Servir Dieu ou servir les hommes ?

Matthieu 25:31-46

Culte du 26 septembre 2021
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo de la partie centrale du culte

Culte à l'Oratoire du Louvre

Dimanche 26 septembre 2021
« Servir Dieu ou servir les hommes ? »

Culte par la pasteure Agnès Adeline-Schaeffer
Musique : Sarah Kim, organiste co-titulaire

Accès direct aux textes des chants, cliquer ici
Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Jeu d'orgue

Annonce de la grâce :
Mon frère, ma sœur, mon ami,
Toi qui es venu ce matin, prendre le temps d’écouter la Parole de Dieu, renouveler tes forces physiques et spirituelles, par le chant, la prière, rencontrer ton prochain au milieu de ton activité familiale ou de ton travail, sois sans crainte !
Le Seigneur est là, il t’appelle, il t’invite à l’écouter et à le recevoir ici et maintenant.
La grâce et la paix nous sont données de la part de Dieu notre Père en son Fils Jésus-Christ, notre frère.

Accueil de l’assemblée :
Bienvenue à chacun, chacune pour ce temps de culte. Bienvenue à celles et ceux qui nous rejoignent par le site internet ou celui des réseaux sociaux. Nous sommes en communion les uns avec les autres.
Chers amis, bienvenue dans ce lieu de prière, que vous soyez des habitués du lieu, ou que vous veniez ce matin pour la première fois, vous êtes ici chez vous.  
Merci à Sarah Kim qui nous accompagne à l’orgue ce matin.

Prions ensemble :
Eternel, Dieu de la vie, nous sommes rassemblés ce matin dans ce lieu de prière et de communion. Permets que nous soyons une communauté de prière et de joie pour celles et ceux qui nous entourent.  Envoie ton Esprit-Saint sur chacun, chacune de nous, et notre foi fera grandir notre amour du prochain. Béni sois-tu pour ta présence fidèle. Amen.
 
Chant spontané :
Bénissons Dieu le seul Seigneur
Nous qu’il choisit pour serviteurs
Levons nos mains dans sa maison,
Pour bénir et louer son nom.


Louange
Louons Dieu :
Que tout ce qui est en moi bénisse ton saint nom.
Que mes mains te louent par leurs gestes,
Que mes pas te louent par leurs chemins.
Que mes lèvres te bénissent à travers leurs chants,
Que mes yeux te célèbrent en reflétant ta lumière,
Que mes oreilles te répondent en écoutant ta voix.
Que ma mémoire te rende grâces
En rappelant tes délivrances,
Que mon intelligence te loue
En cherchant la voie de ta sagesse,
Que ma volonté t’honore
En se faisant servante de la tienne.
Que mon coeur te loue en aimant de ton amour,
Que ma force te loue en s’offrant à toi,
Que mon corps, demeure de ton Esprit, te loue sans cesse.

Chant d'Assemblée : Le Psautier Français, Psaume 118 « Célébrez Dieu, rendez-lui grâce, strophes 1, 2 et 6 [cliquer ici]

Volonté de Dieu
Dans le livre du prophète Esaïe, nous lisons ces versets :
Le jeûne que je préconise, n’est-ce pas plutôt ceci : C’est détacher les chaînes de la méchanceté, c’est libérer les hommes injustement enchaînés, c’est de renvoyer libres ceux qu’on écrase, ceux que l’on tient en esclavage. C’est partager ton pain avec celui qui a faim,
c’est ouvrir ta maison aux pauvres et aux déracinés, fournir un vêtement à ceux qui n’en ont pas, ne pas te détourner de celui qui est ton frère.  …/…Alors ce sera pour toi l’aube d’un jour nouveau, ta plaie ne tardera pas à se cicatriser. Le salut te précèdera et la glorieuse présence du Seigneur sera ton arrière-garde. Quand tu appelleras, le Seigneur te répondra, quand tu demanderas de l’aide, il te dira « J’arrive ! ». (Esaïe 58/ 6 et ss).

Chant spontané
Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute,
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis,
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

 
Confession du péché
Prions ensemble :
Les exclus, tu les connais, Seigneur,
Tu les as rencontrés et accueillis, sur ta route :
Les lépreux impurs, les prostituées méprisées,
Zachée le percepteur, les brigands crucifiés avec toi,
Et tous les autres.
Tu es venu pour eux, en priorité,
Pour leur redonner leur dignité et les réinsérer dans leur peuple.
Tu es toi-même mort en exclu.
Crucifié comme un esclave révolté,
Hors des murs de la ville sainte.
Les exclus sont sur notre route, et sur nos écrans.
Exclus de l’économie et du progrès,
Exclus des soins, du partage et du respect.
Ils ont faim de pain et soif de justice,
Ils sont étrangers, malades, drogués,
En prison ou torturés dans des camps.
Ouvre nos yeux, Seigneur,
Pour regarder la réalité en face.
Ouvre notre cœur,
Pour essayer de comprendre la détresse,
Ouvre notre intelligence
Pour réfléchir ensemble, croyants et non-croyants, sur les causes de l’exclusion.
Donne-nous la force, ensemble, d’accueillir et d’agir. Amen.
[Albert Hari, prières pour les incontournables de la vie].
 
Chant spontané
J’aime mon Dieu, car il entend ma voix.
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

 
Annonce de la grâce
Ecoutons comment Dieu renouvelle sa grâce :
Dieu a tellement aimé le monde, qu’il a donné son Fils,
son unique, afin que quiconque ait foi en lui ne meurt pas,
mais qu’il ait la vie éternelle. (Jean 3:16)
Le Fils de l'homme est ainsi venu chercher et sauver ce qui était perdu (Matt. 18:11)

Chantons à Dieu notre reconnaissance !
Chant spontané :
Combien grande est ta gloire, en tout ce que tu fais
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire !
Tes œuvres sans pareilles, ont réjoui mon cœur,
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveilles.

 
Confession de foi :
Je crois en Dieu, il est amour,
Je crois en Jésus-Christ, notre Seigneur, notre frère,
il a souffert, Il est mort, il nous pardonne.
Il est la vie et la lumière du monde.
Son règne dépassera le temps.
Malgré notre faiblesse, je crois qu’en Jésus-Christ, Dieu est
L’espérance des hommes et l’homme est l’espérance de Dieu.
Je crois en l’esprit présent au monde et au cœur des hommes
L’esprit donne la paix aux hommes de bonne volonté.
L’esprit de Dieu créé et recréé le monde,
Le dynamise et le conduit vers le Royaume.
Je crois à la communion de tous
Dans la foi, l’espérance et l’amour.
Je crois à l’amour plus fort que la mort.
Je crois à la vie éternelle.
Amen
[Confession de foi du Foyer de l’Âme]

Chant spontané
Grand Dieu, nous te bénissons, nous célébrons tes louanges,
Eternel, nous t’exaltons, de concert avec les anges,
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !

Doxologie : Gloire à Dieu dans les cieux et sur la terre, d’éternité en éternité !

Lecture biblique : Matthieu 25, versets 31 à 46  (TOB)

Chant d'Assemblée : Louange et Prière, Cantique n°193 « Parle , parle, Seigneur, ton serviteur écoute », strophes 1 à 3 [cliquer ici]

Prière d'illumination

Jeu d’orgue

Prédication : Servir Dieu ou servir les hommes

Amis, frères et sœurs,
La semaine dernière, c’était le week-end consacré aux journées européennes du patrimoine, ce moment magique où nous pouvons visiter librement bon nombre de lieux de cultes et de culture, habituellement fermés, ou destinés à d’autres fonctions qu’à la visite. Bien souvent, on ne fait pas attention au titre qui sont données à ces journées.  Pourtant il change chaque année. Et le thème de la rencontre de cette année, c’était « Patrimoine pour tous ». Avec cette notion d’inclusion que ce « pour tous » suggérait, voire impliquait.  Sur le plan paroissial, ici à l’Oratoire du Louvre, nous nous sommes saisis à bras le corps de ce thème, en le mettant en valeur de deux façons distinctes et complémentaires ; le samedi, en accueillant deux associations, d’une part, le « CCI », autrement dit, le Carrefour des Chrétiens Inclusifs, et d’autre part « David et Jonathan ». Ces deux associations se consacrent tout particulièrement pour le CCI, à l’accueil inconditionnel dans les églises, et les mouvements chrétiens de l’espace francophone, de personnes appartenant aux minorités sexuelles et de genre. Cette association se tient aux côtés de toute personne ou de tout groupe faisant l’objet de préjugés et de discrimination. Pour David et Jonathan, elle offre un espace d’écoute et d’accompagnement des personnes homosexuelles, et ce, depuis près de 40 ans.

Le dimanche, nous avons accueilli pour la prédication du culte, Antoine Durrleman, ancien président du Centre d’Action Sociale Protestant, (CASP) qui nous a rappelé avec conviction, la nécessité des églises de rester solidaires des plus petits de ce monde, au nom de Jésus-Christ, selon 4 axes, résumés en ces 4 mots : l’exigence, l’urgence, la confiance et l’espérance, texte que vous pouvez retrouver sur notre site internet. Pendant ce temps, les jeunes de l’éducation biblique, réunis dans les locaux paroissiaux, prenaient connaissance d’un texte de la Bible, celui que nous avons lu à l’instant dans l’Evangile de Matthieu, au chapitre 25. Cette parabole soutient l’engagement spirituel et social de bon nombre d’associations caritatives chrétiennes, comme le CASP, ou la Halte des Migrants, installée depuis un an dans l’ancienne mairie du 1er arrondissement, la seule Halte humanitaire gérée par la fondation de l’Armée du Salut, ou encore la Clairière, centre social créé par le pasteur Wilfred Monod, en 1911, dans le quartier déshérité des Halles de son époque. Les jeunes ont été particulièrement intéressés de découvrir comment la parole contenue dans l’Evangile trouvait sa réalisation au sein de ces différentes associations, qu’ils ont rencontré dans le temple l’après-midi. Cela leur a donné matière à réfléchir, à discuter, et aussi à rédiger, puisque le projet que nous avons avec tous les jeunes de l’éducation biblique, c’est justement d’approprier cette bibliothèque, comme la Bible, en faisant siens les témoignages de foi qui s’y trouvent en les déchiffrant d’une part, et en les mettant en relation avec celles et ceux pour qui la Parole entendue avec suscité en eux un projet de vie, un engagement. « Pour savoir où l’on va il faut savoir d’où l’on vient » dit un proverbe africain. Si nous souhaitons que d’autres prennent la suite des engagements auxquels nous avons été appelés, il faut nous souvenir que d’autres ont ouvert la voie avant nous, et que grâce à eux, nous avons pu à notre tour nous engager. Faut-il rappeler ici que le christianisme est à la fois spirituel et social ? Le pasteur Wilfred Monod, ne disait-il pas, dans l’une de ses prédications que le spirituel et le social étaient « les deux pôles d’une même vérité » ? Tout au long de son engagement pastoral, n’a-t-il pas tenté de repérer pour les croyants de ses paroisses, normande puis parisienne, puis dans sa réflexion en théologie pratique, les grandes lignes directrices du fondement de son engagement, qui sous-tendent notre méditation d’aujourd’hui ?

Faut-il servir Dieu ou servir les hommes ? Voici comment Wilfred Monod répond à cette question :
« Qu’on ne vienne pas diviser en deux minces filets le torrent de mon activité ; qu’on ne vienne pas me dire : « Fais deux parts dans ton existence, l’une pour les choses visibles, l’autre pour les choses qu’on ne voit point, l’une pour la morale, et l’autre pour la religion. Je ne veux pas connaître ces distinctions. Je ne peux pas aimer tantôt l’homme et tantôt Dieu, vivre une vie laïque durant la semaine et vivre une vie sacrée pendant le dimanche. Je n’ai qu’une âme, et cette âme n’a qu’un idéal, vivre !
Si j’aime les hommes, j’aime Dieu ; si j’aime Dieu, j’aime les hommes. Cessez donc d’opposer, comme des contraires, les deux pôles d’une même vérité. Ne me dites plus qu’il faut choisir entre le service de Dieu et le service des hommes, entre le couvent et le commerce, et montrez-moi que je peux servir, à la fois, et mon Père céleste, et mes frères ».
[Il règnera, p.263-264, in Laurent Gagnebin, Christianisme spirituel et christianisme social, p.231-232].

Si en 1911, Wilfred Monod créait le centre social de la Clairière, c’est en 1923 qu’il a créé avec son fils Théodore, la communauté des « Veilleurs » communauté qui existe toujours, qui progresse toujours, parce que les anciens appellent ceux des générations suivantes, et qui représente en quelque sorte ce que Wilfred Monod, appelait le « Tiers-Ordre protestant », rassemblant fidèles et pasteurs, avec une règle organisant une vie spirituelle structurée. Cela venait équilibrer l’engagement social du centre de la Clairière et de tout autre engagement social. Les Veilleurs fêteront le centenaire de leur communauté de prière en 2023, à l’Oratoire.

Au tout début du mois de septembre, l’assemblée du Désert s’est tenue à Mialet, près d’Anduze sur le thème de l’anniversaire des 150 ans de la Mission Populaire et le pasteur Olivier Brès, président de la Mission populaire évangélique de France a rappelé comment la Mission Populaire, la « miss’pop » était née dans un temps de crise et d’abattement au lendemain de l’écrasement de la Commune. Et comment elle continuait son engagement rassemblant des croyants et des non croyants pour lutter pour une meilleure justice sociale pour tous : je cite « quand nous quittons nos habitudes religieuses pour nous retrouver avec d’autres dans un engagement pour le climat, pour l’accueil de l’étranger, pour la délibération collective, dans une pratique de solidarité concrète, quand se retrouvent des anciens et des nouveaux habitants pour faire vivre leur territoire la méfiance effacée ».

Et Olivier Brès d’ajouter : » il peut arriver aussi que nous détournions les locaux ecclésiastiques de leur vocation première, comme ces salles paroissiales qui servent plutôt aux Entraides qu’aux cultes, à la distribution alimentaire qu’à la célébration de la Sainte-Cène, qui accueillent plus des associations locales que des groupes de prière… »

Et pourtant, ce n’est qu’un seul et même service celui du prochain, et pour voie de conséquence, le service de Dieu, puisqu’à travers le texte de l’Evangile de ce matin, c’est ce qui est demandé, ni plus ni moins. Cet évangile décliné aujourd’hui en christianisme à la fois social et spirituel ont l’air de ne faire qu’un et c’est tant mieux. Parce que le commandement d’amour de Dieu et celui de son prochain, donné par Jésus, ne font qu’un aussi.

Aujourd’hui, nous savons aussi que les églises, les institutions religieuses quelque soit leur dénomination, n’ont plus le monopole de l’Entraide. D’autres associations laïques le font aussi bien sinon mieux. Et bien souvent, on retrouve les mêmes bénévoles engagés aux Restos du cœur comme au CASP, ou à l’Armée du Salut, d’autres qui donnent leur temps à l’Entraide Protestant, au secours Catholique et au Secours Populaire, entre autres.

Alors, ce que nous pouvons retenir du texte de l’Evangile de Matthieu, c’est qu’il n’est fait allusion à aucune religion, aucun rituel, pas même celui de Moïse. Le jugement dont il est question n’est pas lié à une pratique religieuse d’aucune sorte, mais il est lié à une attitude humaine, propre à chacun, attitude dans laquelle chaque être humain, croyant quelle que soit sa religion, ou non-croyant, peut se reconnaître. Ce n’est pas le jugement de la foi ou de la croyance dont il est question, mais le jugement de notre aptitude à être humain. C’est de notre propre humanité ici dont il s’agit. Quel est le degré de compassion qui m’habite dans mon quotidien ? A quoi est ce que je suis encore sensible, quand je croise mon prochain, dans la précarité, et les exemples de précarité ne manquent pas : ne pas manger, ne pas boire, ne pas être habillé, autrement dit ne pas être soigné, mais aussi ne pas être accueilli, ne pas être visité. Autrement dit, ne pas être aimé. Ce sont les besoins de toute l’humanité, toutes cultures, toutes éducations, toutes politiques confondues.

L’Evangile de ce matin nous renvoie à notre actualité brûlante. Il n’y a qu’à sortir dans la rue pour y rencontrer celles et ceux dont il est fait mention. Et cette page d’Evangile fait écho aux versets du prophète Esaïe, que nous avons entendu au début du culte, ou encore à la question de Dieu posé à Caïn, dans le livre de la Genèse : « Qu’as-tu fait de ton frère » ? Question qui sous-tend bon nombre de congrès d’Entraide.

La réponse se trouve dans des exemples particulièrement concrets, qui nous concernent tous, puisque nous aussi, nous avons faim et soif, nous avons besoin d’être habillés, soignés, visités, tout simplement d’être aimés. Finalement, c’est à notre façon d’aimer qu’on reconnaitra le Dieu qui nous aime. Et ce qui a fait dire aussi à Wilfred Monod, dans une prédication, qu’il a donnée, à l’Oratoire du Louvre en 1911 sur ce même passage de l’Evangile de Matthieu 25, avec les mots et la théologie de son époque :
" Aux yeux de l'Éternel, à l'heure décisive des comptes à rendre :
Mieux vaudrait avoir vécu sans religion que d'avoir vécu sans amour.
Mieux vaudrait avoir servi Jésus-Christ sans le nommer que d'avoir nommé Jésus-Christ sans le servir. "
Amen

Pour aller plus loin :

  • Laetitia Colombani, Les victorieuses, Roman, Grasset 2019
  • Laurent Gagnebin, Christianisme spirituel et christianisme social, la prédication de Wilfred Monod, Labor et Fides, 1987
  • Assemblée du Désert 5 septembre 2021, prédication d’Olivier Brès (lien internet)
  • Journées Européennes du Patrimoine, 19 septembre, prédication d’Antoine Durrlemann (lien internet).

Jeu d'orgue

Chant d'Assemblée : Louange et Prière, Cantique n° 344 « Pour répondre à ton grand amour », strophes 1 à 3 [cliquer ici]

Annonces
Offrande
Orgue

Liturgie de sainte-cène

PREFACE
Louons Dieu:

C’est notre joie de te célébrer, ô Dieu notre Père,
pour ce monde que tu as créé si beau
et que tu gardes à travers ses douleurs
jusqu’au jour où, selon ta promesse, viendra ton Royaume.

C’est notre joie de te célébrer pour ton Fils,
Jésus-Christ, notre Seigneur, né de notre chair, baptisé, tenté,
transfiguré, condamné, crucifié,
ressuscité d’entre les morts, élevé dans la gloire.

C’est notre joie de te célébrer pour ton souffle de vie, l’Esprit d’adoption qui nous apprend à te dire Père,
qui exorcise nos peurs et illumine notre foi.

Aussi, avec les cieux et la terre,
avec la multitude de ton peuple,
par tous les temps et par tous les lieux,
nous célébrons ton nom et nous te chantons :
 
Chant spontané : L&P cantique n°205, « Pare-toi pour une fête », strophe 1
 
RAPPEL DE L’INSTITUTION

Le soir venu, Jésus se mit à table avec les douze.
Pendant le repas, il prit du pain et, après avoir rendu grâces,
il le rompit et le leur donna en disant :
“Prenez, mangez, ceci est mon corps.”
Ayant aussi pris la coupe et rendu grâces,
il la leur donna en disant :
“Buvez-en tous, car ceci est mon sang,
le sang de l’alliance qui est répandu pour la multitude,
pour le pardon des péchés.
Je vous le dis, désormais,
je ne boirai plus de ce fruit de la vigne
jusqu’au jour où je le boirai, nouveau,
avec vous, dans le Royaume de mon Père.”

Prière d’intercession et prière de communion

Eternel, Dieu de la vie,
Nous prions pour ceux qui en ont besoin,
Ceux que la vie a blessés, entamés,
Laissés sur le bord du chemin. 
Nous prions pour ceux qui ont froid,
Ceux qui ont faim de pain et soif de tendresse,
Ceux qui ont perdu l’espoir,
Ceux qui ont perdu l’envie.
Nous prions pour ceux qui n’ont plus rien.
Nous prions pour qu’au milieu de fracas et du bruit
Si d’aventure, nous venions à tomber
Une main se tende, douce et puissante,
Une main amie
Qui nous agrippe et nous relève
Et nous renvoie, sans nous juger,
Dans le grand tourbillon de la vie.
Nous prions pour ne pas oublier de donner,
Donner de notre argent, donner de notre temps,
Donner de notre amour.
[D’après une prière anonyme d’une sœur du Couvent des Filles de la Croix, XIXème siècle, in « Les Victorieuse », Laetitia Colombani].
 
Dieu de la vie, nous te prions pour toutes les associations caritatives, chrétiennes, non-chrétiennes, laïques, qui s’engagent à secourir celles et ceux dans le besoin, de quelque nom que s’appelle leur besoin.

Nous te confions particulièrement l’Armée du Salut, qui tient son congrès aujourd’hui et qui se souvient, dans la reconnaissance de ta fidélité, qu’elle est présente en France depuis 140 ans. Nous te rendons grâce pour son travail et son témoignage.

Nous te prions pour celles et ceux qui ont demandé le secours de notre prière, quelle qu’en soit la raison. Nous te les nommons dans le profond de nos cœurs.
 
Père, au moment de nous approcher de cette table,
nous faisons mémoire des paroles et des gestes
de Jésus-Christ, de sa mort, de sa résurrection,
et nous attendons son retour.
Nous recevons de toi ce pain de vie
destiné à la nourriture du monde.
Nous recevons de toi la coupe d’alliance
que tu offres pour la joie du monde.
Tu nous rassembles et nous invites.
Par ton Esprit, renouvelle notre foi afin que ce pain
et ce vin soient les signes de la présence de ton Fils parmi nous.
Fais toutes choses nouvelles dans nos coeurs et dans le monde.

Ensemble, nous te disons d’un même cœur la prière que Jésus, ton fils, nous a enseignée :
Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui
notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal.
Car c’est à toi qu’appartiennent
le règne, la puissance et la gloire, 
Aux siècles des siècles, amen.

Chant spontané : L&P cantique n°205, « Pare-toi pour une fête », strophe 2
 
INVITATION A LA CENE
Voici le repas que nos mains ont préparé,
mais c’est le Seigneur qui nous invite.
Voici la table que nous avons dressée,
mais c’est lui qui nous accueille.
Voici la joie que nous avons désirée,
mais que lui-même nous donne.
Nous sommes tous invités.

FRACTION - ELEVATION

“Le pain que nous partageons
est communion au corps du Seigneur Jésus-Christ.

La coupe de bénédiction, pour laquelle nous rendons grâces, 
est communion au sang du Seigneur Jésus‑Christ. ”
 
COMMUNION
Jeu d’orgue
 
PRIERE D'ACTION DE GRÂCE

Nous te remercions, Père, pour le repas
que nous avons pris ensemble.
Accorde-nous de vivre de cette nourriture,
de te célébrer toujours avec joie
et d'être ainsi témoins de ton amour
manifesté pour tous, en Jésus-Christ.
Et dont rien ne peut nous séparer.
Allez en paix dans la joie de votre Seigneur.
 
Bénédiction
Recevez maintenant la bénédiction de la part du Seigneur :
 
Que le Dieu qui se donne, fasse rayonner l’habit de lumière
Qu’il a posé sur chacun et chacune de nous,
Et qu’il nous garde dans sa tendresse !
Que le Dieu de toutes promesses
Fasse lever en nous la plus belle des moissons
Et nous transforme en semeurs de son Royaume !
Allez dans la paix et l’amour de votre Seigneur !   
Amen.

Chant spontané :
Bénis ô Dieu nos routes, nous les suivrons heureux,
Car toi qui nous écoutes, tu les sais, tu les veux.
Chemins riants ou sombres, j’y marche par la foi,
Même au travers des ombres, ils conduisent à toi. 

 
Jeu d'orgue

Paroles des cantiques du dimanche 26 septembre 2021

Psaume : Psautier Français n°118 « Célébrez Dieu, rendez-lui grâce  », strophes 1, 2 & 6.

1 - Célébrez Dieu, rendez lui grâce,
Car éternel est son amour.
Inclinez-vous devant sa face,
Car éternel est son amour.
Avec ardeur que tous s'accordent
Pour discerner de jour en jour
Les dons de sa miséricorde,
Car éternel est son amour.

2 - Je l'ai prié dans ma détresse
Et le Seigneur m'a exaucé,
Mettant sa force en ma faiblesse,
Sa paix dans mon cœur angoissé.
À mes côtés le Seigneur veille,
Comment de l'homme aurai-je peur ?
Jamais le Seigneur ne sommeille,
J'avancerai d'un pas vainqueur.
4 - J'entends un chant de délivrance,
Un cri joyeux s'est élevé.
Dieu manifeste sa puissance,
Son bras vainqueur l'a emporté.
S'il nous éprouve, il nous fait vivre,
Venez tous et le célébrez !
C'est de la mort qu'il me délivre,
Je ne crains pas car je vivrai !


 6 - La voici, l'heureuse journée
Qui répond à son grand désir.
Louons Dieu qui nous l'a donnée,
Et qu'elle soit notre plaisir.
Béni soit celui qui s'avance
Au nom du Seigneur en ce jour !
Il vient pour notre délivrance,
Car éternel est son amour.

Cantique : Louange et Prière n°193 « Parle , parle, Seigneur, ton serviteur écoute », Strophes 1, 2 & 3.

1 - Parle, parle, Seigneur,
ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur,
car enfin je le suis ;
Je le suis, je veux l'être,
et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

2- Donne-moi ton Esprit
que je puisse comprendre
Ce qu'ordonnent de moi
tes saintes volontés,
Et réduis mes désirs
au seul désir d'entendre
Tes hautes vérités.

3 - Parle, parle, ô mon Dieu !
ton serviteur fidèle
Pour écouter ta voix
réunit tous ses sens,
Et trouve les douceurs
de la vie éternelle
En tes divins accents.

4 - Parle, pour consoler
mon âme inquiétée ;
Parle, pour la conduire
à quelque amendement ;
Parle, afin que ta gloire,
ainsi plus exaltée,
Croisse éternellement !

 

Cantique : Louange et Prière n°344 « Pour répondre à ton grand amour », Strophes 1 à 3

Strophe 1
Pour répondre à ton grand amour,
Tu veux, ô tendre Père !
Que je sache aimer à mon tour
Mon prochain comme un frère,
Mon prochain comme un frère.

Strophe 2
Mon prochain n'est-ce pas celui
Qui, seul dans sa misère,
Mourant de faim, privé d'appui,
A besoin d'un vrai frère ?
A besoin d'un vrai frère ?
Strophe 3
Mon prochain, c'est le malheureux
Chargé de lourdes chaînes ;
Pour les porter nous serons deux,
J'allégerai ses peines !
J'allégerai ses peines !
À toi la victoire Pour l’éternité.

Paroles des répons du temps de l'Église

Après la salutation
Répons : « Bénissons Dieu le seul Seigneur » (Ps. 134, str.1).

Bénissons Dieu le seul Seigneur,
Nous qu’il choisit pour serviteurs.
Levons nos mains dans sa maison,
Pour bénir et louer son nom.

Après la volonté de Dieu
Répons : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute » (L&P n°193, str.1)

Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis.
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

Après la prière de repentance
Répons : « J’aime mon Dieu, car il entend ma voix ». (Ps. 116, str.1)

J’aime mon Dieu car il entend ma voix,
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

Après l’annonce de la grâce
Répons : « Combien grande est ta gloire » (Ps 92 selon L&P n° 38 str.2).

Combien grande est ta gloire, en tout ce que tu fais, 
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire !
Tes œuvres sans pareilles ont réjoui mon cœur,
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveilles !

Après la confession de foi
Répons : « Grand Dieu, nous te bénissons » (L&P n°69, str.1)

Grand Dieu, nous te bénissons, nous célébrons tes louanges,
Éternel, nous t’exaltons, de concert avec les anges,
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !

Cène
Répons : « Pare-toi pour une fête» (L&P n°205, str.1&2)

Strophe 1
Pare-toi pour une fête
O mon âme tiens-toi prête
Monte plus haut que la terre
Vers la céleste lumière.
Ton Seigneur t'offre une place
Au grand banquet de sa grâce ;
Ce Maître au pouvoir immense
Avec toi fait alliance.

Strophe 2
Jésus, ta voix nous convie
A ce festin de la vie ;
En ce lieu tout me retrace
Les prodiges de ta grâce ;
Fais qu'aujourd'hui je contemple
Tes charités sans exemple,
Avant de me nourrir d'elles
A tes tables éternelles !

Après la bénédiction
Répons : « Confie à Dieu ta route » (L&P n°309, str.5)

Bénis ô Dieu nos routes, nous les suivrons heureux,
Car toi qui nous écoutes, tu les sais, tu les veux.
Chemins riants ou sombres, j’y marche par la foi,
Même au travers des ombres, ils conduisent à toi.

Lecture de la Bible

Evangile de Matthieu, chapitre 25, versets 31 à 46
[Louis Segond]

31 Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire.
32 Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d'avec les autres, comme le berger sépare les brebis d'avec les boucs ;
33 et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.
34 Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.
35 Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli ;
36 
j'étais nu, et vous m'avez vêtu ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi.
37 Les justes lui répondront : Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger ; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire ?
38 Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli ; ou nu, et t'avons-nous vêtu ?
39 Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ?
40 Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites.
41 Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.
42 Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ;
43 j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli ; j'étais nu, et vous ne m'avez pas vêtu ; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité.
44 Ils répondront aussi : Seigneur, quand t'avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t'avons-nous pas assisté ?
45 Et il leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites.
46 Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle.

Vidéo du culte entier

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)

À Voir également