Question de visiteur & réponse proposée. Ces questions et réponses ont été rendues anonymes
en changeant quelques détails (prénoms, ville, âge exact, profession...).

question
précédente
triangle liste triangle suivante

 

Jalouse de Jésus, pourquoi lui (et pas moi) ?

Bonjour,

Je suis devenue accro à votre site depuis environ une semaine que je l'ai découvert. Je suis catholique, et je cherchais des informations sur les miracles : symboles ou réalité ? J'ai lu vos réponses à ce sujet. Je me demande si l'Eglise catholique partage votre point de vue (miracle = symbole).

Je suis très séduite par le protestantisme, notamment par cette liberté qu'elle accorde aux croyants. Mais pour être tout à fait honnête, la religion m'importe peu. J'ai une foi inébranlable : que pourrait m'apporter de plus une conversion au protestantisme ?

Par ailleurs, si j'aime Dieu immensément, j'ai beaucoup plus de mal à aimer Jésus. Au mieux, il m'indiffère ; au pire, je le trouve orgueilleux et ça me le rend antipathique ... Parfois, je me demande si je ne suis pas tout simplement jalouse de lui !!! Dieu l'a distingué parmi les hommes, il lui parle "pour de vrai" ... et nous alors ?

Encore une chose : le Christ ressuscité, c'est un symbole ou une réalité ?

Juste une dernière question : je suis secrètement (je m'en cache parce que j'ai honte) très orgueilleuse. Connaissez-vous des textes qui pourraient m'aider à progresser ?

Merci mille et mille fois de prendre du temps pour nous. ?

 

Merci beaucoup pour ces encouragements très sympathiques.

Oui, il y a bien des catholiques pour lire les miracles comme des signes d'un miracle spirituel que Dieu fait dans notre existence. Par exemple le célèbre Jacques Duquesne qui appelle ces récits de miracle des "théologoumènes" (ses livres se vendent partout en livre de poche). Certaines personnes, catholiques ou protestantes, croient bien sûr )à la réalité historique des miracles, cela n'empêche pas de les lire comme des signes d'une action spirituelle de Dieu dans notre vie, comme on le voit dans l'évangile selon Jean 20:30-31. Cette lecture allégorique des miracles ne vient donc pas d'aujourd'hui, ni de la réforme. L'apôtre Paul la pratique aussi.

Il est inutile, effectivement de vous "convertir" au protestantisme. Comme vous le dites, l'important est la relation à Dieu, et la conversion, c'est de se tourner vers lui. La religion n'est, dans le protestantisme, qu'un moyen utile pour réfléchir sur sa foi, pour nous aider à cheminer vers Dieu, à grandir... Et donc je ne suis pas sur que la religion importe peu. C'est comme le sport, certains rendent agressifs ou abîment la santé, d'autres apportent un certain développement. Ça peut aussi dépendre des gens, du moment. Il importe donc de trouver une communauté, des lieux où l'on se déplace physiquement pour recevoir quelque chose d'inattendu, en particulier avec d'autres gens. Vous n'êtes pas obligée de vous déclarer officiellement protestante, ou catholique, mais il n'est pas inutile de vous trouver un ou deux lieux où vous pouvez aller de temps en temps entendre des choses intelligentes (même si vous n'êtes pas toujours d'accord avec ce qui s'y dit, bien au contraire). Essayez du côté des dominicains, des jésuites, par exemple, et de divers temples protestants (renseignez-vous éventuellement sur le prédicateur, ils sont très divers dans nos églises réformées, alors si vous êtes dans un lieu où il y a un peu le choix, c'est une chance en plus).

On a le droit de ne pas trouver le Christ sympathique. Mais il y a quelque chose d'essentiel, à mon avis, qui se joue là. Je comprends que vous trouviez qu'il est orgueilleux quand il dit "nul ne va au Père que par moi" ou "sans moi, vous ne pouvez rien faire". Mais ce n'est évidemment pas Jésus de Nazareth qui est indispensable à toute personne vivant dans le monde à une époque quelconque, cela n'aurait pas de sens. Il suffit de remplacer Jésus par ce qu'il nous dit être l'essentiel : une juste relation à Dieu, aux autres et à soi même (Cf. "tu aimeras Dieu... et ton prochain comme toi-même") -> ces paroles qui auraient pu sembler orgueilleuses sont en réalité essentielles : sans amour, sans une juste relation à Dieu, à soi-même et aux autres on ne peut rien faire de bon. Et le "nul ne va au Père que par moi" devient : nul ne chemine, n'avance vers Dieu que s'il l'aime, s'il cesse de le craindre pour l'aimer et lui laisser une vraie place, la juste place dans son existence...

Oui, Jésus est intéressant car il est l'Homme, c'est à dire un petit peu nous-mêmes, ou le meilleur de nous-mêmes. Dieu lui parle et il veut nous parler. Dieu agit, fait des miracles par lui, et Dieu nous donne de faire des miracles, regardez sœur Emmanuelle ou Martin Luther King, et bien des gens "normaux" qui accomplissent dans la vie des miracles de foi, de solidarité, de force.

La résurrection du Christ est une réalité historique. Les disciples, même les plus proches étaient déçus par Jésus, désespérés, mort de peur devant des autorités assez violentes... Ils vont subitement retrouver un enthousiasme et un dynamiste tel que la foi en Jésus-Christ va se répandre en quelques années. Mais l'événement de la résurrection est spirituel. Les apôtres peinent à reconnaître Jésus même quand il marche à leur côté et mange avec eux, certains le voient, d'autre pas, il entre dans une pièce fermée et se volatilise en un éclair. S'il s'agissait d'un simple retour physique pendant quelques jours il y a 2000 ans, ce serait effectivement assez fort, mais cela ne nous concernerait pas tellement. Au contraire, je crois que la résurrection du Christ nous concerne, aujourd'hui encore on peut vivre cette résurrection, celle du Christ et la nôtre par la même occasion.

Vous êtes orgueilleuse ? C'est déjà un bon début, vous avez conscience de votre valeur, vous vous aimez, vous êtes en forme, reste juste à mobiliser cette énergie en mouvement positif et en service de l'autre.

pour ce qui est du mouvement positif, si je puis dire, vous pouvez relire le célèbre 1 corinthiens 13:1-14:1 en remplaçant "l'amour" par votre nom : Laure est patiente, pleine de bonté; Laure n'est jamais envieuse, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche pas son intérêt, elle ne s'irrite jamais, elle ne soupçonne pas le mal, elle ne se réjouit jamais de l'injustice mais elle se réjouit de la vérité; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. Bravo. Après, vous pouvez lire Luc 15, en particulier la parabole de la brebis perdue, qui vous encourage, non pas à vous trouver nulle (bien sûr que non), mais à vous considérer seulement à 99% juste, et à voir le petit % qui vous échappe pour être vraiment juste, et à aller chercher ce petit %, et à compter aussi sur Dieu pour vous aider à vous apercevoir de cette perte et à le rechercher jusqu'à ce que vous l'ayez trouvé.

pour ce qui est du mouvement vers les autres, l'estime de soi est essentielle. Quand on se prend pour une merde on a du mal à imaginer que l'on puisse sauver l'univers. Vous êtes excellente, très bien, vous êtes alors sans doute prête à aimer votre prochain et lui apporter plein de choses. Reste peut-être à savoir qui et comment. Là aussi, la foi peu aider, et dans le cadre des églises il y a pas mal de gens formidables et dévoués (il n'y a pas que ça, mais il y en a quand même toujours pas mal), avec qui vous pourrez faire des choses formidables.

Bonne route et amitiés.

pasteur Marc Pernot

 

réagir sur ce sujet
question
précédente
triangle liste triangle suivante
poser une question

L'Oratoire du Louvre et Paris

L'Oratoire du Louvre et Paris