Ambassadeurs de la réconciliation

2 Corinthiens 5:11-20

Culte du 29 mai 2022
Prédication de Agnès Adeline-Schaeffer

Vidéo de la partie centrale du culte

Culte à l'Oratoire du Louvre

29 mai 2022
95ème jour de la guerre en Ukraine
« Ambassadeurs de la réconciliation »

Culte présidé par la Pasteure Agnès Adeline-Schaeffer
A l'orgue : Sarah Kim, organiste co-titulaire

Accès direct aux textes des chants, cliquer ici
Accès direct à la lecture biblique, cliquer ici
Accès direct au texte de la prédication, cliquer ici
Affichage de la prédication pour impression, cliquer ici

Entrée

Orgue

Proclamation de la Grâce de Dieu

Mon frère, ma sœur, mon ami,
Toi qui es venu ce matin, prendre le temps d’écouter la Parole de Dieu, renouveler tes forces physiques et spirituelles, par le chant, la prière, rencontrer ton prochain au milieu de ton activité familiale ou de ton travail, sois sans crainte !
Le Seigneur est là, il t’appelle, il t’invite à l’écouter et à le recevoir ici et maintenant.
La grâce et la paix nous sont données de la part de Dieu notre Père en son Fils Jésus-Christ, notre frère.

Accueil

En ce premier jour de la semaine, soyez toutes et tous les bienvenus pour ce temps de culte. Nous sommes en communion les uns avec les autres, malgré grâce à la musique, le partage de la Bible, la prière, relayés par le lien Internet et les réseaux sociaux. Nous accueillons avec joie Sarah Kim, organiste co-titulaire de l’Oratoire du Louvre, qui accompagne ce culte aujourd’hui. Nous saluons particulièrement les amis qui nous rejoignent de divers pays. Merci de votre présence fidèle et de votre soutien. Nous associons à ce temps de culte les familles éprouvées actuellement par le deuil de leurs proches, celles qui traversent une période de remise en question ou une période difficile sur le plan de la santé. Nous nous réjouissons avec celles et ceux qui ont placé leur union sous le regard de Dieu, et avec celles et ceux qui viennent de devenir parents. A ce propos, nous aurons une pensée pour toutes les mamans aujourd’hui, puisque le calendrier annonce que c’est leur fête ! Et plus ecclésialement, nous aurons une pensée pour tous les délégués de notre Église protestante unie, réunis à Mazamet, depuis le jeudi de l’Ascension à l’occasion du synode national sur le thème des ministères dans l’Église. Prions ensemble :

Éternel, Dieu et Père, Nous voici rassemblés à ton invitation. Il y a parmi nous des autochtones et des étrangers, des croyants et des peu croyants, des fidèles et des occasionnels, des habitués et des invités.
Mais tous,
Nous sommes des mendiants qui cherchons le pain,
Nous sommes tous des enfants qui tendons les mains
Nous sommes tous des guetteurs d’amour en quête de chemin. Grâce te soit rendue, de nous accepter tels que nous sommes et de nous accompagner tous les jours. Amen

Nous nous réunissons dans la communion fraternelle avec le 1er chant du livret liturgique.

Répons : "Ô Seigneur ta fidélité"

Ô Seigneur ta fidélité remplit les cieux
et ta bonté dépasse toute cime.
Ta justice est pareille aux monts,
tes jugements sont plus profonds
Que le plus grand abîme.
De la puissance du néant,
tu veux sauver tous les vivants,
Toute chaire, toute race,
Les hommes se rassembleront,
Autour de toi, ils trouveront
Leur paix devant ta face.

Louange

Nous te louons, Seigneur, Dieu tout-puissant, car tu n’as pas dédaigné d’être appelé notre Père.
Tu tiens le monde dans tes mains, mais tu nous connais par notre nom.
Tu es béni, créateur de tout ce qui existe.
Tu es béni, toi qui nous a mis au large et nous donne à vivre dans ce temps.
Nous te rendons grâces pour les œuvres de tes mains,
pour tout ce que tu as fait parmi nous, par Jésus-Christ, notre Seigneur.
Sans cesse, nous chanterons ta fidélité.

Psaume : Psautier français N°33 : « Réjouis-toi peuple fidèle », strophes 1, 3 et 5 [cliquer ici]

Volonté de Dieu :

Écoutons maintenant comment Dieu nous révèle son amour avec ces paroles que nous trouvons dans le livre d’Ésaïe (55:8-10)
« En effet, dit l’Éternel, ce que je pense n’a rien de commun avec ce que vous pensez, Et vos façons d’agir n’ont rien de commun avec les miennes.
Il y a autant de distance entre mes méthodes et les vôtres,
Entre mes pensées et les vôtres, qu’entre le ciel et la terre.
De même que la pluie et la neige tombent du ciel, Et n’y retournent pas sans avoir arrosé la terre et sans l’avoir rendue fertile.
Il en est de même pour ma parole, ma promesse : elle ne revient pas à moi sans avoir produit de l’effet, sans avoir réalisé ce que je voulais, sans avoir atteint le but que je lui avais fixé ». (Ésaïe 55:8-10)

Répons : "Proclame ta Parole"
Proclame ta Parole
Lumière pour nos vies
Rassemble tous tes membres,
En un seul corps, unis.
Et fais de tous les hommes,
Tes instruments de paix
Pour restaurer le monde
Selon ta volonté.

Confession du péché :

Mon Dieu, apprends-moi à bien user du temps que tu me donnes et à le bien employer sans en rien perdre.
Apprends-moi à prévoir sans me tourmenter.
Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées sans me laisser aller au scrupule.
Apprends-moi à imaginer l’avenir en sachant qu’il ne sera pas comme je l’imagine. Apprends-moi à pleurer mes fautes sans tomber dans l’inquiétude.
Apprends-moi à agir sans me presser et à me hâter sans précipitation.
Apprends-moi à unir la sérénité à la ferveur, le zèle à la paix.
Aide-moi quand je commence, parce que c’est alors que je suis faible.
Veille sur mon attention quand je travaille. Et surtout comble toi-même les vides de mes œuvres.
(Jean Guitton, prière pour les incontournables de la vie. Éditions du Signe).

Répons : "Mon rédempteur est vivant"
Mon rédempteur est vivant,
C’est en lui seul que j’espère,
La mort le tenait gisant
Dans l’étreinte de la terre.
Mais Dieu reste le plus fort,
Jésus a vaincu la mort.

Annonce du pardon
Je vous invite à vous lever pour recevoir le pardon de la part du Seigneur :

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature.
Les choses anciennes sont passées ;
Voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
Et tout cela vient de Dieu qui nous a réconciliés avec lui, par le Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation (2 Co 5:17 et 18).

Chantons à Dieu notre reconnaissance !

Répons : "Je ne craindrai désormais"
Je ne craindrai désormais
Aucun pouvoir de ce monde,
Car tu nous donnes la paix
Ou toute autre paix se fonde.
Garde-nous dans ta clarté,
O Jésus ressuscité.

Confession de foi

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur des cieux et de la terre.
L’Éternel règne. Il est Esprit. Il est Amour.
Je crois en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur.
L’amour de Dieu, envers nous, s’est révélé en ceci :
Alors que nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous.
Il est venu chercher et sauver ce qui était perdu.
Il est le chemin, la vérité et la vie,
le même hier, aujourd’hui, éternellement.
A ceci, tous reconnaîtront que nous sommes ses disciples,
si nous avons de l’amour les uns pour les autres.
Je crois au Saint Esprit, qui rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.
Nous avons été baptisés d’un seul Esprit pour former un seul corps.
La victoire par laquelle le monde est vaincu, c’est notre foi.
Seigneur, augmente notre foi.
Amen.
(Oratoire du Louvre)

Répons : "Dans ma vie de chaque jour"
Dans ma vie de chaque jour,
Je partagerai ta gloire.
Je vivrai de ton amour,
Le bonheur de ta victoire.
Et dans ton éternité,
Nous chanterons ta beauté.

Doxologie : Gloire à Dieu, dans les cieux et sur la terre et d’éternité en éternité.

Lecture biblique : 2 Corinthiens 5:14-20 – Ambassadeurs de réconciliation
(Traduction TOB)

14 L’amour du Christ nous étreint, à cette pensée qu’un seul est mort pour tous et donc que tous sont morts. 15 Et il est mort pour tous afin que les vivants ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. 16 Aussi, désormais, ne connaissons-nous plus personne à la manière humaine. Si nous avons connu le Christ à la manière humaine, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi. 17 Aussi, si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Le monde ancien est passé, voici qu’une réalité nouvelle est là.
18 Tout vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation. 19 Car de toute façon, c’était Dieu qui en Christ réconciliait le monde avec lui-même, ne mettant pas leurs fautes au compte des hommes, et mettant en nous la parole de réconciliation. 20 C’est au nom du Christ que nous sommes en ambassade, et par nous, c’est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous en supplions, laissez-vous réconcilier avec Dieu.

Cantique : Louange et Prière n°155 « O Roi des cieux », strophes 1 à 4 [cliquer ici]

Prière d'illumination :
Mon Dieu, ouvre mon esprit à l’intelligence de ta parole. Et que mon cœur demeure brûlant tandis que tu me parles. Comme la pluie féconde la terre et fait germer la semence, Que ta Parole, Mon Dieu, accomplisse au cœur de ma vie, Sa mission, ta volonté Qu’elle féconde ma vie et lui permette de porter des fruits Oui que ta parole soit la vérité de mon existence, La lampe de mes pas. Amen.

Orgue

Prédication : Ambassadeurs de la réconciliation

Amis, frères et sœurs,
Le choix du passage biblique de ce matin est suggéré par plusieurs choses : La première, parce que la réconciliation est le thème choisi cette année pour les rencontres du groupe biblique œcuménique ; La deuxième, parce que le groupe « Paroles d’amour » se réunit tout à l’heure après le culte, sur le thème de « Frères et sœurs », dans la Bible, et que j’ai envie d’ajouter que c’est tout un programme, que les disputes sont fréquentes, et que les chemins de réconciliation, s’ils existent, sont variés ; La troisième, c’est parce que nous vivons dans un monde conflictuel, et je ne pense pas seulement à la guerre en Ukraine, avec toutes les conséquences dramatiques infligées aux populations des régions bombardées, mais aussi de toutes les incertitudes qui en découlent sur le plan international, mais je pense aussi à toutes les zones de conflits à travers le monde, dont on ne parle plus trop en ce moment, mais qui restent bien réelles. Je pense encore à toutes les relations empoisonnées par ce virus de l’humiliation, bien plus tenace qu’on ne l’imagine, selon les propos du professeur Olivier Abel, ici même, dans ce temple, il y a trois semaines. La réconciliation. Quel beau mot de notre langue ! et pourtant qu’il est difficile à vivre. Et il y a de quoi. La question est vaste. Je n’y répondrai pas en une prédication.

« La réconciliation, don de Dieu, source de vie nouvelle » Qui se souvient que c’était le titre du deuxième rassemblement œcuménique de Graz, (Autriche) en 1997, choisi par toutes les Églises européennes ? Ce rassemblement a eu lieu après les guerres d’Irlande et de Yougoslavie, guerres civiles en lien avec la religion. N’est-ce pas un peu théorique ? En disant que c’est un don de Dieu, est-ce que cela ne mène pas les croyants et aussi les non-croyants, dans une impasse qui ferait rimer la réconciliation avec l’oubli, comme une éponge passée sur les crimes et sur les injustices, ce qui donnerait une réconciliation à bon marché ?

Et comment comprendre les mots réconciliation ou réconcilier ?
En français, le mot réconcilier signifie : rétablir l’amitié entre des personnes brouillées, ou encore la paix entre des ennemis, ou remettre en accord ou en harmonie, des personnes fâchées. Rapprocher, réunir. Dans le vocabulaire courant, on dit : raccommoder, rabibocher.
Mais qu’est-ce que cela veut dire quand il est question de crises meurtrières et profondes ?
En grec, le verbe « réconcilier » employé par l’apôtre Paul, katalasso, est construit sur une racine « allos » qui se traduit par « l’autre », et à partir d’un verbe « allasso » qui veut dire : « rendre autre, échanger ». Le préfixe nuance le verbe. Il peut donc se traduire par « changer à l’égard de l’autre » et propose une dynamique de vie.
Quand Paul parle de réconciliation, il se réfère à ce qu’il connaît, et à ce qui était connu de ses contemporains à savoir la signification de la réconciliation dans le premier Testament. Le sens de la réconciliation dans le premier Testament est un vaste domaine, à savoir celui du rétablissement des relations entre Dieu et son peuple, la réconciliation étant une communauté de vie que l’être humain a interrompue par sa résistance à la volonté divine. Il y est induit une notion de sacrifice.

Le thème de la réconciliation intervient en conclusion du chapitre 5 de sa deuxième lettre aux Corinthiens. C’est l’aboutissement de toute une réflexion qui commence par le partage des souffrances, la promesse des consolations, le pardon que l’on doit donner, de manière inconditionnelle, parce que le Christ est le OUI magistral de Dieu à toute l’humanité. Et c’est bien cette bonne nouvelle qui doit être annoncée. Et ceux qui sont chargés de le faire, comme l’apôtre Paul, doivent parler avec franchise. Et l’apôtre Paul dit que personne n’est à la hauteur d’une telle mission, sinon celui qui parle avec sincérité, de la part de Dieu, dans le Christ. Et il peut le faire parce qu’il en a fait l’expérience. Paul insiste sur le fait que chaque chrétien doit faire sa propre expérience de sa rencontre avec le Christ mort et ressuscité pour passer lui-même de la mort à la vie. Comme Paul a fait cette expérience sur la route de Damas. Mais reconnaître que le Christ est mort avant d’être ressuscité, nécessite d’admettre la faiblesse du fils de Dieu, d’abord fils de l’homme, de reconnaître sa vulnérabilité dans son corps écartelé, cet écartèlement qui selon la théologie de l’apôtre Paul, permet la réconciliation, la réunification de l’homme avec Dieu, de Dieu avec l’homme, ce qui sera le fondement de la nouvelle alliance. Ce n’est pas un message facile à dire. Il peut heurter bien des personnes. Il peut se discuter. Mais pour être accueilli, ce message est à recevoir dans la foi, dit Paul. La grâce du Christ se propose au cœur de chacun. Elle peut se vivre au sein de la communauté appelée et rassemblée, qui devient l’Église, comme c’est le cas à Corinthe. Et Paul opère un déplacement et pas des moindres : il fait un glissement entre l’image concrète et l’image symbolique : « Une lettre écrite avec de l’encre » (image concrète) devient l’assemblée animée de l’Esprit de Dieu. La lettre est écrite non plus sur des tables de pierre, faisant allusion au don de la Loi, au don de la Torah, mais sur des tables de chair, faisant allusion au cœur de l’homme, siège du nouveau temple, le nouveau saint des saints, la partie la plus reculée du temple dans laquelle brille la lumière de Dieu. Le cœur a un sens, ici, métaphorique, en ce qu’il signifie le lieu où s’opère les choix. Il constitue la source des pensées intellectuelles, et c’est aussi l’endroit où l’esprit saint est particulièrement sensible. Paul qualifie alors le message à annoncer de « trésor dans des vases d’argile ». Le Christ que nous annonçons, que nous proclamons, c’est lui le trésor. C’est un trésor, que nous transportons nous-mêmes aux autres, dans un vase qui est nous-mêmes, aussi fort et aussi fragile que nous pouvons l’être, nous-mêmes. De notre force ou de notre faiblesse dépend la force ou la faiblesse du message qu’on va délivrer. Paul insiste en disant que le message qu’on annonce non seulement édifie celui qui le reçoit mais renouvelle de l’intérieur celui qui le donne. Tout au long de sa deuxième lettre aux Corinthiens, l’apôtre Paul démontre patiemment que, pour entrer dans une démarche de réconciliation, il est nécessaire d’être converti à Jésus-Christ.

La réconciliation est une œuvre de l’Esprit-Saint, un don de l’esprit, ce même esprit qui nous prépare à comprendre la venue et le ministère du Christ, sa mort et sa résurrection. Dans le même ordre, on peut envisager la réconciliation comme une démarche de mort et de résurrection. Se réconcilier, c’est mourir à ce qui est ancien, c’est mourir au conflit précédent pour pouvoir renaître à quelque chose de nouveau, ici, une relation entièrement nouvelle. Pour une vraie réconciliation, il faut arriver à oublier qu’il y a eu conflit. Et pour oublier qu’il y a eu conflit, il faut avoir le temps et l’espace pour exprimer qu’il y a eu une souffrance et une blessure. Et c’est peut-être cela que je comprends quand Paul dit : être mis à nu, être à découvert, termes familiers de l’apôtre pour signifier le jugement. Au fond, Paul ne parle pas de comparaître devant Dieu, mais quand il emploie ces mots d’être mis à nu, mis à découvert, ils symbolisent une fragilité, une vulnérabilité, la nôtre. Et ce qui est alors le plus important, c’est de revêtir Christ, et de considérer toute personne humaine à travers le filtre du Christ, le révélateur du Christ. Le jugement ne se limite pas à l’accomplissement de certains actes réputés bons ou non, mais à la qualité de ces actes, qui bien souvent fait défaut. La conduite terrestre et présente du croyant ne se limite pas à l’accomplissement de quelques actes réputés bons. Elle concerne toute la personne. Elle résulte de la communion avec Christ, rassemblée dans ces mots : « l’amour du Christ nous étreint » : qui peut se comprendre dans une double conviction : il s’agit de l’amour que le Christ nous porte, et l’amour que l’apôtre et nous-mêmes portons au Christ. Étreindre (sunéko en grec) est souvent traduit et compris comme une contrainte, quelque chose qui nous domine alors qu’il peut se comprendre par « tenir ensemble, maintenir dans l’unité, être associé, se donner ». Le don que fait Jésus de sa vie est signe de réconciliation, entre Dieu et l’homme. Telle est la conviction de Paul. Paul de cette façon donne un sens positif à cet amour-là, à cet agapè-là, et c’est cet amour-là qui identifie les croyants au Christ. Et avec Paul, ce qui est vrai du Christ devient vrai pour tous les croyants. Et les signes que nous donnons de cela, c’est celui du baptême, ou du partage eucharistique. Quels que soient nos choix d’interprétation, nous disons qu’en recevant le baptême, nous mourrons au péché, nous revêtons une vie nouvelle, c’est un nouveau départ qui se situe dans l’appartenance au Seigneur, même si cela peut prendre toute une vie.

En guise de conclusion, permettez-moi d’emprunter quelques mots des notes bibliques sur le thème de la réconciliation rédigées par Elisabeth Parmentier, pasteure, professeure de théologie pratique depuis 2015 à la faculté de théologie de Genève, et première doyenne de cette faculté depuis 2021 , réputée pour son engagement dans le féminisme et dans l’œcuménisme : (je cite) : « Une plus grande surprise de Dieu est encore dans le renversement qui suit : l’apôtre Paul écrit « Nous vous en supplions, LAISSEZ-VOUS RÉCONCILIER AVEC DIEU ». Il ne dit pas « allez évangéliser », « allez convertir les autres », « allez apporter la réconciliation aux gens » ! Non, au contraire : il dit : « laissez-vous réconcilier ! ». La réconciliation c’est d’abord en nous-mêmes, dans notre cœur, c’est d’abord notre guérison intérieure contre la colère, contre l’esprit de vengeance, contre l’égocentrisme, contre l’angoisse. C’est d’abord le combat que Dieu mène, non pas contre les autres, mais pour notre propre transformation intérieure, et sa volonté, c’est faire de nous une personne autre, une personne renouvelée de l’intérieur. « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ». Cette nouvelle créature, c’est la personne qui ne vit pas recroquevillée sur elle-même, mais abritée en Dieu et tournée vers les autres comme vers ses frères et sœurs, au cœur des divisons encore réelles. La nouvelle création voulue par Dieu, en chacun, chacune de nous, dans tous les lieux de réconciliation, est encore un fruit fragile, sans grande défense. Et il nous faut continuer à notre tour à supplier le Seigneur qu’il nous accorde son Esprit pour que la nouvelle création grandisse. La réconciliation doit encore grandir, elle doit s’étendre, être contagieuse ». Pour en revenir à notre monde actuel, pour en revenir aussi au dialogue œcuménique, qui s’est élargi au dialogue interreligieux, ce mouvement n’a pas encore atteint son but. Est-ce qu’il l’atteindra, je ne sais pas, mais ce que je sais, et c’est mon expérience, pas plus tard qu’hier, par une célébration œcuménique d’un mariage, ce sont les dialogues, mais aussi les expériences de diaconie, de formation, de vie commune entre nos différentes cultures et nos différentes approches religieuses qui doivent se multiplier et être réinventées, si celles-ci manquent de souffle. Ce sont les laboratoires où sera cultivée la vie des générations à venir, ce fameux « vivre ensemble » que certains aimeraient voir disparaître des programmes politiques. Parce qu’il y a encore une promesse dans la supplique de l’apôtre Paul : Nous sommes responsables de la nouvelle création, qui se bâtit sur la justice. « Notre parole de croyant(e)s doit résister aux idées fausses, à l’esprit de division, aux injustices, à tout ce qui déshumanise et abêtit ». « Nous n’avons pas grand pouvoir, mais nous avons notre faible parole, notre engagement en tant que chrétiens d’une vaste famille dans le monde entier. Nous recevrons la force pour OSER, dans tout ce que nous faisons, la rencontre de l’autre, la confiance, la réconciliation, en nous-mêmes, avec Dieu et ainsi avec autrui. Finalement, la réconciliation est en route entre nous depuis très longtemps. Entre Églises, entre religions. C’est difficile, cela prendra du retard, certainement, mais la nouvelle création est en route. Et cela commence aujourd’hui ». (E. Parmentier). Et avec l’engagement de chaque personne de bonne volonté. Amen.

Pour aller plus loin :

  • Doris Reymond-Ziegler, « Choisir la réconciliation », Réveil Publications, Lyon, 1999.
  • Elisabeth Parmentier, Pierrette Davian, Lauriane Savoy, « Une Bible des femmes », Labor et Fides, Genève 2018.

Orgue

Cantique : Louange et Prière n°338 « Ô Jésus tu nous appelles », strophes 1 et 2 [cliquer ici]

Annonces
Offrande

Liturgie de sainte-cène

Préface
Seigneur, nous qui sommes réunis ce matin pour ce temps de culte, nous cherchons ta présence dans notre vie, nous nous mettons à l’écoute de ta Parole dans la Bible, nous essayons de discerner les actes, les paroles, les engagements auxquels tu nous appelles.
Parfois tout cela nous paraît obscur et nous sentons monter en nous l’incompréhension, le doute, peut-être la peur.
Mais tu places aussi sur notre route des frères et des sœurs pour nous parler, pour nous aimer, pour nous encourager, pour être à nos côtés devant toi, pour partager avec nous le pain et le vin de la Cène.
Béni sois-tu, Seigneur, pour ta révélation en Jésus-Christ ! Donne-nous d’être miracle les uns pour les autres, annonciateurs de ton Royaume et signes de ton amour ! Amen

Répons : Pare-toi pour une fête
Pare-toi pour une fête
O mon âme tiens-toi prête,
Monte plus haut que la terre,
Vers la céleste lumière.
Ton Seigneur t’offre une place
Au grand banquet de sa grâce,
Ce maître au pouvoir immense
Avec toi fait alliance.

Institution
Le soir venu, Jésus se mit à table avec les douze. Pendant le repas, il prit du pain
et, après avoir rendu grâces,
il le rompit et le leur donna en disant :
“Prenez, mangez, ceci est mon corps.”
Ayant aussi pris la coupe et rendu grâces, il la leur donna en disant :
“Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’alliance qui est répandu pour la multitude, pour le pardon des péchés. Je vous le dis, désormais, je ne boirai plus de ce fruit de la vigne jusqu’au jour où je le boirai, nouveau, avec vous, dans le Royaume de mon Père.”

Prière d’intercession & Notre Père
Nous prions les uns pour les autres :

Dieu de la vie, nous te prions
Pour que tombent les résistances qui nous empêchent de te rencontrer, Pour que nous inventions de nouvelles manières de nous retrouver les uns les autres, Donne-nous la force de l’amour, qui fait du plus éloigné, l’être le plus proche. Que soit enlevé de nos cœurs le levain de la haine,
Et que la grâce du pardon descende encore et encore jusqu’à nous. Que le levain de la réconciliation lève la pâte de toutes nos relations humaines, personnelles, conjugales, familiales, professionnelles, ecclésiales, œcuméniques, interreligieuses. Que le cœur de chaque être humain soit éveillé à l’écoute de cette Parole de réconciliation, remets en nos mémoires le ministère de réconciliation auquel nous sommes appelés.
Puissions-nous y reconnaître, chacun à notre manière, et selon nos expériences, ta présence, et d’y découvrir ta fidélité solide
Renouvelle en nous, le courage d’ouvrir nos mains, Qu’elles nourrissent les affamés, Qu’elles puissent vêtir celles et ceux qui sont nus, Qu’elles guérissent celles et ceux qui sont blessés, Qu’elles soutiennent les faibles. Ouvre nos yeux, qu’ils voient la lumière, Et nos oreilles, qu’elles reconnaissent ta voix. Que soit vaincue notre lassitude, Et que ta paix soit établie dans nos cœurs, en nous et entre nous.
(d’après un texte de Drutmar Cremer, Prières ouvertes sur l’avenir, Bruxelles 1973).

Nous rassemblons toutes nos prières dans celle que Jésus nous a laissée :

Notre Père qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne nous aujourd’hui notre pain de ce jour, pardonne nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal. Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, aux siècles des siècles, amen.

Répons : Jésus ta voix nous convie
Jésus ta voix nous convie
A ce festin de la vie,
En ce lieu tout me retrace
Les prodiges de ta grâce.
Fais qu’aujourd’hui, je contemple,
Tes charités sans exemple,
Avant de me nourrir d’elles,
A tes tables éternelles.

Invocation
Dieu de la vie, nous sommes libres ce matin, de nous approcher de cette table que tu as préparée pour nous.
Nous faisons mémoire des paroles et des gestes de Jésus-Christ, de sa mort et de sa résurrection. Nous faisons mémoire de celles et ceux qui sont empêchés en ce jour de partager le pain et le vin de la cène. Fais toutes choses nouvelles dans nos cœurs pour que nous portions à notre tour cette nouveauté dans le monde. Amen

Invitation spéciale
Pour partager la Cène, nous demandons que chacun, chacune reste à sa place et nous passerons le plat avec le pain, et les verres avec le vin.

Invitation & communion
« Voici, je me tiens à la porte et je frappe, dit le Seigneur. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je prendrai la Cène avec lui et lui avec moi. »

Communion
« Le pain que nous partageons est communion au corps du Seigneur Jésus-Christ.»
« La coupe de bénédiction pour laquelle nous rendons grâces est communion au sang du Seigneur Jésus-Christ, qui a été versé pour tous en signe de la nouvelle Alliance de Dieu avec le monde. »

Action de grâces
Prière : l’homme d’espérance

L’homme d’espérance est un veilleur.
Il est campé dans les nuits
Mais l’unique clarté a fait chanter son âme.
L’homme d’espérance est un veilleur.
L’homme d’espérance est un cri,
Il annonce le jour
Lorsque rien ne le montre.
Il proclame des pas quand tout paraît désert.
Il crie que « Quelqu’un vient »
Alors qu’on n’attend plus. L’homme d’espérance est un cri.

L’homme d’espérance est un cantique.
Il chante à pleine voix
Pour éveiller les morts.
Il n’a rien d’autre à faire sur la terre des hommes
Que de passer sa vie
À raconter la Tienne.
L’homme d’espérance, Seigneur,
Est Ton CANTIQUE.
(Soeur Myriam, diaconesse de Reuilly)

Bénédiction finale
Recevons la bénédiction de la part de Dieu :

Le Père vivifie en vous la grâce de votre baptême.
Le Christ ressuscité accompagne toute votre vie.
L’Esprit vous fait participer dès maintenant au monde nouveau.
Allez avec la force qui vous est donnée.
Que la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence garde vos cœurs et vos pensées. Toute votre personne entière. Allez dans la paix de votre Seigneur. Amen.

Répons : Ô Seigneur tu nous as fait voir
Ô Seigneur tu nous as fait voir
Et ton amour et ton pouvoir
Dans maintes délivrances.
Fais-nous voir encore aujourd’hui,
L’œuvre que ton amour construit
Et quelle est ta puissance.
Toute la terre et tous les cieux
Ensemble tournés vers leur Dieu
Célèbrent sa présence.
A toi qui fais notre bonheur
A toi grand Dieu soient tout honneur
Force et magnificence !

Sortie.

Orgue.

Paroles des chants du dimanche 29 mai 2022

Psaume : Psautier français N°33 « Réjouis-toi peuple fidèle », strophes 1, 3 & 5.

1 - Réjouis-toi, peuple fidèle,
Acclame Dieu à pleine voix !
Sa louange est séante et belle
Dans la bouche des hommes droits.
Sur un air de fête
Sonnent les trompettes
Pour un chant nouveau;
Les cors, les cithares,
Les voix les plus rares,
Les sons les plus beaux !

2 - Ta parole agit sur la terre
Avec droiture et vérité.
Partout son œuvre de lumière
Y fait rayonner ta bonté.
Que ta voix résonne :
Le chaos s'ordonne,
Le ciel resplendit ;
Sources et rivières
Arrosent la terre,
Le désert fleurit.


3 - Tu brises l'orgueil des puissances
Et tous leurs plans sont renversés,
Mais tu poursuis sans défaillance
Les projets que tu as formés.
Si, cherchant sa route,
Un peuple t'écoute,
Il vivra heureux ;
Il verra les signes,
Qui déjà désignent
La Cité de Dieu.

5 - Seigneur, notre âme est confiante,
Ta parole est son bouclier ;
En toi elle a mis son attente
Et sur ton nom veut s'appuyer.
Ton amour habite
L'homme qui médite
Ta promesse, ô Roi,
Et ta bonté garde,
Qui vers toi regarde,
Qui espère en Toi.

Cantique : Louange et Prière N°155 « O Roi des cieux », Strophes 1 à 4.

Strophe 1
Ô Roi des cieux, qui glorieux,
    remonta de la terre,
Nous t’adorons  et nous t’offrons
    notre ardente prière.

Strophe 2
Notre bonheur, est, ô Sauveur,
    de t’aimer, de te plaire,
De te servir, et d’obéir,
    à ta loi salutaire.
Strophe 3
Jésus, sois-nous, propice et doux ; 
    que ton pouvoir céleste,
Sur tes sujets, o Roi de paix,
    toujours se manifeste.

Strophe 4
Par ta faveur, divin Sauveur,
    unis à ta victoire,
Nous espérons que nous aurons
    un jour part à ta gloire.

Cantique : Louange et Prière n°338 « Ô Jésus tu nous appelles », Strophes 1 & 2

Strophe 1
O Jésus ! Tu nous appelles
    à former un même corps ;
Tu veux que saint et fidèles,
    nous unissions nos efforts.
Fais que rien ne nous divise,
    nous, ton peuple racheté.
Et qu’à jamais ton Église
    demeure dans l’unité.
Strophe 2
O toi qui scellas toi-même
    par ton sang notre union,
Apprends-nous comment
    on aime d’une sainte affection.
Allume en nous, tendre Maître,
    un amour toujours nouveau ;
Alors tous pourront connaître
    que nous sommes ton troupeau.

Paroles des répons du temps de Pâques

Après la salutation
Répons : « O Seigneur ta fidélité » (Ps. 36, str.1).

O Seigneur ta fidélité
remplit les cieux et ta bonté
Dépasse toute cime.
Ta justice est pareille aux monts
Tes jugements sont plus profonds,
Que le plus grand abîme.
De la puissance du néant
Tu veux sauver tous les vivants,
Toute chair, toute race,
Les hommes se rassembleront,
Autour de toi, ils trouveront,
Leur paix devant ta face.

Après la volonté de Dieu
Répons : « Parle, parle Seigneur, ton serviteur écoute » (Arc-en-Ciel n°484, str.3)

Proclame ta Parole,
Lumière pour nos vies,
Rassemble tous les membres
En un seul corps, unis,
Et fais de tous les hommes
Tes instruments de paix
Pour restaurer le monde,
Selon ta volonté ! 

Après la prière de repentance
Répons : « Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.1)

Mon Rédempteur est vivant,
C’est en lui seul que j’espère,
La mort le tenait gisant
Dans l‘étreinte de la terre ;
Mais Dieu reste le plus fort,
Jésus a vaincu la mort.

Après l’annonce de la grâce
Répons : « Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.2)

Je ne craindrai désormais
Aucun pouvoir de ce monde
Car tu nous donnes la paix
Où toute autre paix se fonde,
Garde-nous dans ta clarté,
Ô Jésus ressuscité.

Après la confession de foi
Répons : « Mon Rédempteur est vivant » (L&P n°149 ou Arc-en-Ciel n°475, str.3)

Dans ma vie de chaque jour,
Je partagerai ta gloire ;
Je vivrai dans ton amour,
Le bonheur de ta victoire
Et dans ton éternité,
Nous chanterons ta beauté.

Cène
« Pare-toi pour une fête» (L&P n°205, str. 1&2)

Strophe 1
Pare-toi pour une fête
O mon âme tiens-toi prête
Monte plus haut que la terre
Vers la céleste lumière.
Ton Seigneur t'offre une place
Au grand banquet de sa grâce ;
Ce Maître au pouvoir immense
Avec toi fait alliance.

Strophe 2
Jésus, ta voix nous convie
A ce festin de la vie ;
En ce lieu tout me retrace
Les prodiges de ta grâce ;
Fais qu'aujourd'hui je contemple
Tes charités sans exemple,
Avant de me nourrir d'elles
A tes tables éternelles !

Après la bénédiction

Répons : « Ô Seigneur, tu nous as fait voir » (Ps. 68, str.5).

O Seigneur, tu nous as fait voir
Et ton amour et ton pouvoir
Dans mainte délivrance.
Fais-nous voir encore aujourd’hui
L’œuvre que ton amour construit
Et quelle est ta puissance.
Toute la terre et tous les cieux
Ensemble tournés vers leur Dieu
Célèbrent sa présence :
A toi qui fais notre bonheur,
A toi, grand Dieu, soient tout honneur,
Force et magnificence.

Lecture de la Bible

2ème lettre aux Corinthiens chapitre 5, versets 11 à 20 [Nouvelle Bible Segond]

Au service de la réconciliation

11 Connaissant donc la crainte du Seigneur, nous cherchons à persuader les humains ; nous sommes en pleine lumière devant Dieu, et j’espère être aussi en pleine lumière dans votre conscience.
12 Nous n’allons pas nous remettre à nous recommander nous-mêmes à vous ; mais nous vous donnons une occasion d’être fiers de nous, pour que vous ayez de quoi répondre à ceux qui mettent leur fierté non pas dans le cœur, mais dans les apparences.
13 En effet, si nous avons perdu la raison, c’est pour Dieu ; si nous sommes raisonnables, c’est pour vous.
14 Car l’amour du Christ nous presse, nous qui avons discerné ceci : un seul est mort pour tous, donc tous sont morts ;
15 et s’il est mort pour tous, c’est afin que les vivants ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et s’est réveillé pour eux.
16 Ainsi, nous, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair ; même si nous avons connu le Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière.
17 Si quelqu’un est dans le Christ, c’est une création nouvelle. Ce qui est ancien est passé : il y a là du nouveau.
18 Et tout vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.
19 Car Dieu était dans le Christ, réconciliant le monde avec lui-même, sans tenir compte aux humains de leurs fautes, et mettant en nous la parole de la réconciliation.
20 Nous sommes donc ambassadeurs pour le Christ ; c’est Dieu qui encourage par notre entremise ; au nom du Christ, nous supplions : Laissez-vous réconcilier avec Dieu !

Vidéo du culte entier

À Voir également