Question de visiteur & réponse proposée. Ces questions et réponses ont été rendues anonymes
en changeant quelques détails (prénoms, ville, âge exact, profession...).

question
précédente
triangle liste triangle suivante

 

L'homme, le taureau, le lion et l'aigle

Dans la symbolique chrétienne, on a associe un homme à un taureau un lion et un aigle, pouvez-vous me préciser cela?

Merci.

o0o

Il y a dans la Bible des livres qui ont un style assez curieux, un peu du genre des romans de science-fantasy, avec des dragons, et autres créatures imaginaires. Si le style est un peu étrange, ces textes parlent quand même de choses qui nous concernent, du sens de la vie humaine en relation avec Dieu.

Dans cette littérature on parle plusieurs fois de 4 créatures à 1/2 humaines qui portent le char de Dieu: "quant à la figure de leurs faces, ils avaient tous une face d'homme, tous les quatre une face de lion à droite, tous les quatre une face de boeuf à gauche, et tous les quatre une face d'aigle." (Ézéchiel 1:4-10, 10:14, Apocalypse 4:7)

Comme l'église chrétienne a gardé 4 témoignages principaux sur Jésus (les 4 évangiles de Matthieu, Marc, Luc et de Jean), les chrétiens se sont amusés à identifier les 4 auteurs de ces évangiles aux 4 créatures spéciales qui portent le char de Dieu dans le livre d'Ézéchiel. C'est Saint Jérôme (au Ve siècle) qui a proposé de se baser sur le début de chacun des évangiles pour associer un évangéliste à une des créatures:

  • comme l'Évangile selon Matthieu commence par la généalogie de Jésus, Saint Jérôme lui a attribué l'homme
  • comme l'Évangile selon Marc commence par la prédication de Jean-Baptiste dans le désert, Saint Jérôme lui a attribué le lion, animal du désert.
  • comme l'Évangile selon Luc commence dans le temple de Jérusalem, Saint Jérôme lui a attribué le taureau, animal que l'on offrait souvent en sacrifice dans le temple.
  • comme l'Évangile selon Jean commence par une introduction très philosophique, Saint Jérôme lui a attribué l'aigle qui vole très haut dans le ciel.

Ces symboles se retrouvent un peu partout dans les œuvres d'art, par exemple dans les sculptures des cathédrales.

Amitiés

pasteur Marc Pernot

Réaction d'un visiteur de oratoiredulouvre.fr

Cher Monsieur,

Ma récente condition de malentendant (maladie de Menière) qui m’a, hélas, éloigné de beaucoup d’activités, me conduit aujourd’hui à lire davantage et aussi à « naviguer sur le Net », ce qui m’a permis de découvrir le site de l’Oratoire du Louvre et ses nombreuses informations.

A propos de lecture et m’intéressant particulièrement à l’Évangile de Jean, et plus encore à son Prologue, l’occasion m’a été donnée dernièrement de lire le commentaire qu’en a fait Maître Eckhart. Dans sa préface, Eckhart indique, parlant d’Ez 17, 3-4, que « Cet aigle , c’est Jean l’Évangéliste lui-même » ; or, dans ma Bible (NBS), une note relative à Ez 17, 3 indique que,  concernant le grand aigle, « il s’agit de Nabuchodonosor, roi de Babylone ».

Que peut-on comprendre de ces indications divergentes : Jean l’Évangéliste et  Nabuchodonosor ?

Notamment, doit-on considérer que cette version d’Eckhart procède d’une approche propre au courant mystique rhénan  des XIIème et XIIIème siècles (la grâce divinisante), empreint d’allégorisme et de symbolisme ? Et si oui, quelle valeur peut-on accorder à une telle approche dont il faut bien convenir qu’elle « perturbe » sérieusement la lecture que nous faisons habituellement de l’Écriture. Certes, nous savons que la compréhension de ce que nous croyons se situe à différents niveaux, mais à ce point, cela devient un exercice difficile, qui semble en quelque sorte réservé à des initiés !

Peut-être pourrez-vous m’éclairer car autour de moi, les avis restent plutôt vagues…

Bien fraternellement à vous,

Réponse :

Bonjour Monsieur

Effectivement, c'est dans le livre d'Ézéchiel qu'il est question de ces quatre créatures à 1/2 humaines qui portent le char de Dieu: "quant à la figure de leurs faces, ils avaient tous une face d'homme, tous les quatre une face de lion à droite, tous les quatre une face de boeuf à gauche, et tous les quatre une face d'aigle." (Ézéchiel 1:4-10, 10:14)

Une note de votre Bible dit que cet aigle est Nabuchodonosor, c'est probablement vrai sur le plan historique, au moment de la rédaction du texte.

Mais ces textes bibliques ne sont pas des reportages au sens où nous l'entendons maintenant. S'ils ont été repris dans la Bible c'est qu'ils ont été compris comme ayant un sens qui dépasse l'anecdote qui a motivé la première rédaction. Ces textes ont donc un sens qui transcende l'histoire et il est légitime de voir dans cet aigle des choses qui concernent le lecteur et non seulement l'auteur, chacun des lecteurs, à travers toutes les générations, et donc nous sommes appelés aussi, à notre tour, à oser une interprétation personnelle.

Et donc, oui, nous pouvons, quel que soit notre degré d'instruction, lire la Bible et chercher un sens pour notre existence personnelle. Un peu comme Maître Eckhardt, mais évidemment, lui, par son élévation a une interprétation qui a une portée plus universelle que celle d'une petite bergère. Mais il n'empêche, personne ne peut lire la Bible comme la petite bergère à la place de la petite bergère, pas même Maître Eckhardt.

Amitiés

Marc Pernot

réagir sur ce sujet
question
précédente
triangle liste triangle suivante
poser une question

L'Oratoire du Louvre et Paris

L'Oratoire du Louvre et Paris