La foi de Marthe

Ezéchiel 36:24-28 , Jean 11:17-27

Culte du 19 juin 2022
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo de la partie centrale du culte

Culte à l'Oratoire du Louvre

19 juin 2022
116ème jour de la guerre en Ukraine
« La foi de Marthe »


Baptême de Marthe

en présence du Père jean-Robert Armogathe

Culte présidé par la Pasteure Agnès Adeline-Schaeffer
A l'orgue : David Cassan, organiste co-titulaire

Accès direct aux textes des chants, cliquer ici
Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Musique 

Annonce de la grâce 

Amis, frères et sœurs, bienvenue à tous.
Avant même que nous fassions quoi que ce soit,
Avant même que nous demandions quelque chose,
Avant même que nous reconnaissions nos torts,
Dieu nous dit : Je vous donne ma paix.
Je vous fais grâce pour tout ce que vous avez fait,
tout ce que vous pourriez me dire pour vous justifier,
tout ce que vous pourriez me demander.

Je suis le Dieu qui aime sa création, son humanité tout entière,
Autrement dit chacun et chacune d’entre nous, tels que nous sommes !
Alors, voici pour chacun et chacune, une parole que vous n’entendrez pas ailleurs :
La grâce et la paix nous sont données ici et maintenant, de la part de Dieu notre Père, en Jésus-Christ, son Fils, notre Sauveur et notre frère.
 
Accueil de l’assemblée

Bienvenue à chacun, chacune pour ce temps de culte. Bienvenue à celles et ceux qui nous rejoignent par le site internet ou les réseaux sociaux et qui sont en communion avec nous. C’est encore un jour de fête ce dimanche, pour notre Église, parce que nous avons la grande joie d’accueillir aujourd’hui, une toute petite fille de trois semaines, pour son baptême. 
Chère famille et chers parents de cette petite fille, chers parrain et marraine, soyez les bienvenus dans ce temple à l’Oratoire du Louvre, ainsi que tous les paroissiens fidèles, et les personnes de passage qui sont là peut-être pour la première fois.
Bienvenue au père Jean-Robert Armogathe, prête de l’Église catholique, qui sera à mes côté pour le baptême en tant qu’ami de la famille, et ainsi donner le caractère œcuménique que revêt le geste du baptême.
Pour nous accompagner musicalement, merci à David Cassan qui est à l’orgue ce matin.
 
Prière :
Prions ensemble 

Père, tu es là, au milieu de nous.
C’est Toi qui nous offres ce temps de culte,
Pour accueillir une Parole
Qui féconde notre existence.
Ce temps de culte, tu nous le donnes
Pour partager avec des frères et des sœurs
Notre adoration et notre prière.
Amen et merci.
 
Nous nous réunissons dans la communion fraternelle avec le 1er chant du livret liturgique.
Répons
Bénissons Dieu le seul Seigneur,
Nous qu’il choisit pour serviteurs,
Levons nos mains dans sa maison,
Pour bénir et louer son nom.

 
Louange 
Ensemble, louons l’Éternel !
 
Éternel !
Que tout ce qui est en moi bénisse ton saint nom.
Que mes mains te louent par leurs gestes,
Que mes pas te louent par leurs chemins.
Que mes lèvres te bénissent à travers leurs chants,
Que mes yeux te célèbrent en reflétant ta lumière,
Que mes oreilles te répondent en écoutant ta voix.
Que ma mémoire te rende grâces
En rappelant tes délivrances,
Que mon intelligence te loue
En cherchant la voie de ta sagesse,
Que ma volonté t’honore
En se faisant servante de la tienne.
Que mon cœur te loue en aimant de ton amour,
Que ma force te loue en s’offrant à toi,
Que mon corps, demeure de ton Esprit, te loue sans cesse. Amen.


Psaume : Psautier Français n° 47 « Frappez dans vos mains », strophes 1 à 3 [cliquer ici]

Volonté de Dieu :
Écoutons ce que Dieu veut pour nous et nous donne la force de faire :
Des gens amenèrent des enfants à Jésus, pour qu’il leur imposât les mains en disant une prière. Mais les disciples les rabrouèrent. 
Jésus dit : « Laissez faire ces enfants, ne les empêchez pas de venir à moi, car le Royaume des cieux est à ceux qui sont comme eux. » (Mt 19:13-14).
 
Répons :
Parle, parle, Seigneur,
Ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur,
Car enfin je le suis.
Je le suis, je veux l’être,
Et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

 
Confession du péché 
Je vous invite à la prière :

Éternel,
Fais-moi connaître le chemin à suivre.
Tu sais ma capacité
À me laisser aveugler
Par un souci
Par une difficulté
Et à confondre
Montagne et taupinière.
Tu sais ma facilité
À ne pas voir tes signes
Ou à ne pas en tenir compte.

Mon Dieu
Que ta fidélité soit mon guide
À moi qui suis inconsistant
Flottant dans mes décisions
Prêt à remettre tout en question
A la première contrariété.

Mon Dieu
Mets en moi cette seule préoccupation
Rester fidèle à l’heureuse annonce de ta Parole,
En me donnant un cœur d’enfant.
Amen.
 
Répons :
J’aime mon Dieu, car il entend ma voix,
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

 
Annonce du pardon 
Pour accueillir le pardon de Dieu, je vous invite à vous lever :

Quand les montagnes s’éloigneraient
Quand les collines chancelleraient,
Mon amour pour toi ne s’éloignera pas de toi, et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée.
Je t’aime d’un amour éternel, dit le Seigneur qui a compassion de toi.
(Ésaïe 54:10)

Chantons à Dieu notre reconnaissance !
Répons :
Combien grande est ta gloire,
En tout ce que tu fais,
Et combien tes hauts faits
Sont dignes de mémoire !
Tes œuvres sans pareilles
Ont réjoui mon cœur,
Je veux chanter, Seigneur,
Tes divines merveilles !

 

INSTITUTION DU BAPTÊME

Dans notre Église, on peut demander le baptême à tous les âges.
Maxence et Marie-Aurore ont demandé le baptême pour leur fille.

Chers amis,
L’Église, aujourd’hui, accueille votre désir avec joie
Elle obéit ainsi à la volonté de Jésus-Christ qui a dit à ses disciples :
“Toute autorité m’a été donnée dans le ciel et sur la terre.
Allez, de toutes les nations faites des disciples.
Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit
Et apprenez-leur à garder tout ce que je vous ai enseigné.
Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.” (Mt 28:18-20)

Nous croyons que cela est vrai pour chacun, chacune, petit ou grand,
même pour ceux qui ne le savent pas encore.
En effet, “nous aimons Dieu parce qu’Il nous a aimés le premier”. (1Jean 4:19)

Baptême
J’invite l’assemblée à se lever pour être témoin de ce baptême.
J’invite les parents, parrain et marraine à me rejoindre :
 
Votre fille va être baptisée au nom du « Père ».
Dans la foi, nous appelons Dieu, « Père de tous les humains ».
C’est lui qui donne le souffle de vie à chacun, chacune.

Elle va être baptisée au nom du « Fils ».
Dans la foi chrétienne, le « Fils », c’est Jésus, le Christ, dont on découvre l’histoire et le message qu’il a donnés de la part de Dieu, dans la Bible, côté Nouveau Testament.
Jésus l’appelle à le servir, un jour dans l’Église ou ailleurs.
C’est en grandissant que votre fille verra comment cela se réalisera.

Elle va être baptisée au nom du Saint-Esprit.
Dans la foi qui est la nôtre, le Saint-Esprit, c’est l’esprit dans lequel a travaillé Jésus tout au long de son ministère. C’est une force intérieure qu’il a transmise à tous et à toutes, qui fera naître en nous, comme en votre fille, la foi, l’espérance et l’amour.
Il est déjà présent en elle, comme en chacun de nous.

Baptême :
avec le père Armogathe 

Quel nom avez-vous donné à cette enfant ?

Réponse des parents : Marthe, Solange, Simone, Béatrice.

Marthe, nous te baptisons au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Pour toi aussi, cette parole est vraie : Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui, ait la vie éternelle.  

Témoignage des parents

Témoignage des marraine et parrain

Message du père Armogathe

Présentation à l’assemblée

Amis, Frères et Sœurs, voici Marthe
Elle est ici chez elle, vous êtes sa famille spirituelle.
Vous prierez pour elle et pour sa famille
Aucune contrainte ne la retiendra dans la communauté,
et si elle venait à s’en séparer, vous affirmerez qu’elle peut toujours y retrouver sa place.
Vous serez pour elle les témoins de l’amour de Dieu.

Dites avec moi : Que Dieu nous soit en aide !
Réponse de l’assemblée : Que Dieu nous soit en aide !
 
Bénédiction
Que le Saint-Esprit affermisse votre foi,
Qu’il vous accorde ses dons, et les renouvelles chaque jour.
Que l’amour de Dieu qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer, garde vos cœurs, vos engagements et vos vies, dès maintenant et à jamais. Amen.
 
Cantique : Louange et Prière n° 204 « Seigneur dirige », Strophes 1 & 2 [cliquer ici]
 
Doxologie : Gloire à Dieu dans les cieux et sur la terre, d’éternité en éternité !
 

Lectures bibliques : traduction T.O.B. [cliquer ici]

Livre d'Ézéchiel, chapitre 36, versets 24 à 28
24 je vous prendrai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays et je vous amènerai sur votre sol. 
25 Je ferai sur vous une aspersion d’eau pure et vous serez purs ; je vous purifierai de toutes vos impuretés et de toutes vos idoles. 
26 Je vous donnerai un cœur neuf et je mettrai en vous un esprit neuf ; j’enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. 
27 Je mettrai en vous mon propre Esprit, je vous ferai marcher selon mes lois, garder et pratiquer mes coutumes. 
28 Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères ; vous serez mon peuple et je serai votre Dieu

Évangile de Jean, chapitre 11, versets 17 à 27
17 A son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau ; il y était depuis quatre jours déjà. 
18 Comme Béthanie est distante de Jérusalem d’environ quinze stades, 
19 beaucoup d’habitants de la Judée étaient venus chez Marthe et Marie pour les consoler au sujet de leur frère. 
20 Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie était assise dans la maison. 
21 Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. 
22 Mais maintenant encore, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te le donnera. » 
23 Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. » 
24 -« Je sais, répondit-elle, qu’il ressuscitera lors de la résurrection, au dernier jour. » 
25 Jésus lui dit : « Je suis la résurrection et la vie : celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; 
26 et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » 
27 – « Oui, Seigneur, répondit-elle, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. »

Cantique : Louange et Prière n° 178 « Qu’aujourd’hui toute la terre », Strophes 1 à 3 [cliquer ici]

Prière d’illumination 

Musique

#Cantique2Prédication : La foi de Marthe


Chers Amis, frères et sœurs, Chers parents, parrain et marraine,

Notre joie, ce matin, est complète ! Nous venons de baptiser Marthe. Nous venons de déposer un peu d’eau sur son front. Par ce geste symbolique de quelques minutes, nous avons dit beaucoup de choses. Nous l’avons baptisée, littéralement, nous l’avons plongée tout entière dans l’eau. Même si nous n’avons mis que quelques gouttes sur son front, le sens reste le même.  Nous avons immergé votre enfant dans l’eau, pour signifier que pour elle, aujourd’hui, commence une nouvelle vie, placée dans l’amour du Dieu de Jésus-Christ. Nous avons fait ce geste pour elle, même si elle n’est pas en âge d’en comprendre la signification, pour témoigner de votre foi comme vous l’avez exprimé. Mais ce geste est aussi la réponse à l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous, comme nous l’avons dit dans la liturgie : « en effet, nous aimons Dieu parce qu’il nous aime le premier » selon la parole de l’évangéliste Jean. Et c’est intentionnellement que je dis « nous ». En effet, le baptême est un acte communautaire. Marthe rejoint la communauté de celles et ceux qui mettent leur confiance, qui placent leur foi dans le Dieu de Jésus-Christ. Elle rejoint sans le savoir encore, la grande famille composée, voire recomposée, des chrétiens. Et je suis reconnaissante de pouvoir célébrer ce baptême en compagnie du Père Jean-Robert, prêtre de l’Église catholique, marquant ainsi par sa présence et son message, la dimension œcuménique de ce geste, ici à l’Oratoire du Louvre. Cela rappelle ainsi le cheminement théologique et ecclésial qui s’est fait dans nos églises, en particulier avec la reconnaissance réciproque du baptême depuis 1975. Notre présence et notre engagement dans ce temple sont notre réponse à Dieu. Et je dis bien « notre », parce que l’Église universelle, ici représentée par l’assemblée aujourd’hui de ceux qui sont présents, comme de ceux qui sont en distanciel, s’est engagée à vos côtés, chers parents, parrains et marraines, à accueillir votre fille, dans la communauté chrétienne, localement désignée ici à Paris, Oratoire du Louvre ; elle s’est engagée à vous accompagner chaque jour dans votre démarche, d’abord par la prière silencieuse du cœur mais aussi par l’accueil qu’elle vous réserve non seulement aujourd’hui, mais qu’elle réservera dans l’avenir à Marthe,  quand le moment sera venu de lui faire connaître l’histoire  de la foi des hommes avec Dieu, ces chercheurs de Dieu !

Marthe a donc déjà un lieu pour découvrir l’histoire des témoins qui nous ont précédés, découvrir comment Dieu a scellé sa fidélité auprès des hommes, en particulier par la présence de Jésus-Christ, qui est venu comme l’un des nôtres, nous parler de Dieu, au milieu de l’humanité bouleversée de son époque, cette humanité qui continue d’être bouleversée encore aujourd’hui. Parler de Dieu, c’est une opportunité de parler de nos préoccupations les plus ultimes, c’est partager avec d’autres nos aspirations les plus profondes, c’est exprimer nos doutes et nos rêves. En partageant avec les autres, ce que nous croyons, en tout cas, les raisons pour lesquelles nous croyons ou nous ne croyons pas, nous disons ce que nous sommes, nous partageons nos expériences de vie, nos modes de pensée, nos états d’âmes en fonction de nos éducations et de nos psychologies. Dieu porte la marque de ce que nous sommes, il porte l’empreinte de notre humanité. « C’est la foi qui fait Dieu », disait le réformateur Martin Luther. Il voulait dire ainsi que Dieu est d’abord dans une réalité relationnelle, une relation de cœur à cœur, et lorsque nous parlons de Dieu, nous parlons toujours de ce qu’il est « pour moi ». Et c’est peut-être ce que le prophète Ézéchiel a voulu exprimer, par cette promesse de Dieu aux hommes, de changer leur cœur de pierre en cœur de chair. Au moment où ces paroles d’Ézéchiel apparaissent, c’est le temps de l’exil du peuple d’Israël à Babylone. Une partie du peuple est en exil, et l’autre partie qui est restée collabore avec l’ennemi et abandonne sa pratique religieuse. Ézéchiel écrit donc de Babylone, pour soutenir ceux qui sont en exil avec lui, mais aussi pour avertir ceux qui sont restés en Israël que cet effondrement est arrivé parce que le peuple a négligé celui qui souffre, celui qui est pauvre. Il a oublié d’aider la veuve et l’orphelin, il a cédé aux compromissions, il a changé les lois au profit des plus riches, et elles ne protègent plus les plus petits. En fonctionnant de la sorte, Israël a provoqué sa propre chute. Ézéchiel appelle donc ses contemporains à prendre conscience de la dureté de leur cœur et à changer de comportement, avec une nuance : c’est Dieu qui leur donnera un cœur de chair, un cœur capable d’aimer et de s’émouvoir.

Notre contexte n’est pas si différent de celui d’Ézéchiel. Les moyens employés sont plus « modernes », mais notre génération est appelée depuis des années à faire attention aux petits, aux déshérités, aux exilés, qu’on appelle les migrants, elle doit faire attention en plus à la planète, aux dangers de surexploitation des pays pauvres, au profit des pays riches, faire attention à la justice sociale, à la répartition des biens, à la protection des plus faibles. Rien n’a changé. Ce qui doit changer, c’est la prise de conscience de ces situations d’urgence dans lesquelles nous nous trouvons actuellement. C’est aussi prendre conscience de ce qui conduit nos cœurs. Le cœur, ce n’est pas seulement le siège de l’affection, des sentiments ou des passions. Le cœur, dans la Bible, c’est beaucoup plus que cela : c’est le lieu de toute notre vie, de toute notre personne, c’est le lieu des décisions et aussi le lieu de notre vie spirituelle. On peut croire non seulement avec notre intelligence et notre savoir, mais aussi avec notre cœur. Dans la Bible, un cœur de pierre est un cœur fermé à toute sollicitation de compassion, c’est un cœur refermé sur lui-même, incapable d’écouter quoique ce soit. Mais un cœur de chair, au contraire, est un cœur ouvert, à la parole de Dieu, en particulier pour celui qui a la foi, qui accepte de se laisser guider, de se laisser façonner par cette Parole et qui s’oriente vers des pensées de paix qui fondent le dialogue ; et développe les actes compassion qui restaurent la dignité et la confiance.  

La Bible raconte l’histoire des hommes avec Dieu. On voit comment Dieu s’y prend, génération après génération, pour garder et approfondir son alliance avec les hommes, et comment il s’ingénie à remplacer le cœur de pierre des hommes, en cœur de chair. Dieu n’a de cesse de relever les hommes, et de leur ouvrir patiemment les yeux sur leurs prochains, et il n’a de cesse de redonner aux hommes sa loi d’amour réciproque. Il fait cette promesse à l’humanité, par la bouche d’Ézéchiel, de changer nos cœurs de pierre en cœur de chair. Cette promesse est concrétisée par la venue et par le message de Jésus-Christ, ainsi que le souligne l’évangéliste Jean : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils, afin que quiconque croit, ait la vie éternelle. » (Jean 3:16) C’est ce que nous venons de rappeler lors du baptême de Marthe. Et c’est aussi ce que Jésus répond à une autre Marthe, celle de l’Évangile de Jean : « Je suis la résurrection et la vie, celui qui croit en moi, ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » (Jean 3:27)

Chers parents de Marthe, vous avez choisi ce passage d’Évangile, parce qu’il parle de la foi de Marthe, la sœur de Marie et de Lazare. On est souvent habitués à lire un autre texte, qui se trouve dans l’Évangile de Luc, et qui raconte l’histoire des deux sœurs Marthe et Marie qui reçoivent Jésus dans leur maison. Marthe s’active pour mettre les petits plats dans les grands pendant que Marie s’assoit aux pieds de Jésus. Et Jésus dit que Marie a choisi la bonne part qui ne lui sera pas ôtée. Mais dans le texte de l’Évangile de Jean, il nous est offert la part lumineuse de Marthe en ce sens que, dans le contexte éprouvant de la mort de son frère Lazare, elle témoigne de sa foi. Par les mots qu’elle emploie, Marthe fait le lien entre la foi juive qui est la sienne, et ce qui deviendra la foi chrétienne, prolongée, développée par les paroles de Jésus. Elle dit qui est Dieu pour elle : il est celui qui ressuscite les morts à la fin des temps. Mais en partageant sa foi avec Jésus, elle pressent qu’il y a quelque chose d’autre, quelque chose de nouveau, à laquelle elle est en train de s’ouvrir. Nous sommes témoins de que j’appellerai une foi sous tension : la foi de Marthe est sous tension ! La tension entre une résurrection dans l’au-delà « Oui, je sais qu’il ressuscitera au dernier jour », confessé par Marthe, et une résurrection ici-bas, pour aujourd’hui, qui commence dans la foi par la rencontre avec Jésus-Christ.  « Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort ». C’est la tension que nous connaissons bien entre ce que nous vivons, et ce que nous croyons.

Je crois, certes, mais ce que je vis peut m’éloigner de ce que je crois. Je vis, certes, mais la vie n’a plus de sens, ni de lien avec ma foi. Ces tensions traversent nos vies comme elles ont traversé la vie de Marthe Et dans ce petit bout de récit, nous découvrons un chemin qui décrit Dieu, résolument du côté de la vie. Il est celui qui fait passer nos morts à la vie.  Jésus n’est pas là pour faire un discours ou des actes pour banaliser la mort ou se résigner à elle, bien au contraire. Avec Jésus, c’est toujours la vie qui a le dessus, au sens propre comme au sens figuré, biologique ou non biologique : Pour ceux qui ont soif de résurrection, pour leur vie ici-bas comme pour leur vie éternelle. La réalité de la résurrection, telle que l’évangéliste Jean nous la transmet, ne commence pas à partir de la résurrection de Lazare. Elle est là bien avant, dans le dialogue avec Marthe. Et c’est ce que nous pouvons découvrir ensemble pour nous-mêmes et que nous pressentons peut-être déjà : un chemin de foi qui nous invite à mettre de la distance avec ce que nous vivons douloureusement, un chemin qui nous invite à revisiter ce que nous croyons, un chemin de foi qui nous aide à traverser la vie.

Changer nos cœurs de pierre en cœurs de chair, au fond cela s’adresse à tout être humain, quelles que soient son origine, sa religion ou sa philosophie. Dans la foi chrétienne qui est la nôtre et dans laquelle est reçue la petite Marthe aujourd’hui, c’est faire de la place dans nos vies au Dieu de Jésus-Christ, confessé par la Marthe de l’Évangile de Jean. Pour elle, elle croit que « Jésus est le Messie, celui qui devait venir dans le monde ». Ses mots dépassent ici la raison et le savoir. Ils proviennent du cœur, parce qu’il y a eu une rencontre.

Alors, en parler aujourd’hui, au baptême de votre petite Marthe, c’est dire à votre fille, et par la même occasion à nous-mêmes, qu’elle et nous portons quelqu’un de plus grand que nous, un germe d’espérance pour elle comme pour nous. C’est notre façon de reconnaître cette promesse, faite par Jésus à ses disciples, que Dieu continue d’être auprès de nous, aujourd’hui, grâce aux hommes et aux femmes de bonne volonté, qui relaient sa Parole par l’amour de leur prochain.

Crois-tu cela ? demandait Jésus à son amie Marthe.
J’aime cette question de Jésus. Car elle ne pose pas la foi en Dieu comme une évidence. Elle laisse la personne se déterminer, en toute liberté. C’est une parole qui ne s’impose pas. La question de Jésus demande une réponse à rechercher en soi.  On peut donner une réponse, comme ne pas la donner. C’est dans cet espace que réside notre liberté. C’est important pour Marthe votre fille qu’il y ait un lieu où dire ses doutes et ses interrogations, quand elle sera confrontée à certaines réalités de la vie qui seront peut-être des obstacles à sa foi. L’important c’est qu’elle puisse trouver un lieu suffisamment ouvert, pour dire tout cela sans être ni jugée, ni condamnée. Et découvrir que même au cœur des épreuves et des déceptions, et malgré certaines attitudes contradictoires et certains discours à double langage, un témoignage de foi pourra être vécu.

Amen.
 

Pour aller plus loin :

Jean Dumas, « Jean, explique-moi ton évangile » édition L’Harmattan, 2021

Musique

Cantique : Louange et Prière n°214 « Sur ton Église universelle », Strophes 1 à 3 [

Annonces 

OFFRANDE
Voici le moment de l’offrande.
Consacrée à la vie de l’Église.
Elle exprime notre solidarité.
Notre Église comme notre Entraide ne vit que de nos dons, et rien d’autre.
 
Musique
 
Prière d'Intercession

Éternel, Dieu de la vie, Dieu d’amour, merci pour ce culte qui nous permet de nous retrouver dans la chaleur de notre amitié et de la fraternité qui nous unit, petits et grands, jeunes et moins jeunes.
Nous te disons notre gratitude pour le baptême de Marthe aujourd’hui, mais également pour celui de Sacha, hier, dans ce même lieu, en même temps que la bénédiction de Dieu sur le mariage de ses parents. Merci pour tous ces signes visibles de ta grâce invisible et de ton amour inconditionnel pour chacun et chacune de nous. 
Par tous ces engagements nous nous rappelons que c’est toi qui as dit « oui » à notre existence, longtemps avant que nous ayons pu comprendre ce que cela signifie.
Nous confions à ton amour tous les membres de la famille de Marthe, comme celle de Sacha, présents ou absents, visibles ou invisibles.

Éternel, Dieu de la vie, dans notre cœur, nous te disons maintenant les prénoms de celles et ceux qui demandent le secours de notre prière. Ils ne sont plus seuls.
Nous te rendons grâces de ce que les autres prient pour nous. Nous nous sentons portés, sans forcément savoir d’où ça vient, mais nous ne sommes plus seuls.
Nous te prions pour celles et ceux dont nous connaissons la souffrance de la maladie, de l’approche de la mort, de la solitude, du deuil.
Nous te prions pour les personnes qui subissent la violence et la guerre, partout dans le monde. Nous te prions pour les victimes comme pour les bourreaux.
Nous te prions pour les athées et les humanistes, en France et partout dans le monde, qui travaillent à la paix, à l’unité et à la réconciliation, comme pour ceux qui sont aveuglés par la soif de pouvoir et de divisions.
Nous te prions pour les croyants de toutes les religions, en France et partout dans le monde, qui travaillent à la paix, à l’unité et à la réconciliation, comme pour ceux qui sont aveuglés par la soif de pouvoir et de divisions.
Eternel, Dieu de la vie,
Remets en nos cœurs et nos mémoires ta Parole,
Change nos cœurs de pierre en cœurs de chair, afin que ta Parole puisse féconder notre existence dans la confiance et la reconnaissance.
[Agnès Adeline-Schaeffer)

Comme Jésus l’a enseigné à ses disciples, nous te disons :
Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ;
Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du mal,
car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire,
aux siècles des siècles. Amen.

Envoi et bénédiction : 
Recevez ces paroles d’envoi et de bénédiction :

Je vous invite à vous lever pour recevoir la bénédiction du Seigneur :
Prenez le temps de jouer,
C’est le secret d’un cœur d’enfant.
Prenez le temps de rire,
C’est une gorgée d’eau fraîche.
Prenez le temps de donner,
C’est du pain pour l’affamé.
Prenez le temps d’aimer et d’être aimé,
C’est une grâce de Dieu.
Prenez le temps de prier,
C’est votre force sur la terre.

Bénédiction de l’assemblée
Que le Dieu de l’Espérance, vous remplisse de toute joie et de toute paix, dans la foi, afin que vous aussi, vous débordiez d’espérance, par la puissance de l’Esprit-Saint.
Amen.

Cantique : Alleluia n°52/05 « Evenou shalom alerem » [cliquer ici]
Refrain, les 3 strophes, refrain (soit 5 fois).
 
Signature du registre de baptême

Orgue - Sortie 

Paroles des chants du dimanche 19 juin 2022

Psaume : Psautier Français n° 47 « Frappez dans vos mains », strophes 1 à 3

Pour écouter ce psaume sur le site de l'Oratoire, cliquer ici

Strophe 1

Frappez dans vos mains, Vous, tous les humains !
À cris redoublés, Peuples assemblés,
Exultez de joie Car voici le Roi.
Redoutable et doux, Dieu veille sur vous ;
Son bras souverain, Sa puissante main
Étend à jamais Son règne de paix.

Strophe 2

Si Dieu a choisi Israël pour fils,
S’il l’a secouru, S’il l’a maintenu,
C’est pour proclamer Par son bien-aimé :


“En moi s’uniront Toutes les nations ;
Il faut maintenant Que s’ouvre tout grand
Partout, pour toujours, Mon règne d’amour !”

Strophe 3

Peuple racheté, Viens ici chanter !
De tes oppresseurs Voici le vainqueur !
Fais sonner du cor, Dieu est juste et fort.
Chantez tous, chantez Sa grande bonté.
Il vient rétablir, Il fait resplendir
Plus haut que les cieux Le règne de Dieu.

Cantique : Louange et Prière n° 204 « Seigneur dirige », Strophes 1 & 2

Écouter l'enregistrement en cliquant ici

Strophe 1
Seigneur, dirige et sanctifie
Toute la vie
De ces enfants.
Que ta lumière
Sur leur carrière
Brille en tout temps !
Que, sous ta garde et sous tes ailes,
Ils soient fidèles,
Forts et constants !

Strophe 2
Soumets leur âme à l’Évangile,
Au joug facile,
Plein de douceur.
Fais-leur entendre
L’appel si tendre
De leur Sauveur.
Que, pour répondre à sa promesse,
Ils aient sans cesse
Le même cœur !

Cantique : Louange et Prière n° 178 « Qu’aujourd’hui toute la terre », Strophes 1 à 3

1 - Qu’aujourd’hui toute la terre
S’égaye au nom du Seigneur.
Qu’à Dieu monte sa prière
Par Jésus, le Rédempteur.

2 - Qu’aujourd’hui son Évangile
En tous lieux soit publié.
Qu’à porter son joug facile
Tout pécheur soit convié.
3 - Qu’aujourd’hui, remplis de joie,
En écoutant son appel,
Bien des cœurs trouvent la voie
Qui va de la terre au ciel.

6. Qu’aujourd’hui la paix descende,
Seigneur, sur tous tes enfants
Et que partout l’on entende
Leurs hymnes reconnaissants.

Cantique : Louange et Prière n°214 « Sur ton Église universelle », Strophes 1 à 3

Strophe 1
1. Sur ton Église universelle,
Objet constant de ton amour,
Oh ! que ta grâce paternelle,
Seigneur, se répande en ce jour.
Tes enfants, avec confiance,
Partout fléchissent les genoux ;
Ne confonds pas leur espérance
Jésus, sois au milieu de nous.

Strophe 2
Des promesses de ta Parole
Daigne, Seigneur, te souvenir :
Que ton Esprit Saint nous console
Et nous apprenne à te bénir !

Ouvre nos yeux à ta lumière,
Change et maîtrise notre cœur,
Et que ton Église en prière
Par toi triomphe de l'erreur !

Strophe 3
Que l'Évangile se répande
De l'aurore jusqu'au couchant ;
Que de tous côtés l'on entende
Monter vers toi le même chant !
Que, sur les plus lointains rivages,
Les peuples rangés sous la croix,
Viennent tous rendre leurs hommages
À Jésus-Christ, le Roi des rois !

Cantique : Alleluia n°52/05 « Evenou shalom alerem »

Strophe 1
Evenou shalom alerem,
Evenou shalom alerem,
Evenou shalom alerem,
Evenou shalom, shalom,
Shalom alerem

Strophe 2
Nous vous annonçons la paix,
Nous vous annonçons la paix,
Nous vous annonçons la paix ,
Nous vous annonçons la paix,
La paix en Jésus.

Strophe 3
Nous vous annonçons la joie,
Nous vous annonçons la joie,
Nous vous annonçons la joie,
Nous vous annonçons la joie,
La joie en Jésus.

Strophe 3
Nous vous annonçons l'amour,
Nous vous annonçons l'amour,
Nous vous annonçons l'amour,
Nous vous annonçons l'amour,
L'amour en Jésus.

Strophe 4
Nous vous annonçons la paix,
Nous vous annonçons la joie,
Nous vous annonçons l'amour,
Nous vous annonçons la paix, la joie,
L'amour en Jésus.

Paroles des répons du temps de l'Église

Après la salutation
Répons : « Bénissons Dieu le seul Seigneur » (Ps. 134, str.1)

Bénissons Dieu le seul Seigneur,
Nous qu’il choisit pour serviteurs.
Levons nos mains dans sa maison,
Pour bénir et louer son nom.

Après la volonté de Dieu
Répons : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute » (L&P n°193, str.1)

Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute :
Je dis ton serviteur, car enfin je le suis.
Je le suis, je veux l’être, et marcher dans ta route,
Et les jours et les nuits.

Après la prière de repentance
Répons : « J’aime mon Dieu, car il entend ma voix ». (Ps. 116, str.1)

J’aime mon Dieu car il entend ma voix,
Quand la frayeur ou le tourment m’oppresse,
Quand j’ai prié au jour de ma détresse,
Dans sa bonté, il s’est tourné vers moi.

Après l’annonce de la grâce
Répons « Combien grande est ta gloire » (Ps 92 selon L&P n° 38 str.2)

Combien grande est ta gloire, en tout ce que tu fais, 
Et combien tes hauts faits sont dignes de mémoire !
Tes œuvres sans pareilles  ont réjoui mon cœur,
Je veux chanter, Seigneur, tes divines merveilles !

Après la confession de foi 
Répons : « Grand Dieu, nous te bénissons » (L&P n°69, str.1)

Grand Dieu, nous te bénissons, nous célébrons tes louanges,
Éternel, nous t’exaltons, de concert avec les anges,
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !
Et prosternés devant toi, nous t’adorons, ô grand Roi !

Après la bénédiction
Répons : « Confie à Dieu ta route » (L&P n°309, str.5)

Bénis ô Dieu nos routes, nous les suivrons heureux,
Car toi qui nous écoutes, tu les sais, tu les veux.
Chemins riants ou sombres, j’y marche par la foi,
Même au travers des ombres, ils conduisent à toi.

Lecture de la Bible

Livre d'Ézéchiel, chapitre 36, versets 24 à 26 [TOB]

24 je vous prendrai d'entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays et je vous amènerai sur votre sol.
25 Je ferai sur vous une aspersion d'eau pure et vous serez purs ; je vous purifierai de toutes vos impuretés et de toutes vos idoles.
26 Je vous donnerai un cœur neuf et je mettrai en vous un esprit neuf ; j'enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair.
27 Je mettrai en vous mon propre Esprit, je vous ferai marcher selon mes lois, garder et pratiquer mes coutumes.
28 Vous habiterez le pays que j'ai donné à vos pères ; vous serez mon peuple et je serai votre Dieu.

Évangile de Jean, chapitre 11, versets 17 à 27 [TOB]

17 A son arrivée, Jésus trouva Lazare au tombeau ; il y était depuis quatre jours déjà.
18 Comme Béthanie est distante de Jérusalem d'environ quinze stades,
19 beaucoup de Juifs étaient venus chez Marthe et Marie pour les consoler au sujet de leur frère.
20 Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie était assise dans la maison.
21 Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort.
22 Mais maintenant encore, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te le donnera. »
23 Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »
24 — « Je sais, répondit-elle, qu'il ressuscitera lors de la résurrection, au dernier jour. »
25 Jésus lui dit : « Je suis la résurrection et la vie : celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra ;
26
et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? »
27 — « Oui, Seigneur, répondit-elle, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. »

Vidéo du culte entier

À Voir également