Vous trouverez dans cette page :

Les six affirmations du protestantisme

Les protestants sont des chrétiens qui participent volontiers au mouvement oecuménique et qui se reconnaissent dans ces six affirmations :

À Dieu seul la gloire

Rien n’est sacré ou absolu en dehors de Dieu. Les protestants contestent le caractère absolu de toute entreprise humaine. Au nom d’un Dieu de liberté, ils proclament la liberté de conscience de tout être.

La grâce seule

La grâce et l’amour gratuit et originel de Dieu pour l’humanité. Indépendamment de ses mérites, l’être humain est déjà sauvé. Cette confiance en Dieu le rend responsable. Ainsi aimé, l’homme est apte à aimer son prochain.

La foi seule

La foi naît de la relation de l’être humain avec Dieu. Elle est parfois une rencontre, toujours une recherche parsemée de doutes et d’interrogations. Tout être humani est libre de recevoir la foi.

La Bible seule

La Bible est la seule autorité reconnue des protestants qui y voient le livre d’une humanité juive et chrétienne se voulant reliée à Dieu. L’intelligence de son message aujourd’hui provient des efforts de toutes les Eglises dans le respect de leur diversité.

Des Églises toujours à réformer

Les églises rassemblent ceux qui se reconnaissent dans le Dieu de Jésus-Christ, notamment par le baptême et la Cène. En tant qu’institutions, elles n’exercent pas de médiation entre les fidèles et Dieu. Communautés humaines, elles évoluent sans cesse au rythme de l’humanité.

Le sacerdoce universel

Chaque baptisé a une place identique dans l’Eglise, qu’il soit laïc ou pasteur : ce dernier est un homme ou une femme qui a reçu une formation théologique en vue d’aider les autres à avancer dans leur propre réflexion. Le témoignage d’une foi active est la mission de tous les protestants.

Le protestantisme réformé

L’Église Réformée de France est une église chrétienne appartenant à la famille du protestantisme. Elle professe une religion fondée sur la Bible et la relation personnelle avec Dieu.

La liberté individuelle lui semble une valeur fondamentale. Ce n'est pas l’Église qui détermine ce qu'il faut croire ou faire. Dans le protestantisme, il n'y a pas d'autorité dogmatique, ni d'excommunication ni de commandements d'ordre éthique. Cela implique que chacun est responsable de sa foi et de son comportement et est appelé à réfléchir par lui-même pour construire ses propres convictions à partir de la Bible.

La Bible est donc l'outil de base et le fondement de la vie de tout protestant. La lecture de cette Bible se fait, non pas "au pied de la lettre", mais avec un certain sens critique, en cherchant à replacer tout passage dans son contexte pour en trouver une signification actuelle. La Bible n'est pas considérée comme une somme dogmatique ni comme un code moral, mais comme la nourriture privilégiée de la réflexion et de la vie spirituelle.

L’Église n'est pas considérée comme une institution divine, mais comme une organisation humaine de chrétiens qui se réunissent pour vivre ensemble leur foi et pour se donner les moyens d'avoir une aide dans leur propre recherche.

Le pasteur anime la communauté. Il est surtout un théologien et un spécialiste de la Bible. Il aide et stimule la recherche de chacun. Le pasteur n'a aucun pouvoir particulier ni pour accorder le pardon (chacun est responsable devant Dieu seul) ni pour célébrer la Sainte Cène (Communion). Il peut se marier. Tout ce qu'un pasteur fait un laïc peut le faire.

Le Culte du dimanche est un moment privilégié de formation et de rassemblement pour la communauté. Il est public. Tous ceux qui cherchent, d'où qu'ils viennent, peuvent y assister. La prédication y a une place prépondérante.

La Communion (ou Sainte Cène) est comprise de manière symbolique. Le pain reste du pain, le vin reste du vin, mais ils représentent, pour celui qui le veut en les recevant, la personne et la vie du Christ qui nourrissent notre vie.

Le protestantisme insiste sur la grâce (Dieu aime chaque personne sans condition). En effet, sans cela nous pourrions avoir peur de cette responsabilité que nous avons de prier et de réfléchir individuellement, puis de décider par nous-mêmes ce qui nous croyons être juste devant Dieu. Et puisque son amour est sans condition, les protestants tentent de faire le bien, non pour acquérir des mérites, mais en reconnaissance pour le salut donné par Dieu. Ils ne prient pas pour les morts, pensant que ceux qui meurent sont auprès de Dieu, et ils ne prient que Dieu, refusant toute prière ou tout culte à Marie ou à des saints.

La liberté entraîne une riche diversité. Il y a plusieurs églises dans le protestantisme en fonction de différentes tendances, mais le lien absolu est le Christ. Tous sont en chemin vers Dieu par le Christ, en s'appuyant sur les Écritures, et c'est cela l'essentiel.

Histoire

Le protestantisme n’est pas seulement protestation contre le catholicisme, mais attestation de l’importance première de la foi biblique.

Au 16e siècle, Martin Luther en Allemagne, puis Jean Calvin en France, et beaucoup d’autres, ont vécu personnellement la nécessité d’un changement profond dans le christianisme.

  • Il fallait que la Bible devienne la nourriture spirituelle de tous les croyants, et donc qu’elle soit traduite et diffusée dans le peuple.
  • Il fallait retrouver le sens évangélique de la grâce de Dieu, alors que l’enseignement traditionnel imposait aux fidèles de mériter leur salut.

Par conséquent il fallait enseigner une foi qui soit de confiance en Dieu et de relation personnelle avec lui plutôt que d’obéissance à l’Eglise et d’adhésion aveugle à sa doctrine.

Le protestantisme né de cette Réforme du christianisme a progressivement façonné un individu nouveau, conscient de sa liberté de chrétien, et une société nouvelle fondée sur la responsabilité. Mais ceci ne s’est pas fait sans heurt et le 16e siècle a connu des conflits religieux sanglants, notamment ce qu’on appelle en France les guerres de religion.

Une date importante dans notre pays est 1598 où le Roi Henry IV promulgue l’Edit de Nantes qui reconnaît dans certaines limites la liberté de culte et donc de conscience. Mais le protestantisme ne sera pas vraiment accepté et l’Edit de Nantes sera révoqué par Louis XIV en 1685. Il faudra encore un siècle pour que l’Edit de tolérance en 1787, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 mais surtout le Code Civil des Français en 1802 accordent la liberté de culte.

Le 19e siècle voit donc la renaissance des Eglises protestantes en France, et la participation de plus en plus active de protestants à la vie publique.

Ils militeront en faveur de la laïcité et depuis la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905 les Eglises sont organisées en associations cultuelles.

En même temps naissait la Fédération Protestante de France qui regroupe aujourd’hui des Œuvres et Associations protestantes, et des Eglises aussi différentes que les Eglises dites historiques - Eglises réformées et luthériennes - et certaines Eglises évangéliques ou pentecôtistes.

Par ailleurs le protestantisme s’est largement inscrit pendant tout le 20e siècle dans la marche de l’oecuménisme et il participe au Conseil Œcuménique des Eglises. Il est également ouvert au dialogue interreligieux.

Pour en savoir plus, vous pouvez aller voir :

 

La Bible dans les mains de Calvin, mur de la réformation               à Genève - photo julien mudry

La Bible dans les mains de Calvin, mur de la réformation à Genève
photo Julien Mudry

 

 

 

 

 

 

 

croix huguenote

La croix huguenote
est, depuis le 17e siècle, l'insigne des protestants français (ou d'origine française)