Cheminement

Baptisée le 1er mars 1964, par tradition familiale de confession catholique, j'ai cheminé aveuglément du catéchisme classique et obligatoire à la communion et à la confirmation point d'orgue sans bien réaliser ce qui m'arrivait puisque je suivais le chemin tout tracé de mes ancêtres. J'ai reçu ma médaille et ma chaîne de baptême, ma montre et ma chevalière de communion mais rien d'autre sur le plan spirituel.

Par grâce, très tôt j'ai senti cette présence chaleureuse et aimante qui me semblait être Dieu…

Cette présence m'a accompagnée dans le chaos de mon enfance. « Une épine dans le corps », j'ai connu des moments de profonde détresse mais aussi d'immenses bonheurs : mon mariage, la naissance de mes cinq enfants qui me font la très grande joie de m'accompagner aujourd'hui.

Cette présence m' accompagne au quotidien dans les petites tâches bien ingrates, souvent répétitives, sans consistance apparente ; elle m'accompagne lorsque j'ouvre ma fenêtre sur un ciel bleu, quand j'entends chanter les oiseaux, quand la chaleur du soleil réchauffe ma peau, quand je suis dans le métro et que j'échange un sourire avec mon voisin, quand je donne des cours d'alphabétisation à des apprenants venus en France pour y trouver un monde meilleur et qu'ils m'offrent le sourire né du bonheur d'avoir saisi l'association des lettres en syllabes, des syllabes en mots et la lecture de leurs premières phrases, ce sourire qui est un don réciproque.

Aujourd'hui c'est avec un immense bonheur et beaucoup d'émotion que je confirme, en conscience, avec vigueur, l'alliance qui me fut donnée avec Dieu dans le baptême et que j'affirme « Jésus Christ est le Seigneur ».

Oui, je crois en Dieu :

Dans mes tourmentes et mes chutes,

  • Il est la mère qui me console et soigne mes blessures avec une infinie tendresse,
  • Il est le père qui me relève, me redit sa confiance en moi, m'encourage à marcher malgré les embûches, malgré mes égarements parce qu'il m'aime bien au-delà de mes œuvres, inconditionnellement. Dans sa bienveillance sans limite, il me pardonne quand « je ne fais pas le bien que je veux mais que je fais au contraire le mal que je ne veux pas ». Il me porte quand mes forces me lâchent, il respecte mon rythme, mes étapes…

Son esprit est le silence qui me libère des bruits et des pensées qui me parasitent. Il me souffle le dynamisme de sa Parole d'amour et de grâce.

Oui, je crois en Jésus-Christ :

Il est mon frère, mon ami, mon guide, l'incarnation de la Parole de Dieu. En dépit de tous les drames de notre monde si tourmenté, il m'annonce la Bonne Nouvelle, celle qui libère et nous rapproche de Dieu. Il est mon phare, mon appui, le témoin de l'amour total pour Dieu et pour nous.

Dans la famille catholique, j'ai fait de très belles rencontres avec des frères et sœurs, des prêtres et des religieuses formidables. Elle fut le terreau chaleureux du 1er chapitre de ma vie dans l’Église chrétienne, celui que j'intitulerais « Ma foi de charbonnier ».

J'appellerais le second : « Ma foi en liberté » et, pour m'accompagner dans mes questionnements foisonnants, m'épauler dans une démarche libre et exigeante de discernement, je demande à la maison de l'Oratoire de bien vouloir m'accueillir.

Je reconnais :

  • la primauté de la foi sur les doctrines,
  • la vocation de l'homme à la liberté,
  • la constante nécessité d'une critique réformatrice,
  • la valeur relative des institutions ecclésiastiques,
  • le désir de réaliser une active fraternité entre les hommes, tous, sans distinction, enfants de Dieu.

Enfin, j'ai une pensée très affectueuse pour Paul de Tarse, mon frère en Jésus-Christ, qui me révéla que « L'homme est déclaré juste par la foi, indépendamment des œuvres ».

Chers frères et sœurs, c'est un grand honneur, un immense bonheur pour moi que votre accueil.
Avec mes faiblesses, avec mes qualités, vous pouvez compter sur ma fidélité, ma disponibilité dans les besoins et ma sincère fraternité en pensées et en actes.

Confession de foi

Je crois en Dieu, notre créateur hier, aujourd'hui et demain, Dieu notre Père, rayonnant d'un amour infini qui nous invite à participer à notre création et qui, dans son infinie bonté, nous donne toute grâce,

Je crois en Jésus-Christ, Parole de Dieu faite chair, Jésus notre frère venu nous annoncer la Bonne Nouvelle,

Je crois en l'Esprit-Saint qui souffle en notre cœur l'amour ardent de Dieu, ranime notre foi dans les tiédeurs de nos existences, illumine notre regard sur nos frères et insuffle sa bienveillance dans nos relations humaines.

Je crois à l'amour plus fort que la mort.

Amen

Profession de foi de Pascale en mars 2016

baptême d'adulte dans l'Oratoire
Profession de foi
après un baptême d'adulte
dans l'Oratoire