Oratoire  du  Louvre .fr Recherche sur oratoiredulouvre.fr

 

Bienvenue

Page d'accueil
Contacts
Accès à l'Oratoire
Agenda des rencontres
Activités pour tous
Activités de Jeunesse
Catéchisme d'adulte
Bulletin
Concerts à l'Oratoire
Patrimoine
Soutenir l'Oratoire
Faire une offrande en ligne
Quelques souvenirs
Blog: réflexions & débats

Réflexion

Questions & Réponses
Prédications
Petit dico de théologie
Articles / Dossiers
Audio / Vidéo
Téléchargements
le Protestantisme
Confessions de Foi
Histoire Protestante
La croix Huguenote
Nuit de l'éthique
Anciennes Prédications

En Relation à Dieu

Prier chez soi
Lire la Bible
Le Culte
Textes pour un Culte
Communion (Ste Cène)
Baptême d'enfant
Baptême d'adulte
Profession de foi
Mariage
Service Funèbre

Ouvertures

Entraide de l'Oratoire
Fondation de l'Oratoire
Chœur de l'Oratoire
Eglise Réformée
Fédération Protestante
Scoutisme
La Clairière
Évangile et liberté
Cantates de Bach
Liens vers d'autres sites

 

 

Le Bon BergerQuelques illustrations chrétiennes des premiers siècles

 

Par ces représentations, les chrétiens des premiers siècles répondent à cette question : qu'est-ce qui est essentiel pour moi en Christ ? Quelle espérance, quel salut nous a-t-il apporté ?

 

Voici d'abord, la représentation de Jésus la plus fréquente au cours des 3 premiers siècles:

Le Bon Berger

Christ berger (statue de 225)

( plafond d'une salle dans les catacombes de Priscilla à Rome )

 

(statue en marbre du 4e siècle représentant Jésus,
trouvée à El Mina près de Gaza, Rockefeller museum )

 

L'image de loin la plus fréquente pour représenter le Christ et ce qu'il nous apporte est un berger portant une agneau.

Cela est révélateur de ce qui a été considéré par les premiers chrétiens comme étant le coeur de l'Évangile du Christ, et le salut offert par Dieu en Christ.

Bien entendu, Jésus n'était pas berger au sens littéral du terme (il était charpentier, puis rabbi). Et la plupart des disciples ne l'ont pas connu adolescent comme il apparait le plus souvent sur ces représentations.

Le berger portant une brebis fait référence à une parole fondamentale de Jésus, c'est une courte parabole où Jésus explique son attitude vis-à-vis des personnes pas bien comme il faut. Il se compare alors à un berger qui va rechercher la moindre des brebis perdues, et qui se réjouit beaucoup quand il a pu la trouver et ramener sur ses épaules (Luc 15)

Cette figure du berger comme l'image même de la grâce est très connue de la Bible. Dieu lui-même est souvent comparé à un berger (Psaume 23,...), et les plus grandes figures de l'histoire d'Israël étaient bergers (Abel, Abraham, Moïse, David...)

Si le Christ est représenté comme un jeune homme, et non pas comme un homme d'une trentaine d'année, c'est là aussi un message théologique. Il est l'Homme véritable, puisqu'il est vraiment Fils de Dieu. Pour représenter cela, les chrétiens l'ont figuré dans la force de la jeunesse. Cela illustre également des passages de la Bible parlant de la nouvelle naissance (Jn 3), ou du rajeunissement intérieur par l'Esprit (le 2 Cor 5).

Dans plusieurs de ces images, le Christ berger porte non pas une brebis mais visiblement un bouc, et dans la fresque ronde, on distingue à ses pieds une brebis à sa droite et un bouc à sa gauche. Cela fait imanquablement penser à une autre parabole essentielle de Jésus que l'on trouve dans l'évangile selon Matthieu (chapitre 25:31-46) où les boucs représentent les pécheurs et les brebis les justes. Il y a par conséquent dans cette image une lecture très intéressante par la jonction de ces deux paraboles, Christ étant ainsi venu pour sauver les pécheurs, même les boucs que nous sommes par certains côtés. Voir cette prédication à ce sujet.

Les colombes encadrent cette scène, signifiant le salut et la paix (voir plus bas)

sarcophage chrétien

Jésus en berger au centre, peut-être les femmes découvrant Jésus ressuscité à droite, et les apôtres, à gauche, en train de consulter les écritures ?

 

Sur cette lampe à huile on retrouve une représentation du bon berger.

Il y a également ici deux autres éléméments symboliques forts:

D'abord, le fait que ce soit une lampe, cela illustre la notion de Christ "lumière du monde" (Jean1:9, 8:12 ; 9:5), d'autant plus que c'est une lampe à huile. Car l'huile est un symbole majeur dans la Bible pour la bénédiction de Dieu. Christ signifie d'ailleurs "qui a reçu l'onction d'huile" (il ne l'a probablement pas reçue physiquement, mais spirituellement).

un décor de vigne et de raisins, là encore il s'agit de symboles bibliques bien connus dans la Bible Hébraïque et dans l'Évangile (citons par exemple Jn 15 où Jésus est présenté comme le Cep, et nous comme les sarments).

( vers 300 )

 

Cette lampe à huile comporte également une représentation de Jésus en berger portant un mouton et faisant paître d'autres. La lampe évouqe le Christ berger, lumière, il y a aussi une représentation de Jonas (recraché par le poisson et couché à l'ombre de son ricin, évoquant le livre de Jonas et l'évangile selon Luc 11:29-30 "de même que Jonas fut un signe pour les Ninivites, de même le Fils de l'homme en sera un pour cette génération.", et d'autres allusions bibliques au dessus)

Le plus souvent, le Bon berger (le Christ) porte un mouton.

Mais il y a aussi des représentations où des moutons sont sur leurs pattes, ce qui évoque plus particulièrement le passage de l'Évangile selon Jean au chapitre 10, où Jésus explique sa mission comme étant celle d'un "bon berger".

L'insistance est alors portée sur la fonction du Christ comme conducteur, comme guide, le Christ Vérité, Chemin et Vie de Jn 14.

Alors que le Berger portant le mouton insiste plus sur le Christ comme Sauveur, comme nous donnant la vie gratuitement.

Comme ces deux fonctions du Christ Berger sont complémentaires, bien des images combinent le Christ portant un agneau, et en guidant d'autres qui tournent leur face vers lui.

Sur cette image on a également deux arbres, celui de gauche semble être un saule, et celui de droite est un olivier. Le saule évoque un arbre poussant près d'un cours d'eau (comme dans le Psaume 1, enraciné dans la Parole de Dieu). L'olivier évoque le Christ, producteur d'olive comme le Christ porte la bénédiction de Dieu.

 

(Catacombes de Rome, en 284)

 

 

 

Sur cette représentation symbolique du Christ, datant du début du IIIe siècle (Catacombe de Calixte):

nous retrouvons les deux moutons, celui qui est porté et celui qui est guidé,

le coq évoque le reniement de Pierre (Jn 18:27), et nous propose ainsi à reconnaître notre propre infidélité au Christ,

le seau évoque le Christ comme nous donnant "l'eau vive", une source de bénédiction qui jaillit directement au plus profond de nous-mêmes (Jn 4:10, Jn 7:38).

 

(fresque, catacombes, vers 300)

Joli Christ sur le plafond d'une salle. La barbe évoque plutôt la sagesse du philosophe. L'auréole exprime sa royauté.

L'alpha (A) et l'oméga (w) sont la première et la dernière lettres de l'alphabet grec. Cela fait référence à un texte de l'Apocalypse de Jean, où le Christ dit:

Voici, je fais toutes choses nouvelles... C'est fait! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement. Apoc 21:5

(la plus ancienne représentation du Christ connue est probablement ce graphiti injurieux, vers 150)

Ce graphiti a été fait au 2e siècle sur un mur de Rome (colline Palatin). La légende signifie " d'Alexamenos rend un culte à son Dieu". Alexamos est donc représenté à gauche, levant les bras en signe de prière, de louange, selon l'habitude des premiers chrétiens (voir plus bas). L'homme crucifié avec une tête d'âne représente le Christ.

L'auteur du graphiti trouve donc complètement ridicule qu'Alexamenos puisse reconnaître comme sauveur un homme crucifié.

À cette époque, et en encore pour plusieurs siècles, un chrétien ne représentait jamais Jésus en croix. La croix était une réalité trop affreuse, trop diffamante. Ce n'est qu'à partir du IVe siècle que l'image du Christ en croix apparait.

 

Voici ensuite un symbole très fréquent lui aussi au cours des 3 premiers siècles:

Le Chrisme

 

 

 

 

 

 

 

 

Au centre, il y a un X et un P entrecroisés , il s'agit des deux premières lettres du mot Christ en grec (cristos), le R grec ressamblant à un P dans notre alphabet, et le Ch grec ressemblant à notre X.

Parfois, on a simplement , un I et un X entrecroisés: les initiales de Jésus (I) et de Christ (X).

Dans les deux cas, ce monogramme est une simple abréviation pour désigner Jésus Christ, c'est à dire Jésus comme notre sauveur, et comme sauveur de l'humanité, le messie, le Christ

Ce nom est important, bien entendu, dans le Nouveau Testament. Être disciple du Christ, c'est comme être marqué de son nom:

Pierre leur dit: Convertissez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, à cause du pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.(Actes 2:38)

À partir du IVe siècle, peut-être que ce signe deviendra un petit peu pour certains, comme un "sésame ouvre-toi", permettant d'obtenir ce que l'on désire? L'histoire raconte que l'empereur romain Constantin gagna miraculeusement une victoire militaire formidable en peignant ce signe sur le bouclier de ses soldats (en 313).

Souvent, le est encadré de deux autres lettres: un alpha (A) et un oméga (w), qui sont la première et la dernière lettres de l'alphabet grec. Cela fait référence à un texte de l'Apocalypse de Jean, où le Christ dit:

Voici, je fais toutes choses nouvelles... C'est fait! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement. Apoc 21:5

"Aw " se lit donc : Christ est le commencement de quelque chose de vraiment neuf dans l'histoire de l'humanité, et dans l'histoire de la vie de chacun. Et Christ est la finalité, c'est à dire le sens-même, l'accomplissement de la création, le sens et l'accomplissement de notre vie.

 

Sur les tombes chrétiennes des premiers siècles (dans les catacombes, par exemple), on voit souvent "wA", avec le w avant le A, comme pour annoncer la résurrection. La fin (mort biologique) est le début d'une vie nouvelle grâce au Christ.

Les autres symboles que l'on voit ici sont également très fréquents:

les deux petites rivières qui coulent en dessous, évoquent le Christ comme nous offrant "l'eau vive", comme déjà évoqué plus haut (Jean 4:10, Jean 7:38, Apoc 21:5)

la couronne de palme évoque le salut, la vie éternelle que nous offre le Christ. En effet, le palmier, comme le saule est un abre qui pousse au bord de l'eau, il évoque ainsi le croyant qui se nourrit de la bénédiction de Dieu (comme dans le Psaume 1)

 

Comme sur cette scène gracée sur un tombeau, vers la fin du IVe siècle on voit apparaître une croix dans les images chrétiennes. Ici, il y a le chrisme, avec une couronne de palme, les flots d'eau vive, des colombes et une croix.

Les soldats renvoient à l'épisode des soldats romains endormis à la résurrection de Jésus-Christ.

Cette représentation de la croix ne me semble pas exalter la croix comme sacrifice puisqu'elle est vide, que Jésus ne la porte pas ni n'est porté par elle. Mais la croix semble là comme symbole de la mort, dominée par des signes évoquant la résurrection. L'ensemble est ainsi un signe d'espérance pour la famille qui avait là le tombeau d'un être cher. Christ est signe de vie, signe de résurrection pour nous.

Ce tombeau se trouve à Rome (tiré des catacombes de Domitille, conservé au musée Pio Cristiano du Vatican, il doit dater de la 2e moitié ou de la fin du IVe siècle).

Colombes buvant dans un tonneau, un bassin ?
et Chrisme
lampe à huile avec chrisme et couronne de palme
Lampe à huile avec Chrisme et couronne de palme

Cela montre que Jésus est source de lumière : il nousdonne de l'utnomie dans la vie, nouspermettant de voir clair la vraie valeur de la vie, du monde, des êtres et de nous-mêmes, de voir les dangers, et par cette lumière qui vient de Dieu, il nous donne de pouvoir dicerner entre ce qui est bien et ce qui est mal.

“Jésus est la lumière du monde; celui qui le suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.” (Jean 8:12)

La couronne de palme est signe de la vie éternelle (voir ci-dessus)

 

 

Une autre figure majeure du Christ est un homme debout, priant les mains levées :

L'Orant

Le Christ, ou la personne sauvée est représenté en prière, dans une robe blanche de baptisé.

  • Les bras ouverts dans la prière montrent l'attitude du croyant face à son Dieu: une attitude d'accueil, d'attente, de réceptivité.
  • alors qu'une personne à genoux, mains jointe évoquerait plus la supplication, l'humilité devant un souverain puissant, qui pourait décider ne nous rejeter.

La position debout évoque la résurrection, la capacité à avancer. La robe blanche évoque la pureté que Dieu choisit de nous offrir en nous regardant avec respect et bienveillance comme son enfant (comme dans la parabole du fils prodigue de Luc 15).

Le geste des mains ouverte évoque aussi la joie, le bonheur de celui qui est sauvé.

Dans cette fresque (en rouge) nous avons une représentation du Christ qui est à la fois le bon berger et l'orant. Nous avons donc un résumé de ce qu'il représente : il est notre salut et notre bonheur,

 

 

 

 

 

Dans cette image, nous avons en plus unc olombe qui apporte à l'orant un branche de palme.

On voit ainsi ce que le chrétien peut attendre: le don de l'Esprit (qu'évoque la colombe), le don de la vie éternelle (qu'évoque la branche de palme).

 

Un autre symbole majeur du salut en Christ est :

Le Poisson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à partir de la fin du IVe siècle, la croix commence à apparaître

 

Ce symbole est très classique dans les premières images chrétiennes.

Au cours des siècles, cette image a évoluée:

  • dans les images les plus anciennes, il s'agit d'un poisson tout simple et réaliste, comme dans cette 1e image, où l'on voit même un peu d'eau.
  • à partir de la fin du IVe siècle on a pu voir ajouté une croix qui précise qu'il s'agit bien d'un symbole du Christ, comme dans cette 2e image, où le poisson ressemble à un dauphin stylisé.
  • et enfin, ce poisson très stylisé qui reprend la forme de l'alpha grec, a été popularisé à notre siècle par les mouvements évangéliques dans le monde entier (3e image)

Pourquoi un poisson pour symboliser le Christ ?

C'est d'abord parce que le poisson était, par chance, un symbole extrêmement positif à la fois dans la culture biblique (juive) et dans la culture grecque:

Dans la culture juive biblique, l'eau (quand elle est paisible) évoque la banédiction de Dieu, comme cette eau qui fait fleurir le désert, et calme notre soif. Le poisson est l'image même de la créature qui vit tout entièrement plogée dans l'eau, c'est ainsi une image du croyant qui vit tout entier plongé dans la bénédiction de Dieu. C'est ainsi une bonne image du Christ, d'abord, ou plus modestement du croyant fidèle. D'autant plus que le poisson a la réputation de grandir tout au lond de sa vie et de garder toujours les yeux ouverts (deux belles qualités pour un croyant !)

Dans la culture grecque le dauphin (que l'on prenait pour un poisson) était l'image du sauveur, puis qu'il arrivait que des dauphins sauvent des naufragés en les portant jusqu'à la rive.

Cette coïncidence était donc une chance extraordinaire pour le christianisme primitif qui était une branche de la culture juive biblique se répandant dans un monde imprégné de culture grecque.

Le Christ est ainsi reconnu à la fois l'exemple même du croyant, et le sauveur.

Un jeu de mot a par la suite permis d'associer le poisson (Ichtus en grec) au Christ. Si l'on prend le mot Ichtus comme un sigle, les chrétiens on inventé une petite confession de foi sur la base de ce sigle, Jésus-Christ est l'Ichtus:

  • I comme Iesous = Jésus
  • CH comme CHristos = Christ
  • TH comme THeou = de Dieu
  • U comme Uios = Fils
  • S comme Soter = Sauveur.

= Jésus-Christ est le Fils de Dieu, le Sauveur

Il est l'Alpha, le commencement d'un monde nouveau, d'une vie nouvelle pour nous.

 

Le poisson apparaît aussi parfois dans une allusion à la communion, comme dans cette fresque des catacombes de Saint-Calixte (région de Lucina), et comme dans cette autre fresque . C'est ce que l'on appelle parfois le "poisson eucharistique". Nous voyons ici une corbeille contenant 5 pains et peut-être un verre de vin rouge en transparence au milieu.

  • Peut-être que le poisson porte le pain et le vin, il représenterait alors le Christ qui offre le pain de son corps et le vin de son sang pour nous donner la vie ?
  • Peut-être, plus simplement que le poisson accompagne une corbeille de pain, comme dans les récits de la multiplication des pains et des poissons par Jésus (Matthieu 14:17)

Nous retrouvons clairement une illustration de ce passage de la Bible dans cette mosaïque chrétienne du Ve siècle à Tabgha

 

Une autre image, encore associée à l'eau, apparaît souvent pour symboliser l'Espérance chrétienne :

L'ancre

 

Ce symbole illustre ce verset de la lettre aux Hébreux: “Cette espérance (en Christ), nous la possédons comme une ancre de l'âme, sûre et solide; elle pénètre au-delà du voile”.... Héb 6:19.

L'ancre est tout à fait réaliste, peu stylisée, il y a l'anneau pour accrocher la corde, les poignées en haut aidaient à remonter l'ancre à bord... L'eau est parfois représentée, comme ici sur cette tuile romaine.

Ce symbole de l'Espérance par le Christ est très fréquent jusqu'au 3e siècle, puis il disparaît au profit de la croix.

Les lettres Alpha et l'Oméga sont souvent gravés à côté de la traverse, ou un poisson, pour bien préciser, si nécessaire, que notre espérance est en Christ. Cette espérance est comme une ancre qui retient solidement l'la personne à la réalité invisible qu'est le Christ. Elle évoque la personne qui a atteint le port de la vie éternelle.

 

 

D'autres symboles bibliques majeurs apparaissent dans ces illustrations :

  • La Colombe pour désigner l'Esprit Saint,ou la personne dans la vie future
  • La Branche d'Olivier pour désigner la bénédiction de Dieu,
  • La Branche de Palmier pour désigner le Salut,
  • Le Cep de Vigne pour désigner le croyant dans la vie éternelle


(mosaïque du Ve s. à Ravenne)

La colombe picorant des olives, du raisin, une branche de palme ou buvant représente la personne vivant dans la vie future, se nourrissant des dons de Dieu.

L'olivier et l'huile d'olive évoque la bénédiction de Dieu. Comme dans le récit du déluge quand la colombe ramène un rameau d'olivier montre à Noé que Dieu envoie (de nouveau) sa bénédiction (Genèse 8:11).

L'huile est en effet, l'image même de ce que Dieu donne au croyant, car l’huile d’olive était alors utile à plein de choses aux gens de l'époque:

ils mangeaient surtout des galettes d’huile d’olive et de farine, comme Dieu nourrit.

ils s’éclairaient avec des lampes à huile, la Parole de Dieu éclaire,

ils soignaient les blessures avec de l’huile, Dieu guérit.

ils l'utilisaient pour se préparer au combat, et pour se farder, comme Dieu nous perfectionne et nous fortifie,

ils conservaient des aliments dans l'huile, comme Dieu garde pour la vie éternelle.

+ dans les moyeux de roue, Dieu "met de l'huile dans les rouages", il donne la paix.

Le Christ est ainsi comparé à un olivier dans l'Apocalypse (§11)

La colombe est également souvent représentée en train de boire ou de picorer du raisin. L'eau est, dans la Bible, un autre symbole très classique de la bénédiction de Dieu. Le raisin évoque le repas à la table du Christ dans le Royaume de Dieu.

 

 

 

 

La branche de palme est également très fréquente. Cet arbre qui pousse au bords des cours d'eau évoque la bénédiction de Dieu pleinement reçue, et donc la vie éternelle.

L'homme recevant ainsi le salut reçoit le bonheur qui est ici visible par l'attitude de l'orant (voir plus haut).

 

 

Un symbole non biblique, tiré de la mythologie grecque, pour désigner la résurrection:

Le Phénix

 

 

Le phénix, selon une mythologie non biblique, renaît de ses cendres après des milliers d'années. Il est ainsi une image de la résurrection personnelle.

Dans la Bible ce serait plutôt l'aigle qui joue ce rôle, comme dans le Psaume 103:5 C'est lui (Dieu) qui rassasie de biens ta vieillesse, Qui te fait rajeunir comme l'aigle...

 

 

Il y a par ailleurs des illustrations de récits bibliques, en particulier des épisodes de

La vie de Jésus

 

La nativité: on voit Marie, avec son enfant Jésus dans les bras et les mages qui viennent apporter des présents (Mt 2).

 

 

Le Christ avec ses apôtres, probablement à un repas, peut-être la Cène (le dernier repas de Jésus avec ses disciples avant d'être exécuté, repas où il a institué la Communion).

 

 

 

 

 

On y voit clairement un poisson (symbole important - voir ci-dessus- et allusion au récit des évangiles où Jésus multiplie des pains et des poissons pour la foule)

 

 

 

 

 

Dans cette troisième représentation, on voit le Christ qui sert les 12 apôtres (Judas est un peu en arrière). Il a des aides, dont une femme (semble-t-il).

 

La résurrection de Lazare (Jn 11) est également souvent représentée sur les tombeaux (dans les catacombes, ou dans des églises). Ici on voit Jésus faire sortir Lazare de sa tombe, devant ses deux soeurs (Marthe et Marie)

 

Mais plus largement, les miracles de Jésus sont souvent mis en scène, pour dire la confiance en lui pour transformer notre vie. Sur ces 2 panneaux du Ve siècle on voit le Christ, comme souvent à l'origine, sous les traits d'un adolescent.

(catacombes de Rome, vers 300)

 

Le salut en Christ n'est pas seulement un enseignement, mais il est présenté comme une guérison, une action qui nous permet d'être profondément libéré. C'est ce qu'exprime cette fresque illustrant un passage de l'Évangile. Une femme touche le bord du vêtement de Jésus est est guérie de son hémoragie. Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix, et sois guérie de ton mal (Matthieu 5:25-34)

 

La représentation de la crucifixion du Christ n'apparaît pas avant le 5e siècle.

Les chrétiens des 4 premiers siècles préféraient mettre en valeur d'autres épisodes de sa vie, en particulier ce qu'il a dit.

La plus ancienne représentation connue de la crucifixion est celle-ci, sur un coffret en ivoire datant de l'an 420 environ. On y voit aussi, de gauche à droite, les personnages de Judas (qui se suicide, selon Mt 27:5), de Marie et de Jean (selon le bel épisode de Jean 19:26), et le soldat romain qui continue à se moquer de Jésus (Lc 23:36).

Bibliographie:

  • Frédérick Tristan "Les premières images chrétiennes, du symbole à l'icône IIes.-VIes.", Fayard, 1996
  • Les catacombes de Rome

 

 

 

Réagissez sur le blog de l'Oratoire, c'est un espace où vous pouvez faire profiter les autres de vos propres réflexions...

Blog de l'Oratoire du Louvre

Vous pouvez aller voir sur ce site ce petit dictionnaire de théologie, pour un témoignage de ce siècle.

 

 

Le Bon Berger


Eglise Réformée de l'Oratoire du Louvre
temple : 1 rue de l'Oratoire et 145 rue Saint Honoré 75001 Paris
secrétariat : 4 rue de l'Oratoire 75001, téléphone : 01 42 60 21 64 (international : +33 142 602 164)
mail : pasteur@oratoiredulouvre.fr