Question de visiteur & réponse proposée. Ces questions et réponses ont été rendues anonymes
en changeant quelques détails (prénoms, ville, âge exact, profession...).

question
précédente
triangle liste triangle suivante

 

Des professeurs anti-protestants ?

Bonjour,

Je vous adresse une question qui me lancine. Durant mes études, je suis tombée dans un milieu très anti-ecclésiastique mais avant tout anti-protestant. Le niveau de réflexion ne m'a pas paru très élevé, ma prof de sociologie et mon prof d'économie ont parlé de Luther comme s'il caricaturaient un guignol: quelqu'un de tourmenté, une sorte de caricature luciférienne "quelqu'un qui se flagellait", très perturbé en somme, et il nous fallait donc comprendre que ce n'est pas étonnant que cette religion et les valeurs qu'elle porte aient des répercussions aussi catastrophiques au niveau mondial, social et économique; les protestants sont montrés dans cette formation (reconnue et validée par l'Etat), comme des sortes de malades; implicitement dans cette profession, on n'ose pas trop toucher au judaïsme, il faudrait quand même pas avoir l'air de nazi, quant à l'islam motus et bouche cousue, c'est un peu trop brûlant comme sujet, mais sur les protestants, on peut y aller pas de problème.

La prof de socio s'est appuyé sur Max Weber et dit que le protestantisme avait "nourri une belle vipère", (je cite texto, je n'en rajoute même pas) elle parlait évidemment du capitalisme. Bref tous les maux actuels de la société seraient imputables de près ou de loin au protestantisme: domination cynique de l'argent, société et monde à deux vitesses, exclusion, pauvreté, exploitation des faibles.

En tant que protestante je me suis sentie littéralement insultée (mais aussi très ébranlée). Que pensez-vous de cette vision des choses ? En tant que théologien que diriez-vous des idées de Max Weber ? Comment concilier foi protestante et responsabilité historique face au monde tel qu'il est, si cette responsabilité existe ?

Je vous remercie par avance si vous pouvez m'éclairer un peu.

 

o0o

Bonjour,

A mon avis, vous êtes tombée sur un professeur de sociologie qui a un ou des problèmes personnels, c'est tout. Il est certain que l'on peut critiquer le protestantisme, comme tout mouvement d'idée, comme toute religion ou idéologie. Mais voir dans le protestantisme, ou plus largement dans le christianisme une calamité me semble malhonnête. Le bilan présente certainement des points négatifs, évidemment, et Luther n'est pas pour nous Jésus-Christ, Calvin non plus (il a même laissé brûler un homme pour des raisons théologiques), mais le bilan présente aussi bien des points positifs, et non des moindres. Apparemment, votre professeur ne les a pas relevé, mais il a seulement monté en épingle des points négatifs, et inventé de façon fantaisiste d'autres conséquences épouvantables. Ce professeur est donc apparemment un intégriste, du genre athée peut-être, ou une personne traumatisée par quelque chose qui lui fait rejeter de façon déraisonnable le protestantisme ou le christianisme. A mon avis cela appelle plus la compassion que le combat. Ce dont a besoin ce professeur, à ce stade, c'est plutôt d'un psychiatre que d'argumenter raisonnablement.

Le lien entre le libéralisme économique et le protestantisme n'est absolument pas prouvé. Le protestantisme est pour la liberté et la responsabilité individuelle dans le domaine de la foi. Il a toujours cherché à ouvrir chacun au soucis du plus petit, du plus faible, du plus pauvre, le considérant comme digne du meilleur, en particulier d'accéder à la culture, à une pensée personnelle affranchie du pouvoir des puissants et des institutions, et digne d'être en relation directe avec Dieu... Bien entendu, on peut toujours prétendre que cet appel à la liberté et à la dignité de l'individu a conduit à l'individualisme sauvage, mais cela me semble spécieux. Même si c'était le cas historiquement, ce qui est loin d'être vérifié, ce serait un accident, une dérive malheureuse à un bon principe. Devrait-on renoncer à l'idée de libération sous prétexte que certains ont fait de la liberté un prétexte pour faire n'importe quoi ?

Il n'est pas inintéressant de noter les points sur lesquels le protestantisme a été mauvais dans le passé, en elle-même, la Réforme porte en soi l'impératif de se réformer sans cesse. Nous ne craignons donc pas la critique, au contraire, elle alimente notre réflexion et notre appel à avancer. Mais en l'occurrence, il me semble que le réquisitoire de votre professeur est haineux, déraisonnable, et c'est par le fait même assez pénible, distilant de la haine et l'intolérance parmi les humains.

A mon avis, si un tel professeur peu soucieux de respecter les opinions religieuses des élèves est accepté dans l'équipe pédagogique de votre école, cela semble difficilement imaginable que l'administration de votre école n'en ait pas conscience, peut-être que les responsables de votre école sont eux-mêmes très marqués par une telle ligne idéologique ? Ce ne serait alors pas très utile de signaler la conduite peu respectueuse de ce professeur, et pas mal de stress pour vous. Ayez vos opinions, soyez vous-même, pensez par vous-même, et ça ira très bien comme cela.

Amitiés

pasteur Marc Pernot

 

réagir sur ce sujet
question
précédente
triangle liste triangle suivante
poser une question

L'Oratoire du Louvre et Paris

L'Oratoire du Louvre et Paris