L'Épiphanie, le rêve moteur du changement

matthieu 2:1-23

Culte du 9 janvier 2022
Prédication de Béatrice Cléro-Mazire

Vidéo de la partie centrale du culte

Culte à l'Oratoire du Louvre

Dimanche 9 janvier 2021
« L'Épiphanie, le rêve moteur du changement »

Culte présidé par la Pasteure Béatrice Cléro-Mazire
Musique : David Cassan, organiste co-titulaire

Accès direct aux textes des chants, cliquer ici
Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Jeu d'orgue

Salutation
La grâce et la paix vous sont données, de la part de Dieu notre Père, et de Jésus-Christ, son Fils, notre Sauveur et notre frère.

Accueil : ...

Prière : ...

Spontané : Réjouissons-nous au Seigneur (Psaume 95)

Louange :
Psaume de louange
1 Célébrez le Seigneur, invoquez son nom !
Faites connaître parmi les peuples ses hauts faits !
2 Chantez pour lui, jouez des psaumes pour lui !
Réfléchissez à tous ses actes étonnants !
3 Mettez votre fierté dans son nom sacré !
Que se réjouisse le cœur de ceux qui cherchent le Seigneur !
4 Cherchez le Seigneur et sa force,
recherchez-le constamment !
5 Souvenez-vous des choses étonnantes qu’il a faites,
de ses prodiges et de ses jugements,
6 vous, descendance d’Abraham, son serviteur,
vous, fils de Jacob, ceux qu’il a choisis !
C’est lui le Seigneur (Adonaï), notre Dieu ;
ses jugements s’exercent sur toute la terre.
8 Il se souvient toujours de son alliance,
de la parole qu’il a instituée pour mille générations,
9 – de l’alliance qu’il a conclue avec Abraham,
et de son serment à Isaac ;
10 il a établi cela comme une prescription pour Jacob,
comme alliance perpétuelle pour Israël,
11 en disant : Je te donnerai Canaan
comme le patrimoine qui vous est échu.
12 Ils étaient alors un petit nombre d’hommes,
une poignée, et ils séjournaient là en immigrés ;
13 ils s’en allaient d’une nation à l’autre
et d’un royaume vers un autre peuple ;
14 mais il ne laissa aucun humain les opprimer,
il fit des reproches à des rois à leur sujet :
15 Ne touchez pas à ceux qui ont reçu mon onction,
et ne faites pas de mal à mes prophètes !
16 Il appela la famine sur le pays,
il leur retira le pain.
17 Il envoya en avant d’eux un homme :
Joseph fut vendu comme esclave.
18 On serra ses pieds dans les entraves,
on le mit aux fers
19 jusqu’au temps où sa parole se réalisa,
et où le décret du Seigneur lui fit surmonter l’épreuve.
20 Le roi donna l’ordre de le relâcher,
le maître des peuples le fit délier.
21 Il le fit seigneur sur sa maison
et maître de tout ce qu’il possédait,
22 pour contraindre à son gré ses princes,
et rendre sages ses anciens.
23 Alors Israël vint en Égypte,
et Jacob séjourna en immigré au pays de Cham.
24 Il rendit son peuple très fécond
et plus fort que ses adversaires.
25 Il changea leur cœur, de sorte qu’ils se mirent à détester son peuple
et traitèrent ses serviteurs avec perfidie.
26 Il envoya Moïse, son serviteur,
et Aaron, qu’il avait choisi.
27 Ils firent paraître ses signes au milieu d’eux,
des prodiges au pays de Cham.
28 Il envoya des ténèbres et amena l’obscurité,
et ils ne furent pas rebelles à sa parole.
29 Il changea leurs eaux en sang
et fit mourir leurs poissons.
30 Leur pays grouilla de grenouilles,
jusque dans les chambres de leurs rois.
31 Il parla, et des mouches venimeuses arrivèrent,
des moustiques sur tout leur territoire.
32 Il leur donna pour pluie de la grêle,
un feu flamboyant dans leur pays.
33 Il frappa leurs vignes et leurs figuiers
et brisa les arbres de leur territoire.
34 Il dit, et survinrent les criquets,
des sauterelles sans nombre,
35 qui dévorèrent toute l’herbe de leur pays,
qui dévorèrent le fruit de leur terre.
36 Il frappa tout premier-né dans leur pays,
les prémices de toute leur vigueur.
37 Il fit sortir son peuple avec de l’argent et de l’or,
et personne ne trébucha parmi ses tribus.
38 L’Égypte se réjouit de les voir sortir,
car la frayeur qu’ils inspiraient s’était abattue sur elle.
39 Il étendit la nuée pour les couvrir,
et le feu pour éclairer la nuit.
40 A leur demande, il fit venir des cailles
et il les rassasia du pain du ciel.
41 Il ouvrit le rocher, et de l’eau coula ;
elle se répandit comme un fleuve sur la terre desséchée.
42 Car il se souvint de sa parole sacrée
et d’Abraham, son serviteur.
43 Il fit sortir son peuple dans la gaieté,
ceux qu’il avait choisis, au milieu des cris de joie.
44 Il leur donna les pays des nations,
et ils prirent possession du travail des peuples,
45 afin d’observer ses prescriptions
et de garder ses lois.
Louez le Seigneur !

Psaume : Psautier Français n° 101 « Je viens chanter l'amour et la justice », strophes 1, 2, 4

Volonté de Dieu
Écoutons maintenant ce que Dieu veut pour nous.
Écoutons ensemble ce que l'apôtre Paul nous propose de chercher à vivre à la suite de notre Dieu :

Voici la voie par excellence, nous dit Paul,
L’amour prend patience ; l’amour rend service.
Il ne jalouse pas, il ne se vante pas,
il ne s’enfle pas d’orgueil,
il ne fait rien de malhonnête,
il ne cherche pas son intérêt,
il ne s’irrite pas, il n’entretient pas de rancune,
il ne se réjouit pas de l’injustice,
Mais l’amour trouve sa joie dans la vérité.
Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout.
L’amour ne meurt jamais.
Et maintenant ces trois choses demeurent :
la foi, l'espérance, et l’amour ;
mais la plus grande de ces réalités, c'est l’amour.
Suivez l’amour. (1 Corinthiens 13)

Spontané : A toi mon Dieu, mon cœur monte (Psaume 25, str.2)

Prière de repentance :
Seigneur, Jésus, prépare dans nos cœurs, tes chemins.
Les collines de nos orgueils, abaisse-les par ton humilité.
Les vallées de nos désespoirs, comble-les par ton espérance.
Les chemins tortueux de notre mauvaise foi, redresse-les par ta vérité.
Et que fleurissent dans notre hiver la joie de ta grâce.
Alors nous pourrons voir ta gloire et ta présence dans le visage de chacun de nos sœurs et de nos frères. AMEN.

Spontané : « Viens Rédempteur des païens »

Pardon
Je les guérirai et je les conduirai et je les comblerai de consolations.
Paix, paix à celui qui est loin comme à celui qui est proche ! Dit le Seigneur.
Je les guérirai !
(d’après Esaïe 57:18-19)

Spontané : « D’un arbre séculaire » (L.P. n°103, str.1)

Confession de foi :

Nous croyons en Dieu qui se montre à nous dans un petit enfant
il nous rappelle notre condition humaine et peut nous sauver de toute arrogance.
Il nous adresse sa parole de grâce en habitant notre Terre.
Grâce à lui, nous sommes bénis chaque jour.

Nous croyons en Jésus, l’enfant qui naît à Bethléem,
Il est la Parole de Dieu incarnée.
Il nous parle de la foi qui transforme toute vie en espérance.
Grâce à lui et à sa foi, nous pouvons affronter l’adversité avec confiance.

Nous croyons en l’Esprit Saint, celui qui inspira Joseph, Marie, Élisabeth, Zacharie
et tous les témoins qui ont accueilli Jésus comme le messie.
Il nous éclaire dans la foi comme une étoile et convertit notre cœur.
Grâce à lui, nous pouvons rester fidèles à Dieu.

Que l’étoile annonce son salut, que les mages du monde entier la suivent, que les bergers se remettent en marche et que les anges chantent ses louanges :
Nous croyons en un Dieu qui croit assez en nous pour nous rejoindre dans notre fragilité
de la naissance jusqu’à la mort.
sa foi est notre résurrection.

AMEN. 
[Pasteur Béatrice Cléro-Mazire]

Spontané : D’un arbre séculaire (L.P. n°103, str.3)

Doxologie : « Gloire à Dieu dans les cieux et sur la Terre et d’éternité en éternité »

Lecture biblique : [cliquer ici →] Evangile selon Matthieu, chapitre 2, versets 1 à 23

Cantique : Louange et Prière n°218 « Que toute la terre », Strophes 1 & 2

Prière d'illumination :
Seigneur, donne-nous ton Esprit.
Pour que nous sachions
où aller quand nos chemins se perdent,
que faire quand notre avenir est incertain,
que pouvoir quand nous sommes au bout de nos forces,
Seigneur, donne-nous ton Esprit.
Pour que nous puissions bâtir ton Royaume,
en annonçant, en guérissant & en aimant
Seigneur, de notre espérance, et de notre foi,
nous te cherchons dans la méditation de cette écriture ancienne,
à l'écoute de la Parole source de nouveauté.

Jeu d’orgue

Prédication : L'Épiphanie, le rêve moteur du changement


           « Si trois rois des Indes venaient aujourd’hui en France, conduits par une étoile, et s’arrêtant chez une femme de Vaugirard, on ne ferait pourtant jamais croire au roi régnant que le fils de cette villageoise fût roi de France ». (Voltaire, Dictionnaire philosophique, entrée : Innocents du massacre des innocents). Cette objection à l’historicité des faits racontés dans le récit de la venue des mages est une de celles que cite Voltaire dans son Dictionnaire philosophique. Du point de vue de l’histoire, on est tenté de prendre en compte une telle objection, mais du point de vue du témoignage, il est bon de se demander, comme toujours à la lecture des textes bibliques : « pourquoi raconter une telle histoire dans un Évangile ? »
            Dans ce texte, ce ne sont pas les raisonneurs qui ont la part belle, mais les rêveurs : les mages sont « divinement avertis en rêve de ne pas retourner chez Hérode » et « l'ange du Seigneur apparut en rêve à Joseph » pour qu’il fuie vers l’Égypte avec Jésus et Marie. Alors, en effet, ces mages sont très certainement des personnages fictifs ; même si la navigation à l’étoile existait déjà et existe encore dans le désert, il est très peu probable que l’annonce de la naissance de Jésus ait pu se lire dans un tel astre et qu’elle ait conduit ces astrologues jusqu’à une étable de Bethléem. Enfin, que Joseph ait fui avec un nouveau-né et accompagné de sa femme en Égypte pour revenir de ce pays à la mort du roi, et s’établir à Nazareth, passant deux fois la Mer Rouge pour reprendre tranquillement son métier de charpentier, c’est aussi extraordinaire.
            Mais alors à quoi rêvaient les auteurs de l’Évangile de Matthieu quand ils ont rédigé un tel récit ? Peut-être faut-il d’abord se demander pour qui les auteurs ont rédigé cette aventure. L’Évangile de Matthieu est identifié à un texte écrit par et pour une communauté de Juifs convertis à l’enseignement de Jésus, vivant en diaspora, en Syrie, sans doute à Antioche-sur-l’Oronte, une étape importante sur la route de la soie. Cette communauté, constituée d’exilés de Jérusalem ayant dû quitter la Judée après la destruction du Temple en 70, semble très attachée à la loi de Moïse. C’est dans cet Évangile qu’il est écrit :  « N’allez pas croire que je sois venu abroger la Loi ou les prophètes : je ne suis pas venu abroger, mais accomplir. Car, en vérité je vous le déclare, avant que ne passent le ciel et la terre, pas un iota, pas un point sur l’i ne passera de la Loi que tout ne soit arrivé » (Matt 5:17-18). L’Évangile de Matthieu est « saturé » de citations dites « d’accomplissement ». Il s’agit là d’accréditer le fait que Jésus est bien le messie tant attendu. Mais c’est un accomplissement centré sur le commandement d’amour du prochain, plus que sur l’observance des rites, puisque la pratique religieuse a beaucoup changé depuis que le temple n’est pas le centre de la vie religieuse. Comme on peut le lire dans tout le passage où Jésus répète « vous avez entendu ….moi je vous dis » (Matt 5:21-48), l’éthique de vie de ces convertis au Christ prend ses distances avec l’observance des pharisiens, devenus omniprésents dans le paysage juif de cette époque de diaspora, pour prôner une fidélité à Dieu dans la vie personnelle de chacun. 
            Quelle est donc l’épiphanie, la manifestation de Dieu que l’Évangile de Matthieu déploie devant nos yeux à la fois éblouis et dubitatifs ?
            Éblouis parce que l’imagerie qu’utilise ce récit de naissance a tout d’un rêve : des voyageurs, venant de loin et ayant les couleurs et les parfums des caravanes, venant de contrées exotiques, suivent une étoile pour arriver devant un nouveau né dans une étable et lui offrent de l’or de la myrrhe et de l’encens.
            Dubitatifs, parce que cette imagerie, même inspirée par les caravanes de la route de la soie qui faisaient sans doute escale à Antioche-sur-l’Oronte  ne peut être le reflet exact de la réalité. Cet épisode de l’Évangile a inspiré beaucoup de récits imaginaires, jusqu’à affirmer que les mages étaient rois, qu’ils étaient trois et qu’ils avaient chacun un prénom et une ethnie déterminée. On en a fait une preuve de l’universalisme du message évangélique alors que l’Évangile de Matthieu s’adresse à des juifs qui veulent suivre le Christ tout en restant juifs, au moins dans un premier temps.
            Et si nous aussi nous nous prenions à rêver qu’il est possible de comprendre de quoi nous parle ce texte ? Si le code nous en était donné par l’histoire même du peuple juif ? Si l’épiphanie pouvait se produire en nous aussi aujourd’hui par la compréhension même de ceux à qui elle était adressée dans ce récit originel ?
            L’Évangile de Matthieu rêve de salut pour Israël. Et, pour témoigner du fait que c’est en la vie de Jésus de Nazareth que ce salut s’est manifesté, que c’est en cet enfant qui vient de naître que se fait l’épiphanie, l’Évangile refait l’itinéraire du salut tel qu’il s’est manifesté d’âge en âge pour Israël.
            Alors que représentent ces personnages venus de loin pour ce rêve de salut ? Ces mages sont des savants astrologues, comme les prêtres du zoroastrisme, la religion de l’empire perse qui avait comme prophète Zarathustra et qui prônait une égalité pour tous, hommes et femmes, petits et grands. Une religion qui, elle aussi, parlait d’amour du prochain et qui, elle aussi, était monothéiste. Cette religion était celle de Cyrus le Grand, l’empereur perse dont les Hébreux avaient fait, dans leur histoire nationale, le messie de Yahvé (l’oint de Dieu), parce qu’en conquérant Babylone, il avait bien traité les exilés et leur avait permis de rentrer à Jérusalem pour reconstruire leur Temple restituant toutes les richesses dont Israël avait été spolié par Nabuchodonosor II, comme le raconte le livre d’Esdras dès ses premiers chapitres. Cyrus le Grand était donc un roi juste, non-juif, certes, mais un prince de paix comme l’espéraient les prophètes bibliques.
            Alors, que ces mages viennent trouver l’enfant Jésus est l’expression d’un rêve d’un nouveau Messie à la manière de Cyrus le Grand, un pourvoyeur de paix, de justice et d’amour du prochain. Ces mages ont le privilège d’être avertis en songe des desseins de Dieu. Ils sont à égalité avec un autre rêveur : Joseph, qui est bénéficiaire des conseils avisés d’un ange qui lui apparait en songe et lui fait prendre les bonnes décisions : ne pas répudier Marie, ne pas rester pour éviter la mort de Jésus et ne pas revenir avant que Hérode le Grand ne meure. Joseph, lui, est présenté comme un grand voyageur, renouant avec l’histoire du salut d’un peuple qui vécu quarante ans le nomadisme pour gagner sa terre sainte. Joseph fait l’aller-retour entre la Galilée et l’Égypte. Il traverse deux fois la Mer Rouge, faisant ainsi de Jésus, pour les auteurs de l’Évangile de Matthieu, un nouveau Moïse, traversant pour le salut de son peuple là où les ancêtres avaient eux-mêmes traversé. Jésus est alors l’enfant rescapé, comme Moïse sauvé en son temps. Combien de Juifs de la communauté Matthéenne devaient souhaiter la libération du pouvoir de l’empire romain, et combien rêvaient de la vie d’avant à Jérusalem, sur cette terre promise ?
            Ce chemin de Joseph, évoque aussi la demande du Joseph du premier Testament faite à ses frères d’aller chercher ses ossements en Égypte pour qu’ils reposent sur la terre promise auprès des patriarches pour l’éternité. Combien de Juifs de la communauté de Matthieu, exilés à Antioche-sur-l’Oronte, rêvaient de pouvoir enterrer leurs morts sur la terre d’Israël auprès de Joseph, fils de Jacob ?
            Ce récit de la visite des mages, dans sa relecture de la mémoire d’un peuple, ressemble à la Haggada, cet ensemble de récits qui racontent les péripéties du peuple d’Israël avant qu’il ne sorte enfin du pays d’Égypte. C’est un texte  que l’on raconte durant le repas traditionnel de la pâque juive comme récit d’accomplissement de la volonté de Dieu de libérer son peuple. Ces récits mémoriels sont ce qui fonde le peuple d’Israël et sa relation à Dieu. On peut imaginer sans peine que dans la pratique religieuse de ce peuple exilé et sans temple, converti à la parole de Jésus, et pratiquant désormais le repas de la pâque chaque semaine dans les maisons des fidèles, ces récits d’enfance de Jésus, ces récits extraordinaires de l’origine du messie fait homme, sont devenus les récits qui fondent le peuple des disciples de Jésus et leur relation à Dieu, leur Haggada à eux.
            Mais, dans ce récit de Matthieu, c’est Hérode qui joue le rôle du Pharaon oppresseur. Pourquoi Hérode ? Peut-être parce qu’il est mort l’année de la naissance présumée de Jésus, en -4 ( le Christ a, en effet, la particularité d’être né quatre ans avant la date présumée de sa naissance) et que la mort de ce roi sanguinaire apparaissait comme une libération. Peut-être aussi parce qu’il avait tué ses propres enfants et que, la mort des premiers nés semblait se renouveler avec lui, d’où le récit du massacre des innocents, faisant écho à la mort des premiers-nés d’Égypte au moment de l’Exode. Et puis peut-être aussi parce que Hérode le Grand était le fondateur de la ville d’Antioche-sur-l’Oronte, lieu d’exil des Juifs qui ont fui Jérusalem.
            Il est encore un personnage dont nous n’avons pas décodé le message : il s’agit de l’étoile. Que dit-elle cette étoile ? Dans le livre des Nombres un verset dit : « Une étoile jaillira de Jacob ». C’est d’un sauveur, dont parle le livre des Nombres. Dans les années 130, un certain Bar Kohrba, fils de l’étoile, mènera en Judée la dernière grande révolte qui pouvait laisser espérer aux juifs, des années plus tard, que tout était encore possible : la reconquête de Jérusalem, le retour au pays et la reconstruction du Temple.
            Nous voici au terme de notre rêve. Et durant ce rêve, nous avons refait la route du salut d’un peuple en exil, réinterprété les évènements à la lumière de l’étoile de la foi. La puissance de ses rêves est sans doute dans le changement qu’ils opèrent dans la conscience collective d’un peuple. Alors que la communauté Matthéenne prône la fidélité à la Loi de Moïse et un entre soi juif, l’Évangile se termine par l’envoi des disciples vers le monde entier, déplaçant ainsi son message interne au judaïsme vers l’universalité. Ces récits, tels des racines profondes, sans cesse réinterprétées, ont permis à ces Judéo-chrétiens de s’ouvrir à ceux qui, bien que païens, voulaient les rejoindre à la suite du Christ pour partager avec eux une espérance universelle : un rêve d’amour et de liberté que déjà l’étranger Cyrus avait partagé.
Un salut promis à tous. Une étoile dans la nuit.
Le petit Jésus ne fut jamais roi, ni à Bethléem, ni à Vaugirard, mais il règne sur nos vies et sur nos rêves de paix. Amen.


Jeu d'orgue 

Cantique : Louange et Prière n°90 « Brillante étoile du matin », Strophes 1 à 3

Annonces
Collecte
Jeu d'orgue

Prière d’intercession

Notre Père :
Notre Père qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel,
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour,
Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
Mais délivre-nous du mal,
Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire,
Pour les siècles des siècles, amen.

Exhortation et bénédiction

Spontané : Brillante étoile du matin (L.P. n°90, str.1)

Jeu d'orgue

Paroles des cantiques du dimanche 9 janvier 2022

Psaume : Psautier Français n° 101 « Je viens chanter l'amour et la justice », strophes 1, 2, 4

Strophe 1
Je viens chanter l’amour et la justice ;
Que leur clarté au fond de moi grandisse.
Pour leur beauté, je chanterai, Seigneur,
Pour leur vigueur.

Strophe 2
J’ai discerné, mon Dieu, la voie parfaite ;
Je la suivrai comme un chemin de fête.
A ta rencontre avec mes compagnons
Nous marcherons.

Strophe 3
Je ne peux voir qui se plaît à la haine,
Qui pervertit l’intégrité humaine.
Je déjouerai les ruses des tricheurs,
Des imposteurs.

Strophe 4 
Je veillerai sur les hommes fidèles ;
J’assemblerai leur troupe fraternelle.
Ils mangeront le pain de ma maison ;
Ils y vivront.

Cantique : Louange et Prière n°218 « Que toute la terre », Strophes 1 & 2

Strophe 1
Que toute la terre acclame ton nom,
Jésus notre frère,
Christ notre rançon !
Que tout genou plie devant ta grandeur,
Prince de la vie,
ô notre Sauveur !

Strophe 2
Tu laissas ta gloire, tu pris nos douleurs,
Et par ta victoire
Tu taris nos pleurs.
Parole éternelle, verbe créateur,
Une chair mortelle
Voile ta splendeur.

Strophe 3
Céleste victime de tous nos péchés,
À ta croix sublime
Tiens-nous attachés.
Maître de nos âmes, fais brûler nos coeurs
De tes saintes flammes,
Et rends-nous vainqueurs.

Cantique : Louange et Prière n°90 « Brillante étoile du matin », Strophes 1 à 3

Strophe 1
Brillante étoile du matin,
Que fait lever l'amour divin,
Pure et sainte lumière !
Répands dans nos cœurs ta clarté,
Viens dissiper l'obscurité
Qui règne sur la terre.

    Refrain
    Seigneur ! Sauveur !
    Fils du Père,
   Ta lumière Salutaire
   Nous conduit et nous éclaire.

Strophe 2
C'est toi, Jésus, qui m'as cherché
Dans les ténèbres du péché,
Quand j'étais dans l'abîme ;
Tu vis mes chaînes, mon malheur :
Tu devins mon libérateur,
Par un amour sublime.

   Refrain   
   Seigneur ! Sauveur !
   Fils du Père,
   Ta lumière Salutaire
    Nous conduit et nous éclaire.

Strophe 3

Quittant la suprême grandeur,
Tu parus comme un serviteur,
Pauvre et dans la souffrance ;
Tu fus blessé pour nos forfaits,
Et ta mort m'a rendu la paix,
La joie et l'espérance.

    Refrain
    Seigneur ! Sauveur !
    Fils du Père,
    Ta lumière Salutaire
    Nous conduit et nous éclaire.

Paroles des répons du temps de l'Avent et de Noël

Après la salutation
Réjouissons-nous au Seigneur (Psaume 95)

Réjouissons-nous au Seigneur,
Égayons-nous en son honneur,
Lui seul est notre délivrance.
D’un même élan, venons à lui,
Il sera toujours notre appui,
Chantons notre reconnaissance.

Après la volonté de Dieu
A toi mon Dieu, mon cœur monte (Psaume 25, str.2)

Montre-moi Seigneur, la route,
Guide-moi dans la clarté.
Ouvre à celui qui t’écoute,
Un chemin de vérité.
Je regarde à ton amour,
Au salut qu’en toi j’espère.
Je le verrai chaque jour
S’étendre sur cette terre.

Après la prière de repentance
Viens Rédempteur des païens (Nun komm, der Heiden Heiland, Martin Luther)

Viens Rédempteur des païens
Montre-toi, enfant divin,
Que s’étonne l’univers,
De ta venue dans la chair.

Après l’annonce de la grâce
D’un arbre séculaire (L.P. n°103, str.1)

D’un arbre séculaire,
Du vieux tronc d’Isaïe,
Durant l’hiver austère,
Un frais rameau jaillit.
Et sur le sol durci,
Dans la nuit calme et claire,
Une rose a fleuri.

Après la confession de foi
D’un arbre séculaire (L.P. n°103, str.3)

Il vient sans apparence
Des pauvres, il est roi.
Il connaît leur souffrance
Les guérit par la foi.
La mort n’a plus d’effroi :
Il me rend l’espérance,
En se donnant pour moi.

Après la bénédiction
Brillante étoile du matin (L.P. n°90, str.1)

Brillante étoile du matin,
Que fait lever l’amour divin,
Pure et sainte lumière,
Répands dans nos cœurs ta clarté
Viens dissiper l’obscurité
Qui règne sur la terre.
Seigneur, Sauveur,
Fils du Père, ta lumière, salutaire,
Nous conduit et nous éclaire.

Lecture de la Bible

Evangile selon Matthieu, chapitre 2, versets 1 à 23

[Bible Segond 21, Copyright © 2007 - 2022 Société Biblique de Genève]

Jésus naquit à Bethléem en Judée, à l'époque du roi Hérode. Or, des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem
et dirent : «Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? En effet, nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus pour l'adorer.»
Quand le roi Hérode apprit cela, il fut troublé et tout Jérusalem avec lui.
Il rassembla tous les chefs des prêtres et spécialistes de la loi que comptait le peuple et leur demanda où le Messie devait naître.
Ils lui dirent : « A Bethléem en Judée, car voici ce qui a été écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certes pas la plus petite parmi les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui prendra soin d'Israël, mon peuple. »
Alors Hérode fit appeler en secret les mages ; il s'informa soigneusement auprès d'eux du moment où l'étoile était apparue,
puis il les envoya à Bethléem en disant : « Allez prendre des informations exactes sur le petit enfant. Quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille moi aussi l'adorer. »
Après avoir entendu le roi, ils partirent. L'étoile qu'ils avaient vue en Orient allait devant eux jusqu'au moment où, arrivée au-dessus de l'endroit où était le petit enfant, elle s'arrêta.
10  Quand ils aperçurent l'étoile, ils furent remplis d'une très grande joie.
11  Ils entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent. Ensuite, ils ouvrirent leurs trésors et lui offrirent en cadeau de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
12  Puis, avertis dans un rêve de ne pas retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.
13  Lorsqu'ils furent partis, un ange du Seigneur apparut dans un rêve à Joseph et dit : « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère, fuis en Égypte et restes-y jusqu'à ce que je te parle, car Hérode va rechercher le petit enfant pour le faire mourir. »
14  Joseph se leva, prit de nuit le petit enfant et sa mère et se retira en Égypte.
15  Il y resta jusqu'à la mort d'Hérode, afin que s'accomplisse ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète : J'ai appelé mon fils à sortir d'Égypte.
16  Quand Hérode vit que les mages l'avaient trompé, il se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date qu'il s'était fait préciser par les mages.
17  Alors s'accomplit ce que le prophète Jérémie avait annoncé :
18  On a entendu des cris à Rama, des pleurs et de grandes lamentations : c'est Rachel qui pleure ses enfants et n'a pas voulu être consolée, parce qu'ils ne sont plus là.
19  Après la mort d'Hérode, un ange du Seigneur apparut dans un rêve à Joseph, en Égypte,
20  et dit: « Lève-toi, prends le petit enfant et sa mère et va dans le pays d'Israël, car ceux qui en voulaient à la vie du petit enfant sont morts. »
21  Joseph se leva, prit le petit enfant et sa mère et alla dans le pays d'Israël.
22  Cependant, quand il apprit qu'Archélaüs régnait sur la Judée à la place de son père Hérode, il eut peur de s'y rendre. Averti dans un rêve, il se retira dans le territoire de la Galilée
23  et vint habiter dans une ville appelée Nazareth, afin que s'accomplisse ce que les prophètes avaient annoncé : « Il sera appelé nazaréen. »

Vidéo du culte entier

Audio

Écouter la prédication (Télécharger au format MP3)

Écouter le culte entier (Télécharger au format MP3)

À Voir également