de toi, et ainsi de te confier les personnes que je rencontre pour qu'elles aussi puissent, par ton Esprit, te connaître. Merci.

Sois loué Seigneur.

Amen

Marie-Thérèse P.

Béatitudes selon Pierre Jacob

(Cahiers de la Réconciliation n°1/2000)

Heureux les pauvres pas les fauchés

Mais ceux dont le cœur est libre.

Heureux ceux qui pleurent, pas ceux qui pleurnichent

Mais ceux qui crient.

Heureux les doux, pas les mous

Mais les patients et les tolérants.

Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, pas ceux qui braillent

Mais ceux qui luttent.

Heureux les miséricordieux, pas ceux qui oublient

Mais ceux qui pardonnent.

Heureux les cœurs purs, pas ceux qui font les anges

Mais ceux dont la vie est transparente.

Heureux les pacifiques, pas ceux qui éludent les conflits

Mais ceux qui les affrontent.

Heureux les persécutés pour la justice, non parce qu’ils souffrent

Mais parce qu’ils aiment.

La Fraternité en Christ.

S’il y a bien un idéal qui n’est pas partagé dans notre monde, c’est la fraternité. Même dans nos pays prétendus développés, en France, la fraternité est la moins vécue des notions de notre devise. Frédéric Lenoir (La guérison du monde, p. 226) considère que « la principale critique que l’on peut adresser à l’Occident moderne, c’est d’avoir oublié l’idéal de fraternité en se concentrant aussi exclusivement tantôt sur les questions d’égalité, tantôt sur les libertés individuelles ».

Nous pouvons définir la fraternité comme une relation fraternelle qu’une personne décide de vivre avec les autres, sans être frère ou sœur et sans les avoir tous choisis ; elle nécessite la confiance. C’est un des idéaux, du fait de la force de son égo, les plus difficile à vivre mais possible et paradoxalement simple à mettre en place ; en effet, c’est avant tout une disposition intérieure consciente à implanter et une détermination très forte à vivre cela parce que l’on a l’intime persuasion que c’est le seul chemin à suivre pour construire une société de bonheur : avoir un égo qui ne fait pas de bruit et qui est serviteur. C’est moins difficile à expérimenter dans des lieux portés par la fraternité comme le sont les communautés chrétiennes puisque ces personnes, qui ne se sont pas choisies, sont unis dans la fraternité en Christ. Le lien au Christ permet d’avoir un a priori positif pour ces personnes, fondamental pour tisser dès le départ une relation de confiance. Ce positionnement facilite le maintien du lien, de la concorde et la capacité à comprendre l’expression virulente d’un membre. Au cas où cela ne se passerait pas comme cela, il peut y avoir dans la communauté un artisan de fraternité qui permette le rétablissement du lien à l’aide de la foi, de la raison et de la prière. Il est bien sûr nécessaire que les protagonistes fassent l’effort de s’enraciner dans leur foi en Christ pour permettre le rétablissement du lien fraternel.

Notre foi et l’orientation de nos vies suscitées par l’Esprit nous inclinent fortement à faire tout notre possible pour vivre cela. Il y a de nombreux textes bibliques qui exhortent à infléchir nos vies dans ce sens ; en voici quelques-uns :

(Rom 12 ; Éph 4, 1-7 et 4, 25-5,2; Phil 2, 1-4 ; Col 1,9-12 et 3:9-17 ; 2 Timothée 2, 22-26 ; Mat 5,21-24 et 5,43-48 et 25,31- 46.)

Guy Balestier.

A prime

Père, porte mon âme en son insouciance
Jusqu’où tu veux et qu’elle dorme dans ta main
Sans demander le sens et le but du chemin.

Qu’elle soit, n’ayant plus dessein ni science
Légère, détachée, et joyeuse au réveil
Comme les moucherons qui dansent au soleil.

Détourne d’elle une inquiète défiance
Qui mesure avant toi le fil de l’avenir
Et qui pèse l’espoir avec le souvenir ;

Je m’abandonne à toi, divine Sapience
Ma force sera prête à l’heure du besoin
Comme un manteau d’enfant dont la mère a pris soin.

Marie Noël,
Les Chansons et les Heures

Site de la fraternité des veilleurs : fraternite-spirituelle-des-veilleurs.org
Merci de soutenir la fraternité par l'engagement personnel et si possible par un don.